Campagne d’affiches dans le Midi de la France

L’Union des Villes Taurines Françaises (UVTF) vient de lancer une campagne d’affiches publicitaires dans tout le la Midi de la France et se déploiera dans les villes et routes des trois régions Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ces affiches placardées dans les villes et sur les routes de ces régions sera accompagnée de demi-pages dans les principaux quotidiens du sud de la France. Les premières affiches annonçant    «Le Taureau, notre Culture» n’a pas manqué d’attirer l’attention dans le Gers et à Toulouse et automatiquement d’alimenter des réactions en particulier et il fallait s’y attendre, des anti-corridas qui ont réitéré leurs mensonges et manipulations pour dénoncer cet affichage et déplorer qu’il montre «une magnifique photo d’un taureau vivant en pleine forme et non celle d’un taureau agonisant en sang pendant le déroulement d’une corrida» et réclame la désapprobation citoyenne et de l’exprimer aux maires et offices de tourisme. Il est ajouté que ces affiches sont en fait la promotion d’une activité de torture animale en grande partie payée par les impôts des Français et des Européens à travers les subventions» et que la culture invoquée n’est pas le Taureau mais celle de la corrida.

 

La presse locale, en l’occurrence la Dépêche du Midi, rapportait ces réactions tout en décrivant l’affiche comme « un superbe taureau noir bondissant sur un fond or évoquant le sable d’une arène »

André Viard, président de l’Observatoire National des Cultures Taurines et chargé de mission pour l’UVTF, dans un communiqué au quotidien, rappelle que la corrida ne bénéficie pas de subventions qu’elles soient locales, nationales ou européennes. Les arènes où se déroulent les corridas en France sont gérées en régie municipale et ce sont les bénéfices des fêtes que la corrida génère à cette occasion qui payent ce spectacle et non pas les impôts de nos concitoyens. Dans d’autres arènes, c’est un concessionnaire qui paye une redevance à la municipalité, c’est donc le spectacle taurin qui finance la municipalité.

Quant à la description de l’affiche, André Viard précise que «Le fond jaune de l’affiche est une paroi sur laquelle est gravée une tête de taureau, dieu de l’abondance,        remontant à 3 500 ans avant notre ère, au Mont Bégo, près de Nice».

Avis aux annonces fausses ou non documentées, aux individus et organismes qui se font un plaisir de les colporter et qui trompent facilement la société souvent étrangère ou même indifférente au spectacle taurin pour l’amener à leur cause et entraver ainsi la liberté des uns et des autres.

Georges Marcillac

Ce contenu a été publié dans EDIT"O"PINION. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.