La Tauromachie devenue le symbole d’une manipulation de masse.

Ceux d’entre vous qui suivent attentivement et régulièrement les nouvelles taurines n’avez pu passer à côté des nombreuses prises de positions des élus Espagnols faisant de la Tauromachie un point d’ancrage de leur communication populiste.  Durant de longs mois de campagne électorale ibérique des élus de tous les bords mais surtout de Podemos, des indépendantistes et du PSOE ont choisi de jeter en pâture le peuple du toro dans l’arène des élections et des promesses inconséquentes pour l’avenir du pays.  Les annonces contre les tauromachies sont tellement nombreuses qu’il serait indigeste de les lister.  Disons qu’elles ne se limitent pas aux corridas.  Toutes les fêtes populaires autour des toros étant maintenant attaquées.  Le peuple a voté et il est fort probable que le recul des partis précités ait un certain lien avec leurs prises de position contre le peuple des toros.  Leur erreur a eu des conséquences qu’ils n’avaient pas anticipées.  Leur démarche est d’autant plus illusoire qu’une fois la corrida disparue, l’Espagne ferait encore et toujours face à tous les mêmes démons qui meurtrissent actuellement sa société et son économie.   Attaquer la tauromachie est un écran de fumée et les méthodes employées sont inacceptables.

Depuis plusieurs années des Aficionados éclairés ont œuvré dans de nombreux domaines pour informer les citoyens et protéger la tauromachie.  Nous ne cessons d’avancer des arguments comme si la bataille devait se gagner sur le terrain de ceux-ci et nous voyons aussi bien en Espagne qu’en France, que nous sommes souvent inaudibles et que l’étau se resserre sur nos traditions.  Quel est donc ce phénomène qui fait que, malgré des lois, des recours constitutionnels, des argumentations par des personnes honorées et respectées, des manifestations populaires, des Ferias où se réunissent des dizaine de milliers de citoyens, nous soyons continuellement obligés de lutter et nous justifier pour faire valoir ce que  nous sommes, faire respecter nos traditions et nos droits ? Très clairement c’est parce qu’un mouvement de manipulation de masse est en marche ayant pris pour cible la tauromachie. Le peuple taurin est l’objet d’attaques pour le contrôle des âmes et du porte-monnaie  de citoyens naifs, étourdis par des manipulations fondées sur la sensiblerie et un moralisme déguisé.

Jamais dans les médias généralistes n’est-il permis d’entrer dans le débat tauromachique par le biais de  l’historique, de la culture et de la philosophique.  Tous se concentre autour d’une supposée morale  prise à son niveau le plus primaire, instinctif et irrationnel, c’est à dire au niveau des pulsions qui sont les plus aisées à stimuler chez des êtres dont les connaissances en la matière sont limitées.  Une morale dont les sectaires affirment qu’elle devraient s’appliquer urgemment à la tauromachie.  Mais ce que nos concitoyens ne voient pas venir ce sont les effets de ce sectarisme qui a par ailleurs défini une stratégie de chamboulement de la relation homme-animal jusqu’aux limites d’un raisonnement pervers.

Ces méthodes sont exactement ce qui a conduit, en d’autres temps, nos sociétés au racisme, à la xénophobie, à l’homophobie, à la misogynie, à l’antisémitisme, à la discrimination.  Comme lors de ces périodes sectaires, on interdit au peuple du toro de communiquer et d’argumenter  sur ce qu’est le toro de combat et ce qu’est réellement la tauromachie, et on le pourfend d’accusations fallacieuses de torture, de mort d’animal, de maladie mentale, d’intentions malsaines, et autre pour que nous apparaissions comme des démons et ainsi pouvoir faire naître et prospérer un dégoût dans l’esprit de nos concitoyens.  Du clientélisme à l’oeuvre. Pendant que la corrida, avec ses quelques milliers de toros mis à mort, est présentée comme une tradition à exterminer, des millions de poissons agonisent à la vue de tous chaque jour sur nos étals, des dizaines de milliers d’animaux de compagnie sont euthanasiés chaque année dans nos refuges, des centaines de milliers d’animaux meurent agonisant sous les attaques de leurs prédateurs parce qu’ils en sont la proie.  Tout ceci n’empêche pas les animalistes de développer de grands raisonnements bancales sur le bien-être ou la mort animale, pour autant que leur application puisse avoir un effet sur des hommes.  Car vous l’aurez compris le droit des animaux ne s’appliquera jamais pour la gazelle qui agonise et meurt lentement sous les crocs de la lionne, ni pour le bébé gnou déchiqueté par le crocodile dans les rivières d’Afrique.  Seul compte le fait de pouvoir imposer à des êtres humains des contraintes,   prétextant que seule la mort animale aux mains des hommes doit être interdite.

Durant la Feria de San Isidro 2016 j’ai voulu voir de mes propres yeux l’exposition “Les autres Tauromachies” invitée à se produire, par la Maire de Madrid affiliée à Podemos, à la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando rue Alcalá, en plein centre de Madrid.   Georges Marcillac avait révélé en son temps cette mascarade.  Je m’attendais au pire et j’ai été servi.  Pour ceux qui ne le savent pas cette exposition était totalement anti-taurine. L’entrée y était gratuite et curieusement lorsque j’y suis allé il n’y avait que 7 personnes, moi y compris.  On y voyait les images habituelles des anti-corrida, sorties de leur contexte, ayant pour but de choquer les visiteurs qui n’auraitent aucune connaissance de la corrida. Aux mensonges habituels s’ajoutait pourtant une démarche qui m’est apparue intolérable. En effet une des présentations était un texte manuscrit contenu dans deux cadres, accrochés de part et d’autre d’une photo/dessin de torero (Javier Cortes) dont le capote de paseo apparaissait dégoulinant de sang.  Dans le texte il était perpétré une insinuation gratuite et diffamatoire assimilant le torero à un psychopathe.  Ceci étant considéré, incroyablement, comme de l’Art par les exposants, le musée et les autorités locales.

Une insulte qui ne serait pas tolérée dans d'autres circonstances.

Une insulte qui ne serait pas tolérée dans d’autres circonstances.

En tant qu’aficionado je me suis senti  insulté par cette agression.  En effet une telle diffamation rejaillit sur tous les aficionados et taurinos, présents ou passés qui aimons la tauromachie.

Si ce qui se déroule contre la tauromachie  était pratiqué dans n’importe quel autre domaine, cela conduirait à des réactions outrées et à des interdictions.   On ferait cesser immédiatement les agressions inacceptables dont nous sommes, aujourd’hui l’objet.   Imaginez-vous un instant qu’un musée de renom accepterait d’exposer une soit-disant exposition d’art qui présenterait l’image d’un homosexuel, d’une femme, d’un noir, d’un arabe, d’un juif en l’encadrant d’un texte accusateur et diffamatoire,  le traitant de “psychopathe” ?  J’ose espérer qu’il serait immédiatement retiré et sanctionné.

J’accuse nos sociétés  de laisser de tels agissements se produire contre nous, le peuple du toro, et en tolérant qu’on se réfère à nous en des termes diffamatoires et insultants.  La tauromachie, parce qu’elle vient de loin et qu’elle trouve ses racines aux origines de l’humanité, parce qu’elle vénère un animal dont elle assure la survie, parce qu’elle en adule l’unicité dans le règne animal, doit être appréhendée dans son “tout” en nous permettant de décrire la complexité et la richesse de notre tradition tout en nous protégeant du mensonge, des discriminations, des procès d’intentions.

Dans cette manipulation de masse il faut bien définir les forces en présence.  Il y a d’une part les accusateurs animalistes dont les motivations sont multiples et disparates et dont l’idéologie sous-jacente est un sophisme.  Seul compte pour eux les méthodes permettant d’obtenir des résultats “sonnants et trébuchants”.  D’autre part il y a nos concitoyens qui sont victimes de la manipulation des premiers.  Ces concitoyens sont les mêmes dont les votes sont convoités par les politiques,  alliés objectifs des animalistes, ou le porte-monnaie lorgné par les associations qui ne veulent pas se laisser damer le pion dans la récupération des fruits des actions extrèmes.  Ceci explique les incroyables alliances qui naissent pour faire de la tauromachie une cible.  Les animalistes arrivent à recueillir l’appui des politiques et d’associations protectrices des animaux qui craignent de voir capter leur financement auprès des propriétaires d’animaux de compagnie attisés par les animalistes dans leurs attaques sur la tauromachie.  Las amis des animaux ne se rendent pas compte que les arguments avancés contre la tauromachie aujourd’hui feront d’eux les cibles  de demain.  C’est ce que j’ai voulu expliquer dans mon article intitulé Haro sur le toro et l’animal de compagnie.   Il suffit pour cela de constater comment la pseudo artiste auteur des diffamations pré-citées à l’Académie de Beaux-Arts de Madrid  publie, sans retenue, sur sa page facebook ses convictions  :  “En estos momentos, en lo que dura esta rueda de prensa, están muriendo de una manera violenta miles de animales en España. En las perreras, en la calle, en los mataderos, en las granjas de explotación, en el campo, por el terrorismo de la caza… Por eso estamos aquí”       Y sont visés les animaux domestiques, les animaux que nous mangeons, la chasse, l’élevage…  Nous sommes face à un extrémisme qui se sert, à couvert, d’un ordre moral pour à terme museler jusqu’à ceux qui  auront été leurs alliés et leurs financiers sur le chemin.  On peut y lire aussi que Rajoy ne mérite pas qu’on lui donne un coup de poing mais qu’on lui donne le feu  démontrant ainsi, s’il en était besoin, la violence de leurs intentions.  En attaquant par alliance la tauromachie sur le fondement d’arguments à l’apparence morale mes concitoyens “amis” des animaux de compagnie sont en train de mettre en place le processus même qui les emportera eux et leurs animaux domestiques qu’on leur interdira un jour prochain de posséder.

Il faut être clair, les mouvements animalistes ne savent rien des Toros de Combat et ne veulent rien savoir de cette animal.  Ils ne veulent surtout pas que leurs alliés, nos concitoyens, en acquièrent quelque connaissance que ce soit afin de pouvoir continuer à mentir et diffamer.  Ils n’ont rien à faire de la survie de ce noble animal et de ses particularités.  Ils veulent changer les fondements des rapports entre l’homme et l’animal non pas pour permettre aux animaux de prospérer mais pour mieux dominer et manipuler les hommes.  C’est le processus d’interdiction et de contrôle des hommes qui les fascine.

La nature, elle, connait le principe d’équilibre entre l’homme et les espèces animales, équilibre qui a permis aux deux de survivre ensemble pendant des millénaires.  La nature connait aussi le lien étroit entre la mort et la vie tel qu’il existe par exemple dans les rapports entre les prédateurs et leurs proies et dans le cycle normal de la nature.  Sur notre planète des animaux naissent et vivent,  longtemps ou pas, pour satisfaire les besoins de survie d’autres animaux qui les tueront et les mangeront.   Les animaux meurent même en dehors  de l’intervention des hommes, parfois violemment.  Ce que font les anti-corridas c’est projeter sur la tauromachie et ses acteurs des sentiments vils et viciés qui seuls vivent dans leur âme et leur servent à mieux contrôler les émotions de ceux à qui ils sont destinés.  Ils voudraient que les citoyens qui jusqu’à présent ne s’en étaient pas préoccupés, voient la tauromachie comme un acte démoniaque alors même que nous sommes des millions à travers le monde à admirer et à vénérer  le toro de combat.  Nous sommes des hommes et des femmes de tous âges, de toutes races, de toutes religions, de toutes professions, de toutes orientations sexuelles, de tout niveau d’éducation et de tout niveau social, des inconnus et des illustres, issus de générations présentes et passées, nous vivons tous avec une même passion le Toro. Après des siècles de tradition au sein de nos sociétés, nous serions tous soudainement devenus des pervers, des incultes, des ignorants a jeter, dans un acte d’oubli, en pâture à des justiciers et bourreaux auto-proclamés. Il s’agit ni plus, ni moins que d’un incroyable mouvement “négationniste” cherchant à effacer une histoire et une culture remontant jusqu’à nos premiers ancêtres.

Les gens des campagnes d’Espagne ont pris la mesure de l’intolérable dont les ramifications vont et iront au delà de la tauromachie.  Ils ont manifesté à Madrid dans le calme, avec sérénité, et avec force, il y a quelques semaines, pour dire assez aux interdictions inspirées par les extrémistes et leurs alliés politiques de tous bords. Alors que le peuple du toro ne s’était pas joint à leur manifestation, ils nous ont, avec énormément de bon sens, inclus dans leur action. (Voir une video reportage sur cette manifestation ici)

IMG_8773 smallCes paysans et éleveurs, ces gens du monde rural, savent avec leur bon sens que les animaux vivent dans un équilibre avec les hommes, depuis tous temps,  avec leur existence garantie par des intérêts réciproques et millénaires.  Aujourd’hui les animalistes vendent l’illusion d’un ordre chamboulé dans lequel l’animal, qui ne parle pas et ne pense pas, se découvre un porte-parole autoproclamé, l’Animaliste, qui décidera pour lui ce qui lui convient  et surtout ce qu’il faut autoriser ou interdire aux humains de faire en son nom. Comme ce monde rural en a montré le chemin en nous incluant dans leur démarche (voir le texte de la banderole sur l’image ci-dessous) Il est temps de nous unir avec eux pour défendre notre style de vie humaniste et empêcher les extrémistes d’imposer, subrepticement, un nouvel ordre moral dont ils veulent que la disparition de la tauromachie soit le symbole.

René Philippe Arneodau.

IMG_8775 small

Ce contenu a été publié dans EDIT"O"PINION. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La Tauromachie devenue le symbole d’une manipulation de masse.

  1. Pepe dit :

    Merci pour cet article, excellent!

  2. ZAPATA dit :

    Bonjour à tous,
    Il y a quelques temps j’ai suivi un débat sur le sujet au club taurin de Paris (le sujet était la fermeture des arènes de Barcelone), la conclusion était uniquement politique. Il s’agissait de récuperer des voix pour gagner les élections.
    Pourquoi n’y a-t-il pas de manifestation sur les méthodes hallal d’abattage des animaux?
    Pourquoi n’est-il pas interdit de rouler en voiture car on tue des insctes, écrase des chats.?…Etc.
    On pourrait aller plus loin dans la connerie…
    Je revendique le droit à la tauromachie et même le rodéo.
    Un aficionado parisien

  3. martino dit :

    ne jamais céder devant une telle manipulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.