Bilbao 24/08/2012 Une oreille pour PONCE, valor et décision de FORTES et FRACASO de Juan Pedro DOMECQ.

Corrida très mal présentée et manquant de caste et de race,  de Juan Pedro DOMECQ.  Les 1, 3, 5, 5bis et 6 sont sur le même moule.  Des toros fins, hauts, sans morillo, manquant de remate au point de paraitre anovillados, cariavacados.  Faibles dans l’ensemble, le 5 a été protesté puis renvoyé et remplacé par un clone.  Dans ces circonstances, difficile de détailler un tel fracaso ganadero.  Mais plus encore il s’agit d’un fracaso de tout le système taurin qui a laissé un tel spectacle s’organiser dans une Plaza connue historiquement pour le sérieux de ses toros.

Ponce coupe par surprise l’oreille du premier, profitant du fait que le public ne s’est pas encore réveillé.  A ce bichito il livre une faena du cru, en douceur, sans obliger, allant jusqu’à toréer fuera de cacho pour aspirer le toro.  Il place une capeina, un redondo, la poncina.  Emotion nulle. 3/4  d’épée caida perpendicular.  Oreille.  Son second est un toro bas, musclé, ouvert de cornes et cornalon. PONCE donne des muletazos pour maintenir le faible Juan Pedro debout, ce qu’il fait avec aisance.  2 Pinchazos, entière desprendida et descabello. Silencio.

Le premier de LUQUE met 15 mns à sortir des toriles.  Une fois en piste il embiste avec classe par le bas dans de bonnes veronicas de LUQUE.  Ce toro semble avoir du moteur et soulève le cheval et pousse lors de la première rencontre avec le cheval.  La seconde trasera, comme la première, est courte, le bicho ne s’employant pas.  Le toro maintient du moteur en début de faena puis raccourci sa charge et devient tardo. La faena est distante avec des détails de qualité isolés.  Pinchazo hondo, trasero,  descabello.  Silencio.  Le quinto bis est blando sans transmission.  Faena de manque total d’émotion sauf lorsque le toro trébuche et que LUQUE a besoin de rompre et que le public confond cela avec de la dangerosité.  Epée trasera et baja.  Palmas et salut.

Jimenez FORTES qui avait pris l’alternative l’année dernière ici même, a eu le pundonor de continuer après avoir été blessé à son premier. Puis après traitement à l’infirmerie, celui d’être revenu toréer son second. Il s’est laisser surprendre par la soseria des Juan Pedro’s en deux occasions qui lui ont valu la cornada au premier et une forte voltereta à son second.  Son premier est boyante en début de faena et calamochea et le désarme à deux reprises.  Pas de série complète.  Arrimoncito et molinetes en fin de faena.  Entière contraire atravesada haciendo guardia.  2 descabellos et aviso.  Palmas et saludo.  Avec le dernier rebrincado  FORTES est firme.  Le toro ne termine pas les passes.  La muleta est présentée plane.  La faena est inégale.  Alors que FORTES l’entreprend de près il est soulevé et jeté violemment.  Il se relève difficilement puis donne estatuarios avant 3/4  d’épée desprendida Atravesada et descabello.  Palmas et salut.

Ont salués Juan Jose Trujillo et Zuri en banderilles.  Demie Entrée en jour de Fiesta de Bilbao.

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans Bilbao, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.