La Tauromachie est un Art improbable.

La Corrida est un Art improbable. Lorsque les acteurs s’évertuent à contrôler
tous ses aspect, la Corrida n’est alors que Spectacle. L’osmose entre le
Spectacle et l’Art c’est la magie de la Corrida. Le rituel organise le Spectacle,
et l’Art y est aléatoire. L’acte de foi de l’Aficionado c’est d’accepter d’être
témoin d’un spectacle où l’Art ne sera peut être pas au rendez-vous. Celui qui
se rends aux Arènes pour regarder le rituel et reconnaitre la chorégraphie est
Spectateur. Celui qui espère et attends que l’improbable se produise est
Aficionado.
L’Acteur de la Corrida qui impose ses choix pour assurer sa chorégraphie
s’éloigne de l’Art. Celui qui laisse le spectacle s’organiser avec audace invite
l’improbable d’où jaillira l’Art. L’Acteur qui contrôle tout veut assurer la
chorégraphie. Ses grands succès seront pourtant toujours issus de
l’improbable, de l’aléatoire qu’il n’aura pas invité de ses voeux. Cet improbable
sera un toro manso qui se réfugie aux planches et qu’il oblige, un toro brave
avec du moteur qui ne lui laisse pas un instant de répit mais qu’il domine, un
toro avec guasa qu’il parvient à mettre dans la muleta, un toro qui le prends
violemment et auquel il s’impose. Les grands triomphes historiques ne sont
jamais des spectacles chorégraphiés et sont toujours des évènements
Improbables dépendant de caractéristiques fortes du Toro et de la capacité
inespérée du Torero de se hisser à la hauteur de l’épreuve. L’audace est
indispensable pour que l’Art puisse jaillir. Cette audace peut être recherchée
et s’exprimer essentiellement sur deux paramètres, le Toro et l’engagement
du Torero

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans EDIT"O"PINION. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.