À propos d’Atrevido d’Alcurrucen.

AtrevidoHier dans l’euphorie générale tant sur les gradins et que dans la presse spécialisée et généraliste, le toro Atrevido a été considéré comme un toro digne de la vuelta al ruedo.  L’intérêt des chroniques détaillées est de bien suivre l’évolution d’une prestation et de ne pas simplifier les choses dans un résumé qui accentue le bon ou le mauvais avec l’utilisation d’adjectifs qui servent la cause.

Atrevido est sorti en piste avec les mêmes symptomes de mansedumbre que ses frères.  On admettra que l’encaste Nuñez est coutumier des sorties en piste froides et hésitantes mais ce qui ne trompe pas c’est le toreo de cape du Matador qui a mis du temps pour tirer des delantales qui furent efficaces mais pas exceptionnels.  Ensuite ce toro de vuelta s’emploie bien dans une pique et passe à la sauvette dans la seconde.  Ni son agressivité, ni sa force n’ont impressionné au premier tiers.  Durant la faena de muleta il offre à Diego Urdiales de belles embestidas longues et par le bas, surtout à gauche.  Mais en cours de faena le Matador a besoin de doubler les toques pour déclancher les charges d’un toro devenu tardo et qui est donc allé à menos.

À mon sens Atrevido fut un bon toro avec des qualités qui contrastent avec la médiocrité d’ensemble du ganado de la féria de Bilbao 2016. Cependant les caractéristiques du combat mentionnées permettent de réserver l’avis sur la vuelta octroyée.  La décision n’est cependant pas surprenante à une époque où les indultos se multiplient et où les exigences du public se réduisent.

Tous les grands toros ont une personnalité qui marquent le souvenir des aficionados.  Atrevido ne m’a pas marqué comme ayant une telle personnalité.  Je me souviendrais de lui comme d’un bon exemplaire à la charge vive et profonde allant a menos et s’étant révélée progressivement dans le combat.  René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Bilbao, EDIT"O"PINION. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à À propos d’Atrevido d’Alcurrucen.

  1. Emmanuel dit :

    Je partage votre analyse.
    Si la deuxième oreille peut se justifier grâce à l’ estocade, (et l’on connait suffisamment les critères du président Matías Gonzalès a ce sujet…), la vuelta al ruedo octroyée à Atrevido me semble nettement plus discutable pour les raisons que vous exposez.
    Emmanuel

  2. Philippe dit :

    Totalement d’accord avec vous
    J’étais sur les gradins de Bilbao et les deux mouchoirs blancs pour Urdiales m’ont déjà surpris. ..mais alors le bleu m’à désarçonné…surtout pour une arène de 1ère comme Bilbao où le passage à la pique ne peut être négligé au moment de l’attribution de cet honneur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.