BILBAO 28/08/2015 PÉTARD DE LA JUNTA ADMINISTRATIVA DE BILBAO.

Temps splendide et demie Arène pour la septième de abono. Les toros de Bañuelos sont à l’origine d’un scandale énorme. Pas vraiment plus qu’hier avec les Garcigrandes en ce qui concerne la présentation des toros. La différence c’est qu’aujourd’hui il n’y avait pas Ponce ou Juli pour faire tournoyer des animaux aux forces et à la caste limitées. Il est inconcevable que la Junta ait pu penser pouvoir lidier cette course à Bilbao, avec des toros au trapio inexistant, du niveau d’une arène de seconde catégorie. Celle d’hier nous savons pourquoi elle fut lidiée. Les Bañuelos ont mis à mal la théorie selon laquelle des toros présentés fin, légers ont plus de force et donnent un meilleur jeu. Ce fut tout l’inverse. Mais les Toros de caste les Toreros en veulent de moins en moins.

image

imageLe premier Antonio Bañuelos fléchit dans les premières tentatives de véroniques de Finito de Cordoba. Les deux picotazos l’agenouillent. Finito se double avec le torito qui embiste avec envie à droite pour ensuite s’arrêter à gauche. Finito est hésitant et mobile. Le Bañuelos termine asphyxié. Pinchazo et entière très en arrière et atravesada. Descabellos. Sifflets au Bañuelos. Silence.
Finito passe sans briller son second à la cape. Le toro subit les deux rencontres règlementaires au cheval. Quite par Saltilleras de Fandiño. Finito met un certain temps avant de dessiner quelques derechazos alors que le toro veut abandonner et le fait finalement. Pinchazo et bajonazo. Sifflets au toro. Silence.

imageLe second Bañuelos est protesté pour manque de trapio. Le toro prend deux varas sans classe. Il se défend tête haute à la troisième paire de banderilles. Brindis TV. Fandiño débute par cambios por la espalda le long des planches entremêlés de capeinas et droitières. Les derechazos sont cités avec sincérité mais transmettent peu. A gauche il se place dans le terrain du toro mais celui-ci est tardo. Fandiño fait l’effort à toro arrêté en ayant recours à des dosantinas et cambios dans le dos. Manoletinas et Mondeñinas animent les tendidos. Espadazo selon les canons résultant trasero et contraire. Pétition d’oreille. Vuelta.
Le quinto est reçu par deux largas cambiadas de rodillas de Fandiño et delantales en se passant le bicho au plus près. Le Bañuelos accuse le coup des deux picotazos. Brindis au public. Le début de faena est poussif car le toro avance avec mesure et s’arrête parfois. À gauche Fandiño répète les appels. À partir de là les quelques charges du toro sont très courtes. Espadazo dans les règles, lame desprendida. Pitos au toro. Palmas et Salut.

Le troisième est aussi protesté. Il est haut et fin. Talavante le reçoit par Larga afarolada debout et véroniques pieds joints que son aisance vend mal auprès du public. Le toro pousse tête haute au cheval puis sort rapidement de la seconde rencontre. Au centre Talavante cite pour un cartucho de Pescado suivi de naturelles. Le toro calamochea et embiste sans terminer les muletazos. Idem à droite. L’attitude flegmatique du Torero est peu propice au réveil des tendidos. 3/4 de lame basse et atravesada. Sifflets au toro. Silence.
Cette triste après midi se termine avec les protestations du public pour ce dernier Bañuelos. “Toro, Toro” initié par les madrilènes du 7 au premier rang de Galerie. Talavante prend l’épée et rentre à matar à plusieurs reprises et en termine. Bronca au toro et au torero.  René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Bilbao. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.