Bilbao 25/08/2012 Triomphe de PERERA dans une mansa et terciada corrida d’ALCURRUCEN

Variapintada, terciada, mansa et manquant de race corrida venant de nouveau ternir l’image de la Plaza de Bilbao devant à peine plus d’une demie arène, faisant que la feria 2012 ne connaîtra pas de Lleno de No hay billetes, le dimanche de fermeture ne recueillant jamais le plein.  Les Alcurrucen sont habituellement mieux présentés et ont des exemplaires de meilleur jeu.  Le choix de ce lot semble avoir répondu à d’autres critères.

Le premier de PONCE a l’apparence d’un b?uf.  Il est bas et bien armé.  Il prend le capote por dentro et se colle du coté droit. Il est mal piqué trois fois, aux ordres de PONCE la troisième, même s’il fait mine de demander le changement.  Le toro est manso et fuyard et crée du désordre en piste. La faena débute de une en une sans obliger, en gardant une distance de sécurité.  Le toro est tardo, et PONCE arrive à lier avec rythme à distance.  A gauche il embarque à base de toques précis sur la corne contraire.  Puis le toro devient parado.  PONCE essaye de provoquer la charge en croisant et toquant sur la corne contraire et obtient quelques muletazos un par un.  Le toro se remet à fuir.  3/4  d’épée basse. Silence.  Son second est bajo cornalon, cornidelantero et corniapretado.  Il est bien cogido à la première rencontre puis al relance, en arrière et fort à la deuxième.  Alors qu’il n’a pas pu toréer au capote PONCE brinde le toro au public.  Trois séries probatoires épuisent les embestidas et quand PONCE veut toréer le bicho est arrêté.  Il se raja en tablas lorsque PONCE est prêt à porter l’estocade.  Entière basse.  Palmas y saludos.

Miguel Angel PERERA dans les conditions du jour, a été firme, dominateur, sincère et efficace.  Son premier est bajo, de meilleure présentation, corniapretado et tocado de pitones.  Il saute et jette les pattes dans le capote. Il montre de la faiblesse.  Le toro mansea au cheval et est piqué en conséquence. FANDIÑO donne un quite ajusté par gaoneras et revolera en chargeant la suerte.  La cuadrilla fait les choses bien en banderilles.  PERERA  débute la faena là où se trouve le bicho.  Il le met au centre et lui donne de la distance. Dès les premières passes il est ferme, la muleta en avant et se passant le toro près.  A droite et à gauche le choix des distances, le temple, la domination du terrain,  tout est là.  Lorsque le toro commence à s’arrêter à partir de la quatrième série, avec les mêmes qualités PERERA l’oblige à passer même si c’est au pas et il termine par un arrimon à toro dominé.  Une épée entière caida fulminante.  Une Oreille.  Le Quinto est bajo, musclé, corniapretado.  Il doute et se freine dans le capote.  Le public proteste le fait que le toro soit manso.  Il va droit sur le cheval de loin et est piqué bas.  Il ne se confie pas dans les capotes et est distrait en banderilles.  Brindis au public.  PERERA au centre cite pour un double pendulo, le toro sortant des passes distrait.  Comme avec son premier,  PERERA torée avec temple, avec la pansa de la muleta, sans recours.  Les passes sont données pour pouvoir enchainer la suivante sans reponer, en liant et laissant la muleta à l’hocico.  A gauche le toro se colle à la deuxième passe et accroche la muleta.  PERERA arrive à le faire passer une par une en changeant de corne avec un circular. Retour à droite et arrimon à toro dominé.  3/4 de lame en arrière, contraire, atravesada et perpendiculaire.  Descabello.  Oreille.

FANDIÑO a connu une journée mitigée.  Son premier est haut, montado, corniapretado, fin, lavado de cara, terciado.  Il est incertain et manso,  mal piqué trois fois.  Le toro attaque fort dans la muleta.  Il est brusque et se retourne rapidement.  FANDIÑO donne les meilleures passes sur la corne droite.  Son toreo est d’une grande sincérité mais n’est pas spectaculaire.  La faena est longue avec un retour à gauche jambe de sortie avancée, croisé.  Espadazo contraire et un peu en arrière qui aurait du lui valoir un trophée.  Mais sonne l’avis et suivent 4 descabellos.  Palmas et saludos.  Pour terminer la corrida FANDIÑO est opposé à un Alcurrucen haut et de peu de trapio, sans morillo, cornialto, anovillado.  Le toro doute et calcule.  Mal piqué en deux rencontres il est tardo en banderilles.  Dans la faena FANDIÑO est obligé de rompre et de perdre des pas à plusieurs reprises face à cet adversaire violent et incertain.  Il insiste de une en une, en aguantant les miradas.  Le toro n’obéit pas aux toques.  FANDIÑO n’insiste pas.  Macheteo et ¾ de lame trasera, desprendida, atravesada.  Silence.

Tous les toros, sauf le 2, ont été sifflets à l’arrastre, le 5 palmas y pitos.

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans Bilbao, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.