Madrid 01/10/2017 Un final décevant à la Feria de Otoño.

Suite au forfait de Ferrera, le mano a mano face aux Adolfo Martín, a lieu avec le remplacement de ce denier par Juan Bautista. Cette ultime corrida de la Feria de Otoño se tient devant des tendidos couverts en presque totalité, avec quelques vides à l'ombre. Les Adolfos ne sont plus à la hauteur de leur réputation. Mous, faibles, à la mobilité limitée ils n'ont donné que peu de jeux. Juan Bautista a montré en début de corrida qu'il jouit d'une aisance naturelle empreinte de toreria. Puis, soudainement cette aisance est devenue préoccupation et mal être lui faisant probablement regretter d'avoir accepté le substitution de Ferrera. Quand à Ureña, sa sincérité est immense et inégalée dans l'escalafon actuel, même si par moments elle est perçue comme excessive par le public.

Juan Bautista ouvre les débats face à un Adolfo corniabierto, les pointes relevées. Le Français dessine aux medios des véroniques douces. Le toro semble manquer de force. L'animal s'endort sous le peto. Le Maestro lui donne du temps pour récupérer et soigne les mises en suerte au cheval, mais pas le picador qui distribue une ration généreuse. Quite d'Ureña tout en douceur par deux delantales sur la corne droite et larga somptueuse. Le bicho confirme qu'il coupe la trajectoire à gauche pendant le second tiers. Muleta en main, Juan Bautista prend la droite très rapidement et structure deux séries sans douter, en se passant le bicho près du corps, le tout allant a mas. À gauche le toro renvoi le torero à droite. Ce dernier torée alors en derechazos sans l'épée mais aussi sans la réussite des premiers muletazos sur cette corne. Au centre du ruedo le Matador porte une entière atravesada, puis plusieurs descabellos. Silence.

Le premier de Paco Ureña mansea et cherche une issue. Le Maestro ne s'émeut pas et dessine des delantales en marchant au ralenti, terminés par demie au centre. La mise en suerte effectuée avec application précède un tiers de vara spectaculaire en deux piques chargées de loin et portées traseras, le bicho sortant de la seconde rapidement. Triomphe pour le picador Pedro Iturralde. Brindis personnel. Le tanteo d'Ureña se converti en doblones garbosos. Les premiers derechazos prennent la mesure de la charge dans une série courte et rythmée. La seconde série moins réunie fait étalage de l'aguante du torero. La faena va a menos comme la charge de l'Adolfo. À gauche le torero présente la muleta avec une pureté qui fait sursauter par moment et donne naissance à quelques naturelles isolées, mais de qualité. De nouveau à droite Ureña tâtonne et manque de se faire prendre. Il répond par trois naturelles de face et croisées signe de sa détermination plus que de sa domination . Pinchazo lorsque sonne l'avis. Entière delantera et caída. Palmas et salut.

Le troisième Adolfo est une estampe avec les cornes retournées vers l'arrière, cornivuelto. Il n'humilie pas dans la cape du Français et sa charge est désintéressée. Au cheval il s'emploie par à coups avec une certaine faiblesse. Juan Bautista entame son trasteo aux tercios dans une série a mas dans laquelle il se montre a gusto dans les adornos. Peu à peu le Français temple et tire une charge douce à droite. À gauche le premier passage est laborieux. Il continue sur les deux cornes a gusto dans un trasteo peu intense, le tout a mas dans l'expression artistique. Deux pinchazos et une demie lame tendida et desprendida valent au torero quelques pitos. Avis. Deux descabello.

Le second d'Ureña à l'armure très développée avec les diamants toujours visibles à leur extrémité. Le toreo da cape est abandonné compte tenu de la charge courte du toro. Ce dernier s'emploie longuement au cheval en deux rencontres. Les premières charges à la muleta sont brusques. Le Maestro commence à gauche. Comme toujours, le torero s'expose avec une honnêteté totale récompensée par queques naturelles profondes mais isolées. À droite il doit aguanter les retours dans les chevilles. Son insistance dérange les tendidos qui le prient d'abréger. Pinchazo et trois quarts de lame perpendiculaire et desprendida. Sifflets au toro. Palmas.

Le quinto contraste avec ses frères à cause de son trapio réduit malgré ses cinq ans. Il exprime peu de désir de combattre dans la cape du Français. Sous le fer il subit. Mise en suerte de Bautista par rogerinas avant une seconde vara prise dans le même style que la première. Brindis au public. Aux tercios, muleta dans la main droite le Français lie une série qui se termine a menos. À gauche il est manifestement pas à l'aise et bouge face aux charges médiocres de l'Adolfo. La faena prend une tournure défavorable au "brindant" qui écoute les sifflets des tendidos. Épée basse et de travers portée à bout de bras au pas de course. Descabello. Division pour le toro et sifflets pour le Matador.

Paco Ureña clôt la feria face à un exemplaire trapu et moins armé que ses frères. Il freine dans la cape et n'autorise Ureña qu'à exécuter que deux véroniques parmi le reste. Ureña laisse Juan Melgar châtier l'Adolfo de tout son poids en deux rencontres . Les charges du bicho se dégradent au second tiers et il coupe ostensiblement les trajectoire. Les doblones donnent confiance à Ureña qui va aux tercios et présente la muleta sur la corne droite. Le toro est probon. Le matador aguante et insiste longuement car l'animal prend bien le premier toque mais reste parado au second. Les naturelles volées une par une pendant un long moment, sont méritoires et totalement engagées. Entière desprendida en entrant droit lorsque sonne l'avis.

Le cartel original le plus attrayant de cette Feria aboutit à une déception majeure. René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Madrid 01/10/2017 Un final décevant à la Feria de Otoño.

  1. BRUN dit :

    Pardon 5ème toro.

  2. BRUN dit :

    Public madrilène injuste avec BAUTISTA au 6ème.
    Rien à voir avec des multiples passes des soit-disant vedettes avec de la Domestication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *