Las Ventas: la saison taurine 2015 (I) – par Georges Marcillac

INTRODUCTION :

Madrid a toujours été une Arène qui lance les carrières, les confirment et qui définit les tendances et révèle les hommes en forme.  Alors que la Tauromachie est attaquée de toute part Madrid apparaît encore plus comme le Roc autour duquel nous devons nous réunir, à partir duquel nous devons nous inspirer.  De nombreux Aficionados Français sont des habitués de Las Ventas qu’on aime et déteste à la fois.  En effet il n’est pas inhabituel d’entendre des Aficionados, emprunts de leurs critères lointains,    se révolter contre les réactions du tendido 7 qui en réalité n’est pas le seul secteur intransigeant de ces arènes.  Si on y prête attention on verra que la Grada du 8 n’hésite pas à s’exprimer aussi.  

Parmi les  Abonnés de las Ventas il y a notre compatriote Georges Marcillac avec qui j’ai écrit “al alimon”, pendant plusieurs années, pour le site Terres Taurines.  C’est un privilège pour Toreoyarte de savoir que nous pouvons compter sur son excellente aficion et sa collaboration débutée cette automne 2015.  Son assiduité sur les tendidos de las Ventas donne d’autant plus de crédibilité à son résumé de la Temporada Madrilène qu’il nous propose ci-après.  Niño de San Rafael.

Las Ventas: la saison taurine 2015 (I)

La société Taurodelta S.A. qui gère la place de Las Ventas de Madrid depuis 2006 vient de publier son bilan artistique pour la saison écoulée de 2015. En voici le résumé :

Programmation et calendrier

Le nombre de spectacles taurins – corridas de toros, novillos et de rejones – au cours des années 2000 jusqu’à nos jours offerts à Las Ventas a varié de sorte qu’il est logique de séparer les saisons taurines avant la crise économique de 2007 et les deux lustres qui suivent de sorte que la moyenne du nombre des corridas durant ces périodes est :

  • de 2001 à 2006 : 73
  • de 2007 à 2011 : 67
  • de 2012 à 2015 : 62

Ceci avec une baisse notable de spectateurs dont on enregistre néanmoins, en 2015 par rapport à 2014, une légère augmentation de 1,7%  des entrées vendues soit 12.332  pour un total de 707.472. Le taux de remplissage des arènes se stabilise autour de 60% ces dernières années, en rappelant que la capacité de Las Ventas est de 23.798 spectateurs. Bien entendu il faut distinguer dans ce taux celui qui correspondrait à la San Isidro – qui va de 75 à 100% (7 « no-hay-billetes ») et celui de 25 à 33% correspondant à l’assistance aux corridas et novilladas du reste de la saison.

En 2015 ont été célébrées 37 corridas, 21 novilladas et 4 corridas de rejones soit un total de 62 spectacles auxquels il faut ajouter une novillada sans picadors et un de recortes.

La saison était inaugurée le 29 mars pour la corrida à laquelle s’annonçait Iván Fandiño face à six toros d’encastes différents et qui enregistrait une affluence record – gradins garnis à 100% – le dimanche des Rameaux et se terminait le 12 octobre, Fête Nationale en Espagne – Jour de l’Hispanité. La feria de San Isidro se déroulait du 8 mai jusqu’au 7 juin et comptait 24 corridas de toros dont celles de la Presse (20/05) et de Bienfaisance (03/06), 3 novilladas et 4 corridas de rejones.

Résultats artistiques

Le nombre de matadors qui se sont produits à Las Ventas est de 118, onze de moins qu’en 2014. Le tableau suivant indique que certains d’entr’eux ont fait plusieurs fois le paseillo :

Stats

Seuls Diego Urdiales (9 toros) et le novilleros Alejandro Marcos ont été à l’affiche quatre fois. Les neuf autres matadors qui ont toréé trois corridas au cours de cette saison sont: Iván Fandiño (10 toros), Alberto López Simón (7 toros), Miguel Ángel Perera (7 toros), Alejandro Talavante, Eugenio de Mora, Fernando Robleño, Miguel Abellán, Paco Ureña y Sebastián Castella, ces derniers ayant évidemment toréé les six toros qui leur correspondaient, sachant qu’Iván Fandiño avait affronté tout seul six toros le 29 mars. Quant à Miguel Ángel Perera et Alberto López Simón, ils avaient toréé en mano a mano avec Julián López « El Juli » (03/06) et Diego Urdiales (02/10) respectivement. Avec deux corridas on trouve Manuel Jesús “El Cid” (8 toros) qui se mesurait sans succès à six victorinos,  Jesús MartínezMorenito de Aranda” (6 toros) devait suppléer Ángel Teruel blessé dès son premier toro , Julián López « El Juli » (5 toros) partageait l’affiche en avec Miguel Ángel Perera et José Ignacio Uceda Leal (5 toros) qui, chef de lidia, mettait à mort le 6ème de la corrida après la dramatique blessure de Saúl Jiménez Fortes (14/05)

En ce qui concerne les novilleros, il est à noter que le péruvien Joaquín Galdós (5 novillos) et le français Clément Dubecq « Clemente » (4 novillos) étaient annoncés trois fois et, blessés, ils ne pouvaient combattre les neuf novillos qui leur étaient destinés. Pour cette raison Francisco José Espada (8 novillos) devait affronter quatre novillos de plus, ceux qui correspondaient à Joaquín Galdós et David Martín Escudero blessés tous deux à leur 1er novillo (25/05). Gonzalo Caballero qui a pris la alternative, de la façon impromptue que l’on sait, le 3 octobre dernier, faisait lui aussi acte de présence à Las Ventas, deux fois, la première en tant que novillero et l’autre comme matador de toros.

La première place du monde possède la réputation de sa sévérité dans l’attribution des trophées, le graphique ci-dessous le montre. En effet 50 oreilles étaient accordées sur le total des 62 corridas et les 378 toros combattus. Seuls trois matadors avaient l’honneur de franchir la Puerta Grande après avoir coupé les deux oreilles règlementaires. Il s’agit de Jesús Martínez « Morenito de Aranda » qui le premier, le 2 mai, coupait deux oreilles à un toro de Montealto, ensuite c’est Sébastien Castella qui, le 27 mai, signait une extraordinaire faena à un grand toro de Alcurrucén, primé d’un tour de piste d’honneur. Enfin la révélation de la saison, Alberto López Simón, lui, sortait en trois occasions par la grande porte après avoir coupé une oreille à chacun de ses toros.

Morenito 2 mai

Morenito de Aranda le 2 mai

Sebastian Castella 27 mai

Sébastien Castella le 27 mai

Lopez Simon 02 Octobre

Alberto López Simón le 2 octobre

Autant les décisions de la présidence que les réactions et opinions manifestées par le public madrilène sont résumées dans le « camembert » ci-dessous. Il est intéressant de souligner que les faenas des divers matadors ont été sanctionnées par 133 avis sans qu’il y ait eu une seule fois, heureusement pour les toreros, la sanction fatidique des trois avis.

Résultats Artistiques

Parmi les novilleros, seul le péruvien Andrés Roca Rey, coupait deux oreilles, une à chacun de ses novillos, et avait l’honneur de sortir par la Grande Porte de Las Ventas le jour de sa présentation à Madrid, le 19 avril, et se révélait ainsi un torero de grand avenir. Ensuite, seulement sept autres novilleros sur 43 coupaient une oreille.

25 novilleros ont fait leur présentation à Madrid dont notre compatriote Lilian Ferrani le 21 juin.

Sur les quatre corridas de rejoneo et les 10 caballeros, le même jour 16/05, Sergio GalánDiego Ventura et Leonardo Hernández recevaient le maximum des trophées et sortaient a hombros. Le même Leonardo Hernández et Sergio Galán faisant le paseo une deuxième fois, le 23/05 et 06/06 respectivement.

Trois novilleros sans picadors disputaient la finale des écoles taurines « El Camino hacía Las Ventas » le 4 octobre dernier. Le jeune Carlos Ochoa sortait vainqueur en coupant les deux oreilles du 5ème de Jandilla tandis que l’autre élève de l’Ecole Taurine « Marcial Lalanda » de Madrid, Ángel Téllez passait près du succès et coupait une seule oreille.

Roca Rey 19 Avril

Andrés Roca Rey le 19 avril

Reojaneadores 16 mai

Les trois rejoneadores le 16 mai

 

Ochoa 04 octobre

Carlos Ochoa le 4 octobre

Cette année, cinq confirmations d’alternative ont été concédées (par ordre chronologique) à :

Leonardo San Sebastián, 3 mai. Toros de Carriquiri. Parrain, Curro Díaz. Témoin, Sergio Aguilar. Résultat: silence au seul toro mis à mort. Blessé gravement à son second.

Javier Jiménez, 15 août. Toros de Santiago Domecq. Parrain, Carlos Escolar “Frascuelo”. Témoin, Ángel Teruel. Résultat: un tour de piste et une oreille après avis.

Julio Parejo, 23 août. Toros de Lagunajanda y El Risco (6º, sobrero). Parain, Domingo López Chaves. Témoin, Víctor Janeiro. Résultat: saluts après avis et silence après avis.

Marco Antonio Gómez, 13 septembre. Toros de Saltillo (fer et devise de Moreno de Silva). Parrain, Francisco Javier Sánchez Vara. Témoin, José Carlos Venegas. Résultat, silence aux deux.

Fabián Barba (Mex.), 27 septembre. Toros de Hermanos Fraile Mazas. Parrain, Manuel Jesús Pérez Mota. Témoin, Miguel Ángel Delgado. Résultat, silence aux deux.

Accidents et blessures

Un total de 22 accidents et blessures de diverses gravités ont été enregistrés au cours de la saison 2015 écoulée. Ce bilan peut être comparé à ceux des années précédentes 12 (2011), 10 (2012), 17 (2013), 24 (2014) pour des nombres comparables de corridas, de toros combatus et de toreros.

Six matadors de toros (deux d’entr’eux en deux occasions), onze novilleros et trois banderilleros recevaient des blessures qui nécessitaient leur entrée et intervention à l’infirmerie des arènes.

Le torero Saúl Jiménez Fuertes était le plus gravement blessé le 14 mai à la suite de deux coups de corne qui affectaient l’un la région cervical droite et l’autre la région sub-mandibulaire avec les contusions ou lésions correspondantes des organes de ces zones délicates.

Les blessures d’ Alberto López Simón et Ángel Teruel (2 mai) et Leonardo San Sebastián (3 mai) ainsi que le novillero Antonio Puerta (26/04) et le banderillero Domingo Valencia (28/05) étaient diagnostiquées comme graves.

Les autres cogidas qui requiéraient un passage par l’infirmerie et une courte hospitalisation sans revêtir un caractère de gravité avaient pour victimes les matadors de toros Juan del Álamo (8 de mayo), Paco Ureña (12 de mayo y 4 de octubre) y López Simón (2 de octubre), les novilleros Andrés Roca Rey (19 de abril), Miguel Ángel León (26 de abril), Gonzalo Caballero (13 de mayo), Joaquín Galdós (25 de mayo), Martín Escudero (25 de mayo), Clemente (5 de julio), Jorge Escudero (12 de julio), Lorenzo Sánchez (26 de julio), Manolo Vanegas (2 de agosto) y Antonio Mendoza (6 de septiembre) ainsi que les banderilleros David Saugar Pirri, (de la cuadrilla de Manuel Jesús El Cid,  5 juin), Marco Galán (de la cuadrilla de Javier Castaño, 7 juin).

 

Ce contenu a été publié dans EDIT"O"PINION, Georges Marcillac Escritos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.