Madrid 10/05/2015. Oreille pour Eugenio de Mora et Morenito de Aranda.

image

imageMorenito de Aranda salut l’ovacion de l’Aficion de Madrid en reconnaissance de sa Puerta Grande du 02 de Mayo. Le lot de Valdefresno a montré des qualités et noblesse pour les toreros mais a manqué de fonds et de race pour durer et combattre à terme. Eugenio de Mora est venu en torero mature avec las ganas d’une jeunesse passée. Il aurait du sortir par la grande porte s’il avait tué le premier. Morenito a confirmé tout le bien que le public de Madrid pense de lui.

Le premier Valdefresno est bas et abanto, désintéressé de la cape d’Eugenio de Mora. Le premier picotazo est pris à la sortie des chevaux puis le bicho mansea à la seconde rencontre où il est maintenu par carioca. De Mora l’emmène pour une troisième vara alors que l’animal montre déjà des signes de s’être dégonflé. Le Valdefresno sautille et reste à l’extérieur des premiers derechazos. À gauche il en va de même et De Mora réussi une naturelle et pecho de note qui lui donnent la confiance de se relâcher et lier ensuite deux séries de naturelles lentes et serrées en laissant la muleta morte en sortie de passe, corps vertical. Il en fait de même à droite dans une faena intelligente et a mas, tout comme le toro. Pinchazo avant entière trasera, caida et tendida. Avis. Plusieurs descabellos. Palmas et salut.
Le second d’Eugenio est un colorado de belle prestance auquel le Matador dessine de magnifiques véroniques très serrées et templées, surtout à gauche, terminées par demie et double revolera. Le toro mansea au cheval où il est piqué avec mesure. Quite de Morenito par véroniques dont deux à gauche ressortes. Le tiers de banderille mal mené est trop long alors qu’Eugenio a hâte de débuter la faena. Il plonge à genoux comme un jeune novillero où il torée en redondo terminant par un pecho toréé debout. Suivent deux séries droitières d’un torero en pleine maturité et dominateur alors que le toro calamochea. À gauche Eugenio oblige le Valdefresno en deux séries par le bas imparfaites mais dominatrices, jambe en avant, allongeant les passes, . Une dernière série droitière avec trincherazo final finit de convaincre le public. Entière en arrière, tendida et caida, Oreille.

Morenito de Aranda va a Puerta Gayola. Larga cambiada de rodillas en plongeant et en perdant le capote, puis des véroniques dont celles à gauche sont superbes de lenteur et temple. Le toro pousse sous une pique trasera. Il est distrait lorsque Morenito dessine un quite par véroniques et demie toujours meilleures à gauche. Quite par chicuelinas et revolera quelque peu forcées de Saldivar. Brindis au public. La première série à droite, accrochée, a pour but de fixer le toro. La suivante est limpide avec un cambio de mano de cartel et profond. La suivante est liée en peu de terrain le toro gardant la tête à mi hauteur. À gauche le toro se raja dès la seconde naturelle. Morenito consent à toréer dans la querencia du bicho mais même là ce dernier sort en fuite. En insistant le Torero impose deux séries droitières devant les chiqueros. 3/4 de lame tendida et en arrière. Palmas et salut.
Le quinto est protesté par le 7 se rompt une patte pendant le tiers de banderilles. Mouchoir vert.
Le sobrero de El Risco est un tio de cinq ans. Il mansea et est pensif. Morenito dessine des véroniques jambe en avant, aguantant les retours vifs et rematant par media genoux plié. Deux rencontres courtes avec le cheval préservent le bicho. Quite de Saldivar par navaras, tafalleras et serpantina. Grande prestation avec les banderilles de David Adalid saluée par le public. Brindis TV. Tanteo garboso dans lequel le toro proteste à droite. Morenito le soumet en derechazos et le toro trébuche. Il a du mal à terminer les muletazos par manque de force. Morenito trouve le rythme pour lier à droite avec profondeur et esthétique, en redondo terminant par trincherazo et pechos. Les naturelles sont moins réussies mais toujours avec des détails esthétiques. Retour à droite pour montrer que son toreo est aussi un toreo d’aguante. Adornos avant entière desprendida tendida et trasera. Avis. Oreille.

Le troisième plus léger est protesté pour son culo pollo. Il est renvoyé au corral lorsqu’il faiblit au cheval. Sobrero de Hermanos Revesado, cinqueño de 504 kg. Le toro est abanto et montre aussi des signes de faiblesse dans la cape du Mexicain. Il s’emploie sous deux piques bien placées. Brindis personnel. Au centre Saldivar cite pour une Tobalina de la main gauche suivie d’un Pendulo à droite. La faena est ensuite marquée par la soseria de la charge et les efforts du Torero sont vains face aux protestations du public. Épée défectueuse. Sifflets au toro et Silence.
Le dernier Vadefresno est le plus massif de la corrida. Quelques véroniques de Saldivar sur le voyage. Combat sans relief au cheval en deux rencontres, le toro montrant des signes de faiblesse. Brindis au public. Pendulo au centre. Derechazos suaves mais sans transmission avec trincherilla et pecho. Les naturelles en ligne ne réveillent pas le public. Une série droitière liée va a mas avant qu’une blessure de patte, semble t-il, n’immobilise le toro. Entière en arrière et de coté. Silence. René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.