Madrid 28/09/2017 Román coupe une oreille et perd la puerta grande.

Un peu moins d'une demie entrée pour cette première corrida du cycle de "Otoño". Le lot de Fuente Ymbro, bien présenté, a confirmé la mauvaise passe de la ganadería. Il a offert plus de scories que de qualités. Des trois toreros c'est Román qui a convaincu par une attitude vaillante et volontaire, alliée à un toreo sincère et exposé. Le public étant avec lui, il aurait pu, et du, couper une oreille de son second adversaire. Une entée "a matar" défectueuse l'a privé de la puerta grande que personne ne lui aurait contestée.

Le premier cinqueño de Fuente Ymbro charge en accélérant à mi passe avec coup de tête et en lancé de sabots en avant. Morenito de Aranda va avec lui au centre. La première pique, en bonne place, permet au bicho de pousser et soulever la monture avant de s'éteindre. Il hésite à prendre une seconde vara qui sera réduite au minimum. Morenito est mis sous pression et opte pour mener le toro aux medios. Il prend la gauche avec la volonté de maîtriser les derrotes et hachazos à base de temple et main basse. Le toro n'a aucune qualité propice au toreo et le Matador abrège. Pinchazo avant demi épée caída et atravesada. Descabello. Sifflets au toro. Silence.

Le quatrième Fuente Ymbro refuse de se soumettre à la cape de Morenito. Il a tendance à être distrait et fuyard. Sa prestation au cheval, en deux passages, confirme une claire tendance à la mansedumbre puisqu'il cherche la seconde vara en toriles après avoir gratté le sol face à son matador. Le second tiers se déroule en divers terrains à l'initiative du bicho. Le début de faena est esthétique et appliqué. Le toro tire des gañafones dans la muleta du Maestro. Avec assurance Morenito conduit la charge à droite, en baissant la main. Le toro ne suit pas la muleta jusqu'au bout et tire souvent droit. Averti à gauche le torero exagère les toques pour terminer une série de naturelles. De retour à droite le toro n'avance plus. Entière légèrement delantera et desprendida. Palmas.

Joselito Adame doit traverser la piste pour arriver à dessiner quelques véroniques et demie, au centre, à un adversaire distrait et fuyant. L'animal se dégonfle rapidement sous les deux pique. Román dessine un quite par gaonera, caleserina, cordobina qui se termine par un désarmé dans le remate. Brindis au ciel. Élégant et serein début de faena dans lequel le toro fait mine de rajarse. Le Mexicain s'enroule à droite dans une série droitière sans rectifier sa position. La seconde série est entrecoupée de fléchissements du bicho. À gauche Adame s'expose et tire des muletazos en laissant la muleta sous le museau ce qu'il répète ensuite à droite avec assurance. L'animal ne termine aucune charge complètement. L'attitude du Matador, critiquée par certains, est à mon sens supérieure compte tenu de l'adversaire. Il le confirme dans les doblones de fin de faena. Entière caída. Pétition et palmas au toro. Vuelta au torero.

Le colorado qui échoit à Adame en cinquième position prend bien la cape du mexicain qui dessine des véroniques et demie asentadas. Le toro fait sonner les étriers à la première rencontre puis s'emploie sous deux piques placées en arrière. Excellente paire de banderilles de Fernando Sanchez, on ne peut plus exposée, qui salut avec Miguel Martin. Brindis personnel. Adame choisit les medios pour citer de loin à droite dans un style marginal, al hilo ou même fuera de cacho, ce qui provoque des protestations. Le bicho abandonne à plusieurs reprises le trasteo du mexicain qui bouge beaucoup, sur les deux cornes, pour aller chercher la charge. Entière basse en citant de loin. Silence.

Román ne doute pas un instant face à la charge distraite du troisième Fuente Ymbro, à qui il sert véroniques, gaoneras, caleserinas, ... dans toutes les directions, à la guise des charges erratiques du toro. Le tiers de varas est réalisé dans le désordre. Quite de Morenito par véroniques avec colada du toro et voltereta. L'animal est entier, avec moteur au second tiers. Brindis au public. La charge est boyante lors des doblones de début de faena. Román se confie et cite de loin à droite. Il conduit la charge en imposant des trajectoires. Sur un pase de pecho la muleta reste pliée et le toro le voit. Il lui inflige une violente voltereta. Román avec détermination poursuit à gauche en citant de trois quart, jambe en avant en ignorant les derrotes du bicho. L'attitude du torero est supérieure aux caractéristiques du Fuente Ymbro. Ceci se confirme dans les derechazos suivants. Les bernadinas finales font sursauter les tendidos. Dramatique estocade en se faisant ouvrir la taleguilla puis en étant poursuivi à travers le ruedo par le toro blessé à mort. L'épée est entière et desprendida. Palmas au toro. Oreille.

Le dernier de la corrida est un exemplaire haut et fin qui hésite longuement à combattre. Quand il charge la cape il le fait sans engagement, sans humilier vraiment. Piqué en arrière le toro pousse sur une corne d'abord, puis sans verve à la seconde rencontre. Quite anodin de Morenito. Bonne prestation de Raul Marti aux banderilles. Début de faena sur les chapeaux de roues de Román, muleta dans la main gauche avec un minimum de gestes, le corps redressé, en deux séries intenses de toreo pur. La tentative à droite fait baisser l'intensité de la faena d'abord, puis revient a mas. Le toro souffre d'un calamocheo gênant qui n'émeut pas le torero. La suite à gauche fait retomber la verve du public. Alors Román pour pouvoir couper l'oreille, reste dans le terrain du toro à droite pour créer de l'intensité et du lié ce qu'il réussit à faire. Un metisaca défectueux, en arrière, et une entière un poil trasera suivie de plusieurs descabellos anéantissent tout espoir de puerta grande. Avis. Silence. René Philippe Arnéodau.

 

Ce contenu a été publié dans Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *