Bilbao 23/08/2012 Deux oreilles pour El Juli et un Toro d'El PILAR de nota auquel TALAVANTE coupe une oreille.

Aujourd'hui El JULI a convaincu Matias GONZALEZ le président de la Plaza de BILBAO.  Fondamentalement rien de bien différent.  Peut-être la pression sur les épaules du président l'a poussé à céder à la forte pétition.  Toujours est-il que JULI est sorti par la puerta grande, et qu'un toro brave et exigent est presque passé inaperçu aux yeux du public comme nous le verrons ci après.

Le lot d'El PILAR était attendu par les Aficionados et était annoncé comme sérieux et imposant par la presse spécialisée.  C'est plutôt la déception qui prime à l'issue de la corrida, du au manque de force autant qu'au manque de fond, sauf le sixième qui s'est avéré être le mieux présenté, un toro de Bilbao,  et de surcroit un toro qui a exprimé de la bravoure et du moteur.

Le premier de l'après midi est renvoyé au corral pour faiblesse accusée.  Il est remplacé par un sobrero du même fer qui bien que lourd, 581 kg, n'a ni trapio, ni tête.  PADILLA qui maintenant profite de son rôle de chef de lidia dans les corridas du G10, le reçoit par trois largas cambiadas de rodillas le long des planches.  Le bicho montre déjà des signes de faiblesse.  Mal et peu piqué le PILAR reçoit un quite sans relief par delantales de JULI et est banderillé par PADIILA. La seconde paire de dentro a fuera est clouée dans le berceau.  La faena est marqué par la faiblesse du toro et donc par le manque de relief du combat.  Deux pinchazos et entière caida. Pitos au toro et palmas a PADILLA.  Sont second est bien présenté, haut, bien armé.  PADILLA le mène au centre.  La première pique est en arrière, caida, et dure beaucoup de temps. La seconde est donnée de près, le bicho garde la tête haute et est fortement châtié.  Le public pousse PADILLA à banderiller.  A la seconde paire il est poursuivi et blessé à la main par la corne en sautant la barrière.  La troisième paire de dentro por fuera est supérieure à la réunion.  La faena est marquée par l'incertitude et  le peu de profondeur.  PADILLA en termine par metisaca, pinchazo sans passer la tête, et une entière delantera et baja. Quelques sifflets pour le PILAR et silence à PADILLA.

JULI emmène son premier au centre où il lui donne des véroniques appuyé sur les reins et la demie.  Le toro long et haut est désordonné au cheval.  Il y est peu piqué.  Pour la seconde rencontre il est également peu piqué sans mise en suerteQuite de TALAVANTE par chicuelinas main basse toute sur la corne droite, répondant aux chicuelinas et cordobinas dessinées par JULI après la première pique.  Brindis au public.  JULI entame la faena par des passes verticales et immobiles, données par le haut suivies de molinetes et pecho.  Le toro est faible et transmet peu.  Les premier derechazos au centre manquent de profondeur mais sont liés. A la troisième série JULI baisse la main et domine.  L'essai à gauche est marqué par la douceur et les toques millimétrés sur la corne contraire.  Puis toujours à gauche une série en deux parties terminée par molinetes de recurso.  Toute la faena est réalisée avec la jambe de sortie effacée et le toro embarqué, muleta présentée devant, avant qu'il n'ait terminé de sortir de la passe précédente.  Il termine la faena toujours fuera de cacho en liant des derechazos, puis une dernière tanda de droite et de gauche, virevoltant en circulares et redondos pour la plus grande joie du public.  Quelques molinetes donnés le corps de profil et un cambio por la espalda précèdent l'esquive JULIPIED qui résulte, comme à l'accoutumé, très trasera .  La pétition est forte et insistante et les deux oreilles tombent.  Le second adversaire de JULI s'ouvre dans le capote et JULI lui donne des vueltas.  Quelques véroniques suivent sans profondeur par manque d'entrega du toro.  JULI met le bicho en suerte par hasard alors qu'il est plus intéressé par ce qu'il fait au toro.  Il donne l'ordre de peu piquer.  A la deuxième rencontre le toro pousse, pique relevée.  Ce colorado reprend de la vie en Banderilles.  Le toro a du jus en début de faena et Juli le torée le corps moins al hilo.  Le toro transmet. JULI domine tout en gardant une distance tampon. La deuxième série à gauche marque la baisse d'intensité du PILAR.  JULI revient à droite et veut l'embarquer.   La série se termine en va et vient. JULI arrive tout de même à voler les dernières passes sur les deux mains en tourbillons,  toro pratiquement arrêté.  Pinchazo et entière basse légèrement en arrière.  Palmas et pitos au toro, saludo al tercio de JULI.

TALAVANTE touche le lot le plus sérieusement présenté.  Après s'être arrêté dans le capote son premier  devient abanto.  Bien piqué à la première rencontre il garde la tête haute.  La deuxième pique est à peine portée et est basse.  Brindis au public.  Début de faena rythmé, en douceur par trincheras,  talavantinas et cambio de mano.  Il profite des charges de qualités du PILAR sur les deux cornes en toréant fuera de cacho pour embarquer.  Trasteo lié et peu profond.  Puis le bicho va a menos, provoque un désarmé, et la faena se termine sosa. Manoletinas.  Pinchazo et entière caida, portée en deux temps.  Quelques sifflets au toro et salut de TALAVANTE.  Le toro de la corrida fut le sixième.  Magnifique de présentation, sa présence s'est sentie en piste.  Il se freine d'abord dans le capote et ensuite le prends en rond, en restant ouvert à l'extérieur.  L'embestida est par le bas. Le toro est piqué en avant et sur le coté et il pousse fortement sous le fer.  Le public de Bilbao siffle.  Pas de palmas au toro.  La deuxième pique est en arrière et le toro se défend de la tête.  Il sème le désordre en banderilles.    TALAVANTE attaque au centre là où se trouve le toro, de la main droite et enchaine des derechazos main basse et en conduisant.  Dans la deuxième série il subit un désarmé.  Le toro est un peu rebrincado et TALAVANTE baisse la main pour l'obliger toujours à droite.  A gauche le bicho garde le museau au sol en sortie de muletazo et TALAVANTE le guide main basse, un peu décollé de la trajectoire. Suive trois derechazos profonds et l'arruzina devenue la spécialité de TALAVANTE. Retour à gauche  pour une série sans rectifier sa position.  Fin de faena à droite fuera de cacho qui marque une baisse notable d'intensité.  Il fallait arrêter après l'arruzina.  Entière basse.  Belle lutte du toro. Aplausos au toro et Oreille pour TALAVANTE.

À propos de Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans Bilbao, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.