Fallas de Valencia – 19 mars 2017 – 10ème de feria – Triomphes, scandale et polémiques. Indulto du toro “Pasmoso” de Domingo Hernández.

La feria taurine des Fallas se terminait par une traca finale, explosions pyrotechniques dans la rue et de joie dans l'arène. L’objet de ces manifestations fut l’indulto, la grâce accordée au 6ème, dernier toro de la corrida et de la feria, «Pasmoso» un joli colorado clair, ojo de perdiz de Domingo Hernández - nº 111 – 532 kg. - né en décembre 2012 - au terme de la faena que lui avait administrée Alberto López Simón. Le président de la corrida, car c’est de lui qu’il faut parler, par sa décision, déchaînait la polémique à la sortie des arènes, en accordant cet indulto excessif, répondant il est vrai à une très forte demande du public et sortant le mouchoir orange. Le toro avait une belle charge répétée dans la cape de d’Alberto López Simón (ALS) et ne se départait pas de cette charge car, échappant à l’invite de ALS, il fonçait seul sur le cheval, le picador n’avait pas le temps de « viser » et sous l’impulsion de l’animal, la chute était inévitable. A la seconde rencontre, une seule piqûre, et encore, était le seul châtiment? reçu. Aux banderilles le toro se déplaçait avec fougue et celle-ci était patente tout au long de la faena. La diana floreada sonnait pendant le brindis au public. Au centre de la piste, ALS citait pour un effrayant péndulo, qu’il répétait à moindre distance, et enchaînait par des passes droitières et passe de poitrine. Les charges braves et claires de «Pasmoso» permettaient des passes de long tracé et les séries étaient agrémentées de fioritures bien menées comme ces circulares terminés de la passe de poitrine sur un retour «à l’envers» du toro ou bien comme el pase del desprecioDes manoletinas pour terminer et monter l’épée lorsque s’élevait le tumulte et volaient les premiers mouchoirs pour demander l’indulto. Les regards tournés vers le président, au milieu des signes d’approbation comme de refus, le vacarme était indescriptible. Finalement le mouchoir orange était montré et deux oreilles symboliques étaient décernées à ALS, visiblement heureux, on le comprend. Ce que l’on comprenait moins, c’est la mode qui s’installe dans les arènes - de première catégorie comme Valence – pour demander l'indulto d’un toro brave dans ce cas, certes, mais pas châtié, sans passer par l’épreuve de la bravoure sous la pique. Et si devaient disparaître les fondamentaux de la fiesta brava ? Les professionnels du callejón étaient satisfaits : pour preuve les embrassades et accolades qui fêtaient un tel évènement.

La polémique avait été précédée par une décision scandaleuse du président, déjà, en accordant la vuelta - mouchoir bleu - et les deux oreilles du deuxième toro de «El Juli». Une seule aurait suffi et, en tout cas, pas l’honneur du tour de piste à un toro sans trop de force, qui perdait l’équilibre en début de faena et qui avait été «excusé» d’un châtiment à la pique par les répétés « vale, vale » de « El Juli » à l’enseigne de son picador obéissant… Quant à la faena - qui se terminait près des chiqueros… - il faut reconnaître que Julián López « El Juli » est un maître en la matière pour presque ensorceler un toro sans  trop de charge dont il tire jusqu’à l’exténuation le fond qui lui permet de dessiner des passes de toutes sortes sans discontinuité par devant, par derrière, tout autour, comme en un jeu où disparaît l’élément essentiel : le toro comme interlocuteur. «El Juli» avait déjà, coupé une oreille pour une faena exclusivement droitière, par où passait merveilleusement le toro sous l’emprise du maître, posé, classique et avec temple. On pourrait faire la fine mouche pour cette oreille accordée après une estocade tombée.

Alberto López Simón recevait deux avis à son premier. Il entamait sa faena à genoux et s’ accommodait de la charge descompuesta d'un toro faiblard. Par la suite, la plupart des passes n’étaient pas nettes ou plutôt même embrouillées avec desarme à l’appui. Le grand picador « Tito » Sandoval ne déploie plus dorénavant son talent en «picotant» des toros à la mode qui ne peuvent plus accepter les deux piques règlementaires.

Alejandro Talavante, sérieux et impavide, s’évertuait à passer son premier toro, près des cornes, et à son second qui «humiliait» à contretemps en fin de passe et se retournait brusquement, il ne parvenait à rien de convaincant et, de plus, s’éternisait à la mise à mort.

Les toros étaient de l’élevage de Garcigrande (1er et 5éme) et de Domingo Hernández (2ème, 3éme, 4ème et 6ème), d’origine Juan Pedro Domecq, le plus lourd de 565 kg. le premier, les autres autour de 535 kg. de moyenne, corrects d’armures, ne recevant que des piques «dosées».

Julián López « El Juli » : une oreille et deux oreilles. Alejandro Talavante : Ovation ; 1 avis et silence. Albeto López Simón : deux avis et silence ; deux oreilles symboliques Sortie a hombros avec « El Juli » et le mayoral !!!

 

Ce contenu a été publié dans Général, Georges Marcillac Escritos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *