Menesina

Il convient de mentionner que Daniel Menés, créateur de la “menesina“,  indique ne pas avoir été inspiré par la tlaxcalteca dont il n’avait pas connaissance lorsque l’idée lui en est venue de l’exécuter pendant ses entraînements avec Victor Barrio à La Casa de Campo de Madrid

Daniel Menés explique qu’en arrivant à l’emplacement où il va s’agenouiller, il veille à laisser glisser la cape au sol, dans son dos, pour mesurer l’incidence éventuelle du vent et s’assurer que la cape reste bien ouverte,  à plat.

La description technique est fondée sur des plans fixes extraits de la video qui corroborent les explications données par le torero.

  1. Le torero agenouillé attend la sortie du toro du toril.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               .
  2. Lorsque l’animal apparaît dans le ruedo, il est impératif pour le torero est de juger du premier déplacement du toro qui va déterminer le côté sur lequel la passe sera donnée.                                                                                                                                        .
  3. Dès que le torero a pris la mesure de la première orientation du toro, il doit fixer son attention et le citer en agitant la cape du coté où le déplacement initial a été réalisé.  Dans ce cas  s’agit du côté gauche du torero.                                                               .
  4. Lorsque le torero est certain d’avoir retenu l’attention du toro et que celui-ci s’est élancé, il peut armer la cape pour préparer l’exécution proprement dite de la passe.  Pour ce faire il enroule la cape par devant son buste avec le bras, et ce sur le côté choisi pour donner la passe, tout en tenant l’autre pan de la cape dans le bas de son dos avec l’autre main.  Cette façon d’armer la cape lui permet d’utiliser une plus grande surface du leurre devant son corps comparé à la tlaxcalteca et aussi d’exécuter un geste d’une plus grande amplitude au moment d’ouvrir la cape.                                                                                                                    .
  5. Avec la cape devant son corps, le torero doit maintenant juger du meilleur moment pour dévier la trajectoire.  A l’instant  choisi, il ouvre la cape sur le côté où était décidé de donner la passe.  C’est à ce moment, et seulement à ce moment, que la suerte a une ressemblance furtive et partielle avec la caleserina.

VOIR l’article : La menesina pour la différenciation avec la caleserina et la tlaxcalteca.

« Retour à la liste des catégories
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.