MADRID Plaza de Temporada

La Venta del Batan

Jeudi 10 Mai 2012.  La feria de San Isidro débute.  Madrid est la dernière véritable Plaza de temporada, c’est à dire une plaza qui donne des spectacles régulièrement et fréquemment pendant toute la saison.  Barcelone était une Plaza de temporada et il faut souhaiter qu’elle le redevienne.    C’est un signe des temps.  Si nous perdons ces deux dernières arènes en tant qu’arènes de temporada, la tauromachie s’en trouvera  affectée  irrémédiablement. Ce sont des bastions dont nous devrions avoir conscience qu’ils nous appartiennent  collectivement en tant qu’aficionados et que nous devons protéger.  Un autre de nos bastions déchus est la Venta del Batan qu’il serait bénéfique de voir ré-ouvrir.  Ceux qui l’ont connue en gardent des souvenirs agréables et instructifs.  Je suis extrêmement surpris que le mundillo ne fasse aucune tentative pour faire renaître cet espace et le promouvoir comme lieu de rencontre avec le Toro de Lidia.  Simon Casas, actuellement en charge du volet culturel de Taurodelta, en fera t-il un objectif ?  Je le souhaite ardemment.  Mais je vois déjà poindre tous les alibis réglementaires pour justifier qu’on ne fasse rien.  La Venta del Batan permettrait de ramener le toro au contact des gens.  Parmis mes premières joies d’aficionado je me souviens des heures passées aux corrales de Fréjus à simplement admirer les toros.  J’y attendais avec anticipation de croiser un interlocuteur érudit avec qui je pourrais discuter et apprendre.  J’ai le souvenir de conversations stimulantes avec Jean Marie Robert le responsable des corrales, avec Jean et Claude Isnard ou Claude Diradourian chroniqueurs pour la revue TOROS.  Fréjus est un autre de nos bastions, la plaza la plus à l’est du monde taurin.  Tous ces bastions nous devrions collectivement les défendre.  Nos Bastions sont dans l’attente d’une action commune de l’Aficion:

  1. Plazas de Temporada
  2. La Venta del Batan Madrid.
  3. La plaza de toros de Fréjus.

A compléter.

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans EDIT"O"PINION, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.