Los Toros al Caballo.

Lorsque les toros vont au cheval il est facile de se tromper sur l’interprétation de la qualité du combat du bicho.  Je m’explique.  Si le toro est placé loin du cheval à la première pique et qu’il répond allègrement à l’appel du varilarguero, ceci n’est pas indicatif de sa bravoure, du fait qu’il n’a pas encore senti le fer.  Il faut alors qu’il confirme par son comportement sous le fer, puis dans la pique suivante.  S’il s’endort contre le peto ou s’il ne pousse pas agressivement, on peut, malgré l’attaque lointaine initiale, considérer que l’animal ne s’est pas employé ou peu employé.  Supposons que le toro ait poussé sous la première pique, mais qu’il ne pousse pas à la seconde et sorte seul, alors il ne faudra pas conclure que le bicho fut brave.  Voir un animal attaquer de loin et peu s’employer sous le fer ne devrait pas permettre de conclure que nous avons vu un grand tiers de pique.  Seul le comportement du toro peut autoriser cette qualification, pas seulement celui du varilarguero.

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans EDIT"O"PINION, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.