MADRID 08/04/2012 – Double Alternative des mains d’un grand FUNDI

Superbe lot de José Luis PEREDA avec un poids moyen de 522 kg soit à un Kilo près le poids moyen du lot de Fuente Ymbro prévu le lendemain à Arles. Aucune protestation du public Madrilène à la sortie des bichos. Le tendido le plus rempli est le 7, dans une Arène à demi pleine.  Aujourd’hui BARRIO prends l’Alternative et Del ALAMO la confirme.

Le premier Pereda de Victor BARRIO, sort en Nuñez et ne permettra rien au capote. Le toro s’emploi dans la première rencontre avec le cheval, montre des signes de faiblesse et mansea dans la deuxième rencontre, sortant seul en tirant une patada. Quite de Del Alamo par chicuelinas que le toro prends avec suavité mais avec peu d’émotion. Réplique de Barrio par gaoneras. Excellente brega de Miguel Martin en Banderilles. Cérémonie d’Alternative, donnée par El FUNDI  en remplacement de Curro Diaz bléssé. Brindis à l’apoderado. Le vent gêne comme il le fera toute l’après midi. Barrio débute au centre muleta dans la main gauche. Il baisse la main mais ne trouve pas le rythme. Peu à peu le toro s’affaiblit, la faena se transformant en des passes données une par une à un bicho arrêté. Voltereta et puntazo pour avoir voulu allonger le trasteo dans les terrains rapprochés. Un pinchazo et une entière très basse. Aplausos pour le toricantano.

Le second Pereda pour Del ALAMO se déplace et le confirmant lui sert de bonnes véroniques et media. Mal piqué le toro se comporte en manso et montre sa faiblesse. Protestations des tendidos. Cérémonie de confirmation et brindis au Papa. Del Alamo parait sûr de lui, torée en ligne sans obliger le toro qui malgré cela a du mal à soutenir le combat. Nonobstant sa bonne volonté, Del Alamo ne fera rien de son opposant et terminera par une série de pinchazos avant 3/4 tendida, ladeada et deux descabellos.  Ce toro avait les pointes astilladas probablement du au manejo des fundas.

Le point fort de la corrida arrivera avec le troisième “Nuñez”,  non par les qualités du toro,  mais par le professionalisme du Maestro El FUNDI.  Le Pereda envoi les pates en avant dans le capote.  Il démontre de la violence et peu de classe dans les rencontres avec le cheval.  Il y est plutôt mal et peu piqué.  Il est abanto et garde la tête relevée et mobile.  Dans la muleta de FUNDI le toro a du gaz, sort à l’envers et gazapea.  Tout un programme.  A ce cadeau Fundi va baisser la main, provoquer la répéticion par le choix du placement et de l’exposition et ce sur les deux cornes.  La dernière série ira a menos mais Fundi se rattrape par un passage d’adorno par le bas et molinete avant de porter une entière en perdant la muleta  et d’effet rapide.  Une oreille méritée.  Madrid a vu le FUNDI.

Le quatre est un toro guapo mais il lance les pates en avant et est abanto.  Del Alamo insiste de manière absurde au capote.  Le bicho se défends en manso au cheval.  Début de faena à mi hauteur .  Quand Del Alamo baisse la main,  le bicho montre sa faiblesse.  Del Alamo se place bien et démontre une assurance.  Le public refroidit par la faiblesse de l’opposant siffle les tentatives pour allonger la faena.  Entière de coté.

Le quinto sera malo pour El Fundi et ne lui permettra pas de briguer la puerta grande.  Toro le moins beau de la corrida mais sérieux, il reste inédit au capote.  Il s’emploi dans la première rencontre et sort seul de la deuxième.  Le Pereda est violent, gazapon et manque de fixité.  Impossible.  Le toro est le pire de l’après midi. Pinchazos, bajonazo et entière basse d’effet rapide.

Enfin, pour terminer, un beau burraco qui fait l’avion dans le capote.  Barrio passe à coté à la cape.   Le Burraco est mal piqué mais s’emploi sous le cheval.  Quite a gusto de Fundi par delantales.  Grande troisième paire de banderilles de Miguel Martin.  Brindis au public.  Alors que le bicho semblait montrer de grandes qualités, il va s’éteindre rapidement dans la faena.  Barrio l’a-t-il  approché comme il le fallait?  La question reste posée.  Pour sa défense disons que c’était le deuxième toro de sa carrière et que de plus il devait l’affronter à Madrid.  Lui, comme Del Alamo, sera sifflet lorsqu’il tentera d’allonger la faena dans les cornes.  ¾ de lame caida et descabello.

Le plaisir du jour fût de voir le Maestro FUNDI souriant et ému.

 

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans Madrid, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.