Madrid 19 mai 2017 – 9ème de Feria – Valse de sobreros et une oreille de poids pour Alejandro Talavante.

La corrida du Puerto de San Lorenzo était impropre d’une plaza de première catégorie et a fortiori de la plaza de Las Ventas pour la corrida traditionnelle de la Presse. Trois sobreros sont sortis des chiqueros, dont un renvoyé d’où il provenait alors que les restants titulaires n’auraient jamais dû passer le reconocimiento du matin ou visa du président et vétérinaires! Heureusement au cinquième et sobrero ter de Conde de Mayalde de 577 kg, Alejandro Talavante coupait une oreille et animait les conversations à la sortie célébrant le grand torero extremeño qui sauvait  ainsi une après-midi décevante jusqu’alors. En suivant, au 6ème, malheureusement Javier Jiménez recevait une cornada grave en haut de la cuisse droite et devait être emporté à l’infirmerie où il était opéré.

Ainsi les toros de Puerto de San Lorenzo, élevage habituel de San Isidro, d’origine Atanasio Fernández-Lisardo Sánchez n’étaient pas à la hauteur de leur réputation et présentations, pratiquement hors type, de poids divers, légers pour cet encaste et de hechuras qui méritaient les protestations dès leur sortie du toril. Au "moral" ce n’était guère mieux puisque les faenas d’Alejandro Talavante et Javier Jiménez à leur premier devaient être écourtées car il n’était de l’intérêt ni du torero ni du public de voir s’égrener des passes par faute de mollesse et de faiblesse de leurs "opposants" respectifs. Sébastien Castella devait toréer un sobrero de Buenavista après les chutes répétées de son premier du « Puerto » après des piques insignifiantes. Le 5ème titubait au sortir des piques et de charge nulle était remplacé par un sobrero de Torrealta, ridicule de présence qui lui aussi s’affalait et remplacé à son tour par le toro de Conde de Mayalde cité plus haut.

Ce dernier, hondo mais fin d’arrière trainculatadistrait et suelto prenait les piques successivement du picador de service et celui de réserve sans vraiment avoir été brillant à la cape. Bonnes paires de banderilles de Juan José Trujillo. Dès le début de la faena, Alejandro Talavante fixait et mettait dans la muleta le conde-de-mayalde, dans des passes de la gauche. A partir de cet instant, le toro ne devait plus quitter le terrain où Alejandro l’avait entrepris, à la limite du tercio face au Tendido 7. Une série de derechazos liés à un superbe changement de main soulevaient les premières fortes ovations  de l’après-midi... presque soirée (21:00h). Les naturelles qui suivaient n’étaient pas bien prises par le toro un peu désuni. De nouveau sur la droite et un nouveau changement de main par devant pour enchaîner la passe de poitrine, les naturelles de face, compas semi-ouvert, étaient le sommet de la faena assortis de remates dominateurs, pase del desprecio,  regardant le public. Une grande estocade, jusqu’à la garde, roulait le toro. Ce fut une faena courte, mesurée et compacte d’un torero important. Les gradins se couvraient de blanc (les mouchoirs) pour une oreille amplement méritée et célébrée par le public euphorique.

Sébastien Castella réalisait une faena variée au buenavista qui allait a menos à mesure qu’il réduisait ses charges, terminant presque arrêté et ne recevant que des passes isolées, de bonne facture, mais finalement sans relief. Malgré cela l’oreille était timidement demandée et non concédée. Le 4ème , qui sortait suelto des piques, donnait des signes de mansedumbre, était entraîné vers les tendidos de soleil (absent à cette heure) et fixé dans ces terrains par des doblones de Sébastien Castella qui ensuite le citait de loin pour des derechazos que le toro prenait rebrincado – charge par à-coups – pour terminer topón et court de charge. On notait toutefois une bonne série à gauche "templée" mais dans les passes suivantes, la muleta est accrochée et il fallait en finir avec ce toro sans caste et difficile de mettre en suerte à la mise à mort.

Javier Jiménez ne pouvait rien faire au 3ème faible qui lâchait des légers derrotes en fins de passes. Le meilleur : une bonne estocade. Au 6ème, par erreur de jeunesse, le sévillan se faisait cueillir par la corne droite après des avertissements dûs au calamocheo à mi-hauteur du toro dans la muleta. Sans recours autre que celui de continuer du même côté son trasteo, Javier Jiménez payait dans sa chair cette dommageable erreur. Ce toro était mis à mort efficacement par Sébastien Castella.

L’ex-roi Juan Carlos, désormais libéré de ses obligations mais fidèle aux corridas de Las Ventas recevait le brindis protocolaire des trois matadors.

Sébastien Castella:  deux avis et timide ovation ; silence. Alejandro Talavante: silence ; une oreille. Javier Jiménez: silence ; blessure. Premier "no-hay-billetes" de la Feria.

Georges Marcillac

Ce contenu a été publié dans Général. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Madrid 19 mai 2017 – 9ème de Feria – Valse de sobreros et une oreille de poids pour Alejandro Talavante.

  1. François BERNARD dit :

    Salut ami Georges
    Il semble que Simon Casas rate son examen de passage! Programmation systématique
    d'élevages purs Domecq dont tout le monde sait (sauf lui, peut -être) que la majorité
    va se rependre avant ou après les piques. En plus, présentation indigne pour Madrid!
    C'est vraiment le changement dans la continuité! Si il veut, je peux lui indiquer des
    élevages dont les pensionnaires tombent très peu. Les impresas semblent ne pas se
    rendre compte qu'ils se tirent une balle dans le pied en enlevant l'émotion qui justifie
    l'existence de la corrida! Et ils donnent du grain à moudre aux antis.
    Sur les affiches est écrit corrida de toros et non corrida de toreros!
    Malgré ce triste constat,
    Amités
    Paco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *