Une “Lettre d’Information”, éloquente…!

C’est celle des Arènes de Bayonne qui annonce la Corrida Goyesque des Arènes de Lachepaillet ce prochain 15 août. Une correspondante belge, aficionada, me renvoie à la Lettre d’Information en question que j’avais reçue, moi aussi, sans la consulter vraiment. Cette lettre présente le programme de cette corrida comme un «spectacle de prestige» avec moults détails car l’arène sera décorée par l’artiste basque Zigor, que plus de 100 musiciens et choristes «agrémenteront» (de amenizar en espagnol) la corrida de ses morceaux de musique basque et classique avec le chœur deNabucco de Verdi, un extrait de Carmen de Bizet et l’attendu adagio du Concerto de Aranjuez de Joaquín Rodrigo qui accompagneront les «3 grands artistes» Enrique Ponce, Curro Díaz et Alberto López Simón. Une remarque, toutefois, et elle est d’importance, cette annonce nous laisse dans l’inconnu, l’expectative, le doute même, car ne sont pas indiqués les autres supposés acteurs de ce spectacle : les TOROS ! Y en aura-t-il ?

Ce genre d’information, cette lettre destinée aux aficionados qui fréquentent habituellement les arènes de Bayonne confirme et donne en partie une réponse aux questions posées dans  mon précédent article à propos du projet de CRISOL. IL semble que cette corrida goyesque en sera une répétition générale. Même à Bayonne, place toriste? du Sud-Ouest taurin, on fait l’impasse d’annoncer l’élevage des toros qui seront lidiés en cette date emblématique du 15 août ? Les toros de Garcigrande, car il y aura quand même des toros, seront les comparses de ce présumé prestigieux spectacle. Au moins le programme musical et choral bien rodé aura la chance d’être interprété sans faille, mais sera-t-il en harmonie avec les toros artistes non conscients, sans doute non préparés, du rôle et sort qui leur seront réservés.

Ne soyons pas totalement défaitistes et souhaitons le bon déroulement de cette corrida mais est-ce un avertissement de la déviation dans laquelle peut tomber la corrida de toros si sont primés d’autres éléments – que je considère accessoires et même extravagants – le décor, la musique et les chants qui distraient le spectateur et l’éloignent des valeurs séculaires de la Fiesta de los Toros ?

Georges Marcillac

 

Ce contenu a été publié dans EDIT"O"PINION, Général, Georges Marcillac Escritos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *