BILBAO 24/08/2011 – Corrida décastée de JANDILLA et Alternative de Jimenez FORTES.

Les Jandillas d’aujourd’hui ont fait étalage de leur manque de caste, de leur mansedumbre de fond, d’une faiblesse larvée, le tout  s’exprimant dans des charges sans rematar le dernier temps des passes,  avec le défaut  de bambolear de la tête ou de s’en défendre avec brusquerie, le tout sans mauvaise intention.  Dans le meilleur des cas ils vont et viennent.  Le lot peu homogène avec  du volume pour les 4 cariavacado et 5, sans trapio les 1 et 6 ce dernier anovillado de cara, serios les 2 et surtout le 3.  L’ensemble du lot de peu de jeux au cheval, et sans transmission.  Dans ce contexte les toreros n’ont pas tenté le diable.  JULI a cumplido au minimum en toreant ses adversaires de loin à part dans quelques muletazos plus  réussis et en terminant par le célèbre Julipie qui résulte toujours en des épées traseras,  après un bond en recouvrant  de la muleta la tête des toros.  TALAVANTE  a passé le plus clair de son temps fuera de cacho en essayant d’embarquer des adversaires qui n’avaient pas le minimum de caste pour le faire.  Profitant de son bon moment il arrive à lier quelques muletazos de meilleure facture, mais cela reste peu.  Mauvaise après midi pour lui avec les aciers, comme trop souvent.  L’alternative de FORTES a été digne pour ce qui est de sa volonté et disposition,  mais très juste en ce qui concerne sa capacité à être à la hauteur du compromiso de Bilbao. Quite très exposé par chicuelinas au premier.   Brindis du toro d’alternative à sa Mère Torera, en Barrera.  Il a eu le lot le plus bonito, fuera du type de Bilbao, et aussi le moins mauvais du lot,  le 1 dont il n’a pas profité comme il aurait pu et du.   Les tendidos remplis au 2/3, un peu moins que hier, mettent en cause la capacité taquillera d’EL JULI qui avait probablement sollicité de ne pas ouvrir le cartel, d’où la présence de FORTES .  Le public traditionnellement généreux de Bilbao s’est totalement trompé en applaudissant le cinquième Jandilla qui, pour éviter la muleta de Talavante qui essayait de le descabeller,  a traversé le ruedo pour mourir sous le verdugo au toriles.  Hier la casta moderne sans sauvagerie des Cuvillos a laissé la place à l’absence de caste et au peu de classe des Jandillas d’aujourd’hui.

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans Bilbao, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.