MADRID 01/04/2012 – JANDILLA de l’espérance à la déception

Première Corrida de Toros de la Temporada de Madrid. Le cartel était de tous les espoirs. Deux Toreros du goût de Madrid Ivan FANDIÑO et David MORA. 1/2 Plaza. Vent qui gênera toute l’après-midi. La corrida de Jandilla (et Vigahermosa le 2 ) est tout sauf homogène, ce qui est incompréhensible pour Madrid. Je la considère donc mal présentée pour les circonstances. Les poids vont de 532 à 631 Kg. Absurde pour cet incaste. Comment l’Empresa et les représentants des toreros ont-ils pu choisir ce lot ?

Ivan FANDIÑO donne le ton. Il va a puerta Gayola, capote por la espalda pour Gaoneras. L’engagement est énorme. C’est une signature. Les gestes sont sûrs et réussis malgré le vent. A partir de ce moment la corrida ira a menos. Le Jandilla flojo est piqué caido et se défends de la tête. Quite de Fandiño par chicuelinas et de Mora par Tafalleras. En Banderilles le toro galoppe bouche ouverte et embiste à mi hauteur. Brindis de Fandiño au Public. Début de faena par le haut le long des tablas et le Jandilla accuse déjà le coup. Fandiño baisse la main à droite perd la muleta ou se la fait accrocher. Le bicho cité de loin galope puis de prêt se défends. La faena ne décolle pas. 3/4 de lame trasera, tendida et ladeada. 1 descabello.

Le second de Vegahermosa galope et est reçu genoux pliés par Mora qui se laisse toucher le capote. Le bicho montre des signes de faiblesse et est protesté. Piqué deux fois en arrière il se défends de la tête ou s’endort sous le cheval. Mora débute la faena par doblones et trincheras puis rompt lorsque le toro se colle. Mora essaye de baisser la main mais la faena finira par des passes données une par une à un toro qui trébuche et reste court. Epée entière caida.

Le second de Fandiño, troisième de lidia, est un toro cuajado, zurdo et bizco. Il lance les pates en avant dans le capote. Piqué en deux rencontres d’abord en arrière puis caido. Brindis à un invité du Callejon. Faena tronquée le toro se défendant de la tête, calamocheando. 1/2 épée de coté et 2 descabellos.

Le quatrième Jandilla malgré son poids de 560 Kg a un trapio trop juste pour Madrid. Il sort abanto, est reçu par veroniques compas ouvert sans émotion. Pas d’engagement au cheval. Quite de Mora par chicuelinas sérrées. Bien Victor M. Martinez en banderilles. Mora le cite du centre de la main droite. Le toro galope. La muleta est basse et dominatrice. Le bicho accuse la tanda. Dans la deuxième série ont sent que le toro veut mais ne peux pas. Il ralenti en cours de séries. Lorsque Mora opte pour les terrains rapprochés, le toro se fige. Pinchazo puis Pinchazo profond et 2 descabellos.

Le quinto échu à Fandiño ne supporte pas son poids  (590 kg). Veroniques sans émotion le bicho sortant des passes à l’envers. En deux varas portées la première en arrière et de coté, la seconde bien, le toro montre qu’il veut la bagarre. Deux quites le premier de Fandiño et le second de Mora confirment la volonté des espadas et celle du toro. Le premier contact avec la muleta est prometteur, Fandiño exécutant une bonne série de la main droite dont un derechazo long et profonds. La deuxième série est du même cachet mais le bicho donne des signes de ne pas pouvoir durer. La main du torero est basse et le Jandilla va a menos. Troisième série débutée dans le même ton mais Fandiño allonge la série et le bicho ne supporte pas. Dès la quatrième série la messe est dite, le toro n’est plus en mesure d’avancer.  Passes une par une jusqu’à l’épée entière en perdant la muleta. Saludo al tercio.

La corrida se termine avec un Jandilla de 631 Kg incertain sans être dangereux au capote. Piqué deux fois le toro réponds au quite de Fandiño par veroniques et demie en se laissant accrocher le capote. Mora invite le sobresaliente, Miguel Angel Sanchez, a intervenir en quite par veronique et demie comme il peut. Le Jandilla attaque avec chispa et Mora baisse et court la main. Tout ne sort pas limpio et a mi faena le bicho donne des signes de ne pas pouvoir suivre le rythme. La faena termine en passes données une par une puis le toro s’immobilise. Entière basse.

Cette corrida s’est convertie en une grande déception laissant l’impression d’une erreur magistrale dans le choix du lot. Les deux toreros sont les perdants. Et nous les aficionados qui nous étions déplacés aussi.

 

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans Madrid, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.