BILBAO 26/08/2011 -? PONCE et MORA coupent une oreille. Vuelta pour LUQUE.

Corrida mansa, mais très intéressante d’Alcurrucen, présentée très irrégulièrement, allant a mas dans la muleta pour certains, nobles et collaborateurs, et compliqués et dangereux pour d’autres.   Pelages très variés de l’ensemble du lot.  Arènes remplies quasiment au ¾.  Le vent a gêné toute l’après midi. PONCE a eu l’occasion de montrer sa maestria.  Son premier sort en manso, arrêté au centre et ne permet rien au capote.  Il s’emploi au cheval et est piqué fortement au second puyazo.  Quite de MORA par Chicuelinas impressionnantes d’aguante et sérées.  Ponce, comme il sait le faire, construit une faena a mas, al hilo, distante  en incluant petit a petit adornos et gestes élégants en abusant quelque peu des trajectoires por fuera.  Il entre à l’épée avec sérieux et pinche.  Autre pinchazo et ½ trasera, desprendida,  atravesada.  Avec son second PONCE monte d’un cran avec un bicho feo, avacado, sans morillo, corniapretado.  Inédit au capote, l’Alcurrucen ne s’emploi en rien au cheval, et est peu piqué.  Autre quite de MORA par gaoneras .   Brindis de Ponce au public.  Alors que le toro ne transmettait rien jusqu’à présent, il va, dans la muleta de Ponce, révéler des qualités certaines.  Embestida par le bas et une pincée d’émotion.  La faena a le mérite de mettre le toro petit à petit dans la muleta jusqu’à ce qu’il ne voit plus qu’elle et que Ponce puisse faire étalage de son élégance et d’ adornos très personnels dont il détient le secret, cambios de manos liés au pecho sur le retour, ainsi que la poncina.  Le tout avec une grande douceur.   Le public de Bilbao est enchanté.  Epée entière caida perdant la muleta.  Oreja, pétition de la seconde.  David MORA  est le complément et l’opposé de PONCE dans le bon et le mauvais.  Il torée à base de fondamentaux, se passant les toros très près, avec beaucoup d’aguante mais ne dispose pas d’un répertoire lui permettant de varier et d’apporter les touches finales lorsque cela pourrait faire la différence.   Décidé toute l’après midi. Son premier est un manso arrêté au centre, se freinant  dans le capote avec pelea de manso au cheval.  Ce bicho est incertain et court à la muleta.   MORA reste ferme dans la présentation de la muleta et dans le toque.  Il aguante les retours et s’efforce de l’emmener le plus loin possible.   A gauche le bicho passe la tête au dessus de l’estaquillador.  Prestation volontaire et professionnelle.  Epée entera, desprendida, perdant la muleta, d’effet rapide.  Oreja.  Son second serio, montado sans culata, cornalon, astillano, algo brocho et cornivuelto du bout des pointes.  Ce toro pense avant d’attaquer.  Mal piqué.  MORA démarre la faena décidé dans les medios, par le bas en trinchera et doblones genoux pliés.  A droite il se passe le toro très près  dans des passes dominatrices profondes malgré les difficultés du bicho en restant dans le terrain du toro pour l’obliger à répéter.  A gauche le toro est encore plus compliqué mais il laisse la muleta au museau pour l’obliger.  Retour à droite pour terminer a menos, passes données de une en une.  Mora se jette sur le morillo en criant et pincha.  Puis entière desprendida en perdant la muletaDescabello.  Aplausos au toro.  Saludo al tercio.  LUQUE a été très décidé et professionnel.  Son premier Alcurrucen va et vient en calculant, sans classe au capote.  Mal piqué il se comporte en manso.  Première tanda genou plié par doblones et trincheras terminant par le haut puis les derniers par le bas.  Le toro a tendance à ne pas répéter.  LUQUE réduit la distance et tapando la cara arrive à lier à droite.  A gauche il lie en toquant au museau.  Final de faena de bon goût par pase del desprecio et trincherillas.  Il entre à l’épée a ley et pinche.  Puis pinchazo profond en arrière.  Aplausos au toro.  Vuelta al ruedo pour LUQUE.  Le dernier de la tarde est fin, haut, bien armé, peu de trapio.  Violent au capote, Luque s’occupe de lui jusqu’au tercio de banderilles.  Le bicho manso au cheval.  Luque emploi les mêmes techniques qu’à son premier avec une volonté notable.  Le bicho est compliqué, sans classe, tardo, arrivant à accrocher la muleta dans certaines passes.   Luque arrive à tirer des passes méritoires.   Epée trasera, tendidaDescabello.  Saludo al tercio.  Corrida longue sans un moment d’ennui grâce  à l’intérêt apporté par les toros d’Alcurrucen.  Une corrida tout sauf lisse.

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans Bilbao, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.