Jour de Super Bowl à la Mexico

La Mexico un jour de Super Bowl est parsemée de 3000 à 4000 aficionados qui ont bravé le froid des fins d’après midi pour assister à cette corrida de Garfias décevante au bout du compte. La visite des torils au moment de l’apartado avait pourtant donné à l’aficionado de grandes espérances car ce lot semblait bien présenté et homogène. Une bonne surprise pour une Arène qui régulièrement déçoit à cet égard.

Le premier est astifino et ouvert, tocado et zurdo. Zapata le reçoit par larga cambiada de rodillas et véroniques templées à droite. Magnifique pique du toro et du picador, sans hésitations et “como dios manda”, ovacion au picador qui salut à pied avec sa monture après avoir réintégré le ruedo à pied. Une tentative de quite par caracolinas est avortée car Zapata est désarmé. Il pose les banderilles avec aisance, une paire au cuarteo à cornes passées, une paire por dentro de meilleure réunion et une paire après recorte puis en passant por dentro, avec réunion sur la corne de sortie. Le toro est maintenant tardo. La faena débute de près, par le bas vers les medios. La muleta est touchée dans les derechazos qui suivent. Il en vas de même à gauche alors que la brise gène le Maestro. Ressortent ensuite deux derechazos donnés vers les planches, templés et lents. Zapata insiste dans les terrains de toriles sans succès. Entière portée avec sincérité et en bonne place. (Pour les puristes très légèrement desprendida, trasera et tendida). Silencio.

El Fandi accueille son premier Garfias, veleto et cornivuelto, par larga de rodillas. Le toro freine dans les capotazos suivants et se laisse mener au centre par le Matador. Chute du cheval par manque d’efficacité du picador et incapacité du cheval. Pendant qu’on relève le cheval avec difficulté Fandi dessine un quite quelconque par chicuelinas. La seconde pique comme la première est en arrière et mal maîtrisée. Excellent quite par delantales et revolera de Mario Aguilar. Du show en banderilles du Fandi il convient de noter la seconde paire dans laquelle Fandi a d’abord été pris de court, passant en faux puis exécutant un double passage por fuera et por dentro plutôt réussi. Au centre il cite à genoux sans que le toro ne joue le jeux. Fandi y est désarmé. Il torée ensuite à droite dans un style laborieux allant à mas en plusieurs séries. Du passage à gauche ressortes trois naturelles templées puis aussi lors du final, le tout dans un style entrecoupé. Épée très en arrière. Silencio.

Le troisième est capacho violent dans la cape de Mario Aguilar. Le Garfias confirme son agressivité en poussant le cheval sous une pique en arrière. Aguilar cite pour un quite au centre par tafalleras et revolera serrées. Brindis à Manuel Martinez Erice. Le Toro a toujours de la force et Aguilar le torée d’abord par le bas. Les premiers derechazos ne transmettent pas et le toro semble baisser de ton. Pourtant à gauche le toro gagne l’intention à Aguilar qui semble toréer à contre temps. La suite à droite est laborieuse et se termine en arrimon. Un retour à gauche est vaillant. La fin de faena est un justificatif pour Aguilar qui s’expose faute d’autre chose. Épée entière légèrement en arrière. Silencio.

Le quatrième cardeno est haut et lourd. Zapata le reçoit par largas à la Pana, veronicas et media veronica. Le toro pousse sous une pique bien portée terminée en chute. La tentative de quite par delantales de Zapata est avortée car le bicho manque de moteur et vient au pas. Paire de banderille monumental de Zapata qui est un enchainement de tour sur soi même, quiebro et violin. Une paire cuarteando depuis les planches et un violin por dentro. Brindis au Fandi. Zapata a du mal à trouver les critères pour toréer ce toro qui vient au pas, à contre temps en accélérant et terminant la tête haute en tirant un derrote. La faena ne décollera jamais malgré les efforts du torero. 3/4 de lame en arrière, légèrement desprendida et atravesada. Silencio.

Le quinto veleto est incertain et Fandi le brega. Le garfias reste court et calamochea. Pique défectueuse et toro à tête relevée. Navarras accélérées et serpentina de Fandi en quite. Du passage en banderilles il faut noter la course après la double paire en violin et cuarteo, course terminée en recorte arrêtant le toro net pour desplante. Brindis en retour à Zapata. Les défauts du Garfias sont intacts et Fandi en termine rapidement. Épées défectueuses et descabellos en série avant autre demie épée. Deux avis et bronca.

Alors que le public est frigorifié sort le sixième toro de Garfias. C’est le toro de plus de trapio de la corrida. Le toro abanto permet seulement des capotazos sur le passage terminées au centre a toro déjà aplomado. Il subit le fer tête relevée. Les conditions du toro ne promettent rien de bien et Mario Aguilar décide de baisser la main. Le toro s’affale. Puis muleta à mi hauteur le toro trébuche. Les tentatives sur les deux cornes restent infructueuses malgré l’arrimon final superflue. 3/4 de lame caida. Silencio.

La première des trois corridas de la semaine n’a pas répondu aux espoirs du matin. L’habit ne fait pas le moine.

Ce contenu a été publié dans Mexico. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.