Valdemorillo (Madrid) – 6 février 2022 – 3ème et dernière de feria – Miguel Ángel Perera coupe deux oreilles – Alejandro Marcos retient l’attention des aficionados.

Pour la dernière corrida de La Candelaria des toros de Montalvo étaient opposés à trois matadors : Antonio Ferrera de retour de sa campagne américaine, Miguel Ángel Perera et Alejandro Marcos qui remplaçait Cayetano Rivera Ordoñez prévu initialement au cartel, ces deux derniers inaugurant leur temporada. Les arènes enregistraient une belle entrée, au moins au trois-quarts remplies et sans jauge limite.

Le premier montalvo se brisait une corne dans un choc contre un burladero et il était remplacé par un sobrero qui, comme les cinq suivants, allait recevoir une seule pique, souvent en arrière, le 5ème laissé « cru » par le matador de service. L’homogénéité des poids affichés - autour de 495 kg  - cachait des différences de hechuras, bastos la plupart avec des armures assez modestes. Du lot, le mieux présenté fut le 6ème, Les faiblesses de pattes à la sortie du cheval étaient ou bien corrigées par les matadors ou bien surmontées par les toros en général nobles ne présentant pas de difficultés majeures en cours de lidia.

Antonio Ferrera dessinait une série de véroniques de réception à un toro qui s’ « ouvrait » bien en fin de lance et permettait la progression de la série jusque'au centre de la piste. Les doblones de début de faena ne servaient qu’à faire passer le toro avant d’entreprendre une première série de la droite. Le toro se retournait en fin de passes sans trop de risque pour le torero expérimenté. Sur le côté gauche le phénomène se faisait moins sentir. Malgré cela Antonio Ferrera toréait à distance - c’est un euphémisme – le buste penché en avant, abusant de la pointe de la muleta en se donnant des airs de toreroappliqué ou  inspiré  pour un toro de charges courtes qui ne justifiaient pas autant de précautions. L’estocade verticale, en bonne place, achevait cette faena en demi-teinte. Au 4ème se répétait à peu près le même scenario qu’au premier jusqu’aux séries de naturelles dans lesquelles Antonio Ferrera guidait le toro avec temple, le corps vertical, relâché. Le toro semblait à bout de force ce qui enlevait toute émotion à un exercice de style par naturelles des deux mains, s’étant débarrassé de l’épée ayuda dans la main droite. Une demi-estocade horizontale et un descabello concluaient cette faena, assortie d’un avis. Le président n’accédait pas à la forte pétition d’oreille et la récompense se limitait à un tour de piste.

                                    

Miguel Ángel Perera ne pouvait vraiment entrer en action qu’avec la muleta car auparavant le toro allait au pas, sans se livrer même sous la pique, pour se réveiller aux banderilles et charger allègrement dès les passes de tanteo. Ensuite venaient des derechazos, liés mais sans grâce, sans distance. Sur la gauche, le toro ne répondait pas mais en le citant à meilleure distance, les naturelles s’avéraient possibles et de qualité. Sans raison, MAP terminait par adopter son toreo de proximité…  Après une estocade très basse sonnait un avis.  Le 5ème, un toro de 515  kg, cinqueño, possédait une belle course, peut-être trop vive au gré de Miguel Ángel Perera qui  lui servait des passes en tablier - delantales .- pour ordonner ensuite un simulacre de pique. Le toro n’avait plus la même codicia du début et même donnait des signes de faiblesse des pattes avant. Néanmoins, la faena de muleta prenait une meilleure tournure par des passes hautes aidées liées à une passe de poitrine et une naturelle par le bas, de remate. Les passes classiques des deux mains confirmaient le peu de forces de ce toro. Malgré cela, MAP le faisait passer alternativement des deux côtés avec changement de main dans le dos, les pieds rivés au sol. Grosse impression sur le public debout ! La noblesse du toro favorisait cette séquence spectaculaire. La mise en suerte pour la mise à mort était laborieuse, le toro s’étant désuni. Un pinchazo et une estocade entière en terminaient avec ce toro qui recevait des applaudissements à l’arrastre. Un avis sonnait et…. deux oreilles étaient accordées. Une seule aurait suffi…

                              

Le jeune Alejandro Marcos, de La Fuente de San Esteban (Salamanque) créait la surprise en signant le meilleur toreo de cape et de muleta de l'après-midi à ses deux toros. Avec des véroniques de réception d’abord, des chicuelinas lors d’un quite ensuite, Alejandro Marcos profitait d’une charge nerveuse du toro sorti 3ème, pour entamer sa faena  en liant des doblones à un molinete et passe de poitrine à la limite du tercio. En changeant de terrain, vers le centre de la piste, le toro s’arrêtait ou se réservait, le peu de passes qui étaient accreptées n’avaient plus la vibration du début. En portant l’estocade, entière et horizontale, Alejandro était accroché sans dommage. Sans doute, cet instant d’émotion, incitait le public à demander l’oreille,  accordée. Au 6ème, le salmantin exhibait des manières de bon toreo, dans des séries de la droite dont une amorcée par une capeina, un changement de main dans le dos le tout lié à une passe de poitrine. Sur la gauche, le toro se serrait un peu et obligeait le torero à corriger sa position. Mais cela n’enlevait en rien la classe du geste et maniement de la muleta. Un pinchazo hondo et deux descabellos anántissait l’intérêt qu’avait suscité le trasteo du jeune matador.

                                      

Antonio Ferrera : saluts au tercio ; pétition d’oreille et vuelta al ruedoMiguel Ángel Perera : un avis et saluts; un avis et deux oreilles. Alejandro Marcos : un oreille ; saluts. Fernando Sánchez et José Chacón de la cuadrilla d’Antonio Ferrera brillaient à la pose des banderilles au 1er. De même, Curro Javier saluait au 5ème.

Georges Marcillac

Photos de Julián López pour mundotoro.com

Ce contenu a été publié dans Georges Marcillac Escritos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.