MADRID 15/05/2012 Grande fermeté d’Eduardo GALLO face au petardazo de VENTORILLO.

Jour de San ISIDRO, date traditionnelle et importante.  El Ventorillo a envoyé une corrida impressionnante de trapio, lourde mais pas grosse, hors de type et totalement dénuée de caste.  Les gradins étaient remplis au ¾.

Julio APARICIO a été ovationné avant de toréer son premier.  Le 7, puis le public l’accueillent pour son retour a las Ventas après sa terrible cornada en 2010 par un Juan Pedro Domecq.  C’est lui qui a probablement touché le moins mauvais lot.  Malgré cette chance relative il fut toute l’après midi en manque de confiance, de recours, de volonté.  Une triste vision que de voir un Maestro tellement perdu.  Broncas.

De Curro DIAZ nous dirons qu’il a lui eut le pire lot et qu’il a été totalement digne.  Ses deux toros ont été dénués de toutes les qualités qui font un toro de combat.  Toute l’après midi, les Ventorillos ont montré un manque de désir de combattre, ont été distraits, aquerenciados, abantos, menteurs, attaquant sur une passe puis d’un coup restant sous la muleta pour tirer des derrotes.  Un désastre et un cauchemar pour les toreros. Impossible de réaliser quoi que ce soit de construit.  DIAZ a tué ses toros par pinchazo et bajonazo le premier et par entière caida habile son second avec un effet fulminant.

La surprise du jour c’est Eduardo GALLO.  Quelle attitude !!!!  D’une décision et d’une fermeté que je ne lui avais jamais vu.  Dans les circonstances du jour ce fut tout simplement exceptionnel.  Il subit plusieurs coladas et derrotes et revient à la charge avec un calme et une douceur totalement inattendus.  Ceratins de ses gestes on été d’une grande qualité comme ses véroniques templées et douces à ses deux adversaires.  Un quite par Chicuelinas ajutées et risquées au second de la tarde.  Volontaire et éclairé dans ses deux brindis au Ministre de la Culture à son premier, puis au public au second.  Les deux fois il a été à la hauteur des circonstances, se jouant la vie dans des conditions réellement impropres au lucimiento.  Le positionnement et la présentation de la muleta sont avec ces animaux un acte de foi qui méritent le respect et sa façon de courir la main par le bas l’admiration.  Quand aux adornos par le bas dans ces circonstances, par desprecio, trincherilla ou molinete, ce sont des signes d’une maturité nouvelle.  Il entre a matar les deux fois en décomposant les gestes pour uneentière caida au premier et ¾ basse , atravesada tendida au second.  Attention au nouveau GALLO !!!!!!  Ojala !!!

A noter l’actuation supérieure de la cuadrilla de GALLO à l’image de leur Matador, y compris les picadors, en particulier Jose Ney Zambrano ovacioné et fêté pour avoir piqué le premier de Gallo supérieurement, avec toreria.

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans Madrid, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.