Madrid 27 mai 2017 – 17ème de Feria – Confirmation d’alternative et infirmerie pour Francisco José Espada et une oreille pour Joselito Adame

La corrida d'aujourd'hui présentait un certain intérêt par la confirmation d’alternative d’un jeune torero de Madrid, Francisco José Espada avec comme parrain le Nº1 mexicain Joselito Adame. De plus, le témoin de cette confirmation n’était autre que le triomphateur de l’avant-veille, Ginés Marín, que le public obligeait à saluer à l’issu du paseillo. Deux faits, l’un malheureux l’autre heureux marquaient ce festejo, tous deux à la mise à mort des 1er et 6ème toros.  Francisco José Espada était pris en portant au deuxième essai une estocade entière, secoué en l’air, et retombait la face contre terre, recevant au sol des coups de sabots du toro blessé. Le jeune torero de Fuenlabrada était emporté inconscient à l’infirmerie. Au terme de sa faena au toro qui correspondait à son compagnon absent, Joselito Adame se débarrassait de la muleta et entrait ainsi pour un  estoconazo, étant accroché sans dommage autre que vestimentaire, le toro tombant foudroyé - sans puntilla - sur... le torero au sol. Ce final dramatique valait sans doute l’oreille au mexicain.

                            

Les Toros de El Torero, autre élevage de la famille (nombreuse) Domecq étaient représentés à Las Ventas par trois toros de 5 ans (les 1er, 4ème et 6ème) et trois de 4 ans évidemment dont les hechuras et comportement laissaient à désirer avec des protestations justifiées et la négligence – c’est un euphémisme -  du président en ne renvoyant pas au toril le 3ème, de physique ridicule pour Madrid ajouté à une invalidité manifeste. Les tercios de piques se déroulaient selon les routines habituelles, avec une première à peu près normale, sans trop appuyer et la deuxième un picotazo en simulacre. Toutefois un fond de caste émergeait, surtout du 5ème compliqué et de noblesse et qualité du 6ème.

Joselito Adame, toréait trois toros et ce n’est qu’au dernier qu’il réalisait une faena où l’on relevait principalement ses naturelles courtes mais "templées" en plusieurs séries, aidé par la qualité de charge de "Hurtador"  que l’on avait apprécié dans les tiers précédents malgré une course indolente.  Les forces justes, le toro durait dans la muleta de Joselito Adame qui toréait entregado,  il terminait par des bernadinas brouillonnes avant la mise à mort et circonstance précédemment décrites. A son premier, il ne pouvait que montrer sa technique de torero chevronné, même avec les toros espagnols, jouant de la muleta pour éviter les enganchones; lorsqu’elle était baissée, le toro perdait l’équilibre. Des passes de la droite "templées" mais cela ne suffisait pas pour donner au trasteo le relief que l’on remarquait au 4ème, un toro qui se déplaçait, peut-être un peu trop, débordant le torero à la fin du capoteo initial. Cela ne durait pas et la faena était faite de passes anodines, faute de transmission de l’animal, ne terminant pas toujours les passes que lui prodiguait Joselito Adame. Au 2ème, Ginés Marín et Joselito Adame avaient concouru dans des quites, le premier par gaoneras serrées, le second par saltilleras et remate par une brionesa.

Ginés Marín ne pouvait rien faire avec son premier qui aurait dû être renvoyé au toril s’étant écroulé à la sortie à la sortie d’une passe sur la gauche. Il n’était pas plus heureux avec le 5ème, un toro agressif mais compliqué dont Ginés ne pouvait tirer une seule passe. Avait-il, ce toro, un défaut de vue? En tout cas c’était l’impression qu’avaient donné les charges désordonnées visant le corps du torero. La prestation du triomphateur d’avant-hier était à l’opposé de celle d’aujourd’hui avec des circonstances atténuantes.

Francisco José Espada, au toro de la confirmation, montrait de bonnes manières en dépit de la difficulté de lier les passes car le toro sortait en s’ "ouvrant" trop mais aussi distrait ou refusant le combat. Une faena entamée par des statuaires complétées par un cambio por la espalda improvisé et un pase del desprecio de bon aloi. Le toro grattait le sol mais ensuite il démarrait, pronto. Les naturelles étaient meilleures en fin de série, plus rapprochées, plus vraies. Les manoletinas de profil – mondeñinas –  concluaient une faena que le jeune Francisco José avait conduite avec assurance en ce jour spécial pour lui avant sa dramatique cogida.

Bon comportement des cuadrillas avec les habituels Miguel Martín et Fernando Sánchez aux banderilles, José Daniel Ruano et Tomás López aussi.

Joselito Adame : silence à ces deux premiers ; oreille au dernier. Francisco José Espada : ovation et deux avis (sans le torero à l’infirmerie) ; Ginés Marín : silence aux deux.

Georges Marcillac

Ce contenu a été publié dans Général, Georges Marcillac Escritos, Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Madrid 27 mai 2017 – 17ème de Feria – Confirmation d’alternative et infirmerie pour Francisco José Espada et une oreille pour Joselito Adame

  1. comte Myriam dit :

    rentrée à temps pour voir la course sur mon PC
    Merci pour ta chronique
    Myriam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *