MADRID – 29/05/2014 Un Toro du Pilar et Talavante.

La corrida du Pilar est une de celles attendues par l’Aficion, encore plus après la prestation de cette ganaderia durant la Féria de Séville, et en particulier celle de Niñito dont le frère tocayo est prévu aujourd’hui face à trois figuras qui ont l’opportunité de mettre le mundillo d’accord s’ils triomphent avec une ganaderia qui inspire le respect. Le résultat est un pétard du Pilar sauf avec le dernier dont les embestidas de qualité ont permis à Talavante de dessiner des passes d’une grande qualité et émotion.

Notre torero National Sebastien Castella, relevant d’une grave paliza dont il porte les stigmates, s’ouvre de cape et attends la balade en abanto du premier Pilar qui cherche à sauter. Le bicho est très distrait et ne permet rien à la cape. Il pousse et donne aussi de la tête sous un fer bien placé en carioca. La seconde puya est à peine portée. Bonne prestation de José Chacon aux rehilletes. Dans un début surprenant Castella attend le bicho assis sur l’estribo, terminant debout par le bas. Au centre il torée à droite avec rythme. A gauche l’animal glisse et tombe au sol. Lorsque le torero poursuit, la faiblesse et le manque de caste empêchent de lier par le bas. De retour à droite il fait l’effort sans que le résultat ne porte sur le public. L’ensemble va a menos et traine en longueur sur les deux cornes. Metisaca alors que sonne l’avis, puis espadazo.
Le quatrième est un tio typique de la ganaderia, haut et fin. Castella lui donne quelques capotazos sans être totalement a gusto. Le Pilar attaque prématurément le cheval pour une longue pique prise sans classe. La seconde pique fait fléchir le toro bien que courte et peu appuyée. Le toro trébuche dès le début de faena. L’attaque est sosa. Castella torée sans jus, se fait mettre en difficulté à gauche puis insiste, dans une certaine indifférence, sur les deux cornes. Pinchazo et entière en arrière en perdant la muleta. Avis. Sillets au toro et silence.

Niñito est un toro massif, de trapio plutôt agréable pour le torero. Manzanares doit l’attendre longtemps, puis il dessine des véroniques exposées mais qui pâtissent du manque d’entrega du Pilar. Le toro prend la pique en mansote hors du terrain habituel. La seconde rencontre est pour la forme. Deux bonnes véroniques, au rythme exquis, de Talavante et demie. Le toro ne termine pas ses embestidas dans les capes. Après un long moment probatoire Manzanares embarque le Pilar dans des derechazos profonds et esthétiques. Dans la suivante il tapa la cara dans une série courte de deux muletazos, cambio de mano et pecho. A gauche Niñito manque d’entrega et trébuche de faiblesse. Retour à droite pour une série esthétique et templée. Division sur les tendidos. Le toro se raja. Manzanares n’insiste pas. Entière contraire. Silence.
Manzanares affronte un quinto du Pilar massif, protesté car en réalité il a peu de trapio malgré ses 645 kg. Le bicho sautille au capote qui reste inédit. Il pousse sous le fer porté trasero. Le bicho accuse l’effort. La seconde rencontre est une suite de derrotes et une prompte sortie. À la muleta le Pilar continue de sautiller et il perd pied rendant difficile la construction d’une faena. A mi faena Manzanares attaque en se croisant entre les passes droitières qui à mon sens ne justifient pas le Boom Petardo delivré par le 7. Manzanares poursuit à gauche avec entrega et exposition. Il doit rompre lorsque le toro reste court. Pinchazo en perdant la muleta qui vaut a Manzanares un susto avec poursuite. Autre pinchazo puis demie épée. Silence.

Le troisième est terciado, culo pollo, et est protesté. Il s’emploie immédiatement dans la cape de Talavante, en humiliant, mais avec faiblesse. La prestation au cheval est celle d’un mansito. La protestation s’amplifie lorsque le toro trébuche. Talavante entame son trasteo au son du Miaou et des protestations. Les passes à droite sont bien exécutées mais le toro enlève de l’importance. Il va rapidement à menos. Entière contraria et atravesada. Sifflets au toro. Silence.
La dernière cartouche repose sur un Pilar negro liston de beau trapio qui permet à Talavante de déclencher des oles avec des véroniques lentes et une demie de cartel. Dans certaines embestidas le Pilar fait l’avion. Au cheval il est mansote. Extraordinaire quite de Talavante par véroniques au ralenti. Les mises en suerte sont toutes rematées avec art. Brindis au public. Début de faena à droite mais le toro perd pied. L’attitude de Talavante est de totale entrega, Le toro humilie mais il est faible. Dans les naturelles il y a communion. Talavante torée avec douceur. La série suivante à droite arrache l’approbation du public. Bien que moins liée le passage suivant à gauche est d’une grande sincérité. Les dernières droitières impactent par leur pureté même si le toro trébuche. Une série de pinchazos avant entière retire tout espoir de pétition. Ovation et salut. René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Madrid, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.