ERRATUM

Dans la chronique d’hier, une erreur s’est glissée lorsque j’ai nommé le banderillero Manuel Pérez Valcarce comme étant celui qui avait perdu pied et été victime d’un accrochage durant la brega au 6ème toro de l’après-midi. En réalité il s’agissait du deuxième banderillero de la cuadrilla d’Emilio de Justo, Ángel Gómez qui assurait la brega – magnifiquement d’ailleurs – alors que ses compagnons étaient chargés de la pose des banderilles. Cela me vaut l’occasion  de souligner qu’Ángel Gómez après avoir évité la cornada, puisque soulevé du sol par le toro «Director», devait saluer justement pour son excellent jeu de cape et surtout la façon de courir à reculons, d’où le risque accentué de trébucher, pour donner le minimum de capotazos tout en plaçant le toro pour la suivante suerte de banderillas. Je remercie les amis aficionados qui m’ont signalé l’erreur, eux aussi attentifs aux évolutions des cuadrillas.

                           

Georges Marcillac

 

Ce contenu a été publié dans Georges Marcillac Escritos, Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.