SEVILLA –  09/05/2014 Importants Victorianos del Rio.  Adame coupe une Oreille.

La Maestranza est couverte aux deux tiers pour voir le Maestro Ponce. Il fait de plus en plus chaud.  Les âmes sont prêtes à se rendre aux grands toros et au bon toreo. Corrida complète de Victoriano del Rio.  Un vent, juste suffisant pour gêner, souffle.

Le premier pour Ponce est un toro de Séville avec un trapio tout en rondeur, bas et une armure corniapretada tirant sur brocho.  Les véroniques sont éléguantes et efficaces. Premiers signes de faiblesse du toro qui pousse cependant sous la première pique.  Avant la seconde il trébuche et déclenche les protestations. La seconde est un simulacre.  Les embestidas sont  obéissantes.  Mais la faiblesse le fait chuter à nouveau.  Le Docteur Ponce a du mal à le conserver sur ses pattes en début de trasteo.  Il donne du temps et conserve la muleta à mi hauteur.  Rien n’y fait le toro s’effondre dans un derechazo. Bronca “fuera”.  1/2 épée atravesada sans  s’exposer. Bronca.  Sifflets au toro. Silence.

Le cuarto est un toro montado, enmorillado, corniapretado, zancudo, qui impressionne.  Bon capoteo en avançant du Maestro.  Le Victoriano pousse sous le fer.  Le recorte de Ponce pour mettre en suerte à la seconde pique laisse présager du bon.  Bonne seconde puya de Jose Doblado.  Le toro s’est employé. Excellent et mesuré début de faena de Ponce genou plié.  Les premiers derechazos manquent d’assurance.  La série suivante monte de ton.  La troisième est celle qui démarre la musique dans le style de Ponce, hors trajectoire, en gardant le toro absorbé dans la muleta.  A gauche le Maestro a plus de mal parce qu’il faut avancer sur le toro.  Il reprend à droite et attaque tout en relâchant le corps.   Poncinas et Adornos por dentro mettent le public debout.  Pinchazo profond horizontal, suivi d’un autre dans la croix.  Entière desprendida.  Vuelta.

Pour Castella sort un Colorado bonito. Castella gêné par le vent est d’abord désarmé puis ne s’accorde pas.  Le Victoriano galope, passe sous le cheval, le soulève.  Simulacre de seconde pique.  Trois chicuelinas et demie aérienne d’Adame.  Excellents capotazos de Javier Ambel faisant honneur au galop et la fijesa du Victoriano.  Enorme banderilles cuarteando de Jose Chacon qui salut.  Castella s’avance aux medios, loin,  pour des aidées profitant du galop qui tarde à venir.  L’immobilité et l’intensité de l’attaque déclenche les applaudissements.  La série suivante à droite est neutre et le toro se raja (abandonne).  Castella passe à gauche et le toro s’immobilise.  Suivent des passes par paires à droite en forçant le bicho.  Estoconazo.  Silence.

Il manque au quinto trois mois pour avoir 6 ans.  Son trapio en impose.  Il va loin dans les capotazos mais, malgré cette aisance laissée à Castella, les véroniques sont mécaniques.   Quite par cordobinas et demie de Castella entre deux piques et un passage avec pique manquée, la présidente exigeant de remettre le toro sous la vara. Quite d’Adame par gaoneras, brouillon et engagé.  Grande prestations de Chacon à la brega et d’Ambel en banderilles. Le toro a fait l’avion pour Chacon.  Les premières charges sont somptueuses et profondes.  Les derechazos ne transmettent rien au début et peu ensuite. Quelques applaudissements. Les charges sont toujours aussi bonnes et intenses. Il manque un petit pas du torero soit vers le toro en sortie de passe , soit vers l’avant pour gagner en intensité.  Castella se met dans les cornes et obtient la division des opinions.  Pinchazo et entière trasera, desprendida. Silence.

Puerta gayola pour Adame à genoux.  Le Mexicain est débordé en tous points, en se jetant au sol, en toréant à une main avant de maitriser le capote et ensuite en toréant par véroniques dans lesquelles le toro prend le dessus. L’animal pousse sous la pique portée en arrière.  Simulacre de seconde pique. Quite par zapopinas d’Adame, réussies malgré le vent.  Brindis au public.  Doblones et trincheras genou plié d’excellente facture, toréés, sérrés. Molinete au centre pour mise en suerte très torero. Deux Séries courtes de derechazos lancent la musique. La série à gauche est entrecoupée mais finit a mas.  Grande série droitière d’un torero qui pense car après avoir aguanté un amago il donne des passes vers les planches avec toreria et desplante de verdad. Demie espada desprendida et tendidaDescabello.  Vuelta.

Adame a toriles !  Larga cambiada de rodillas a puerta gayola suivie de véroniques pieds joints au centre.  Le désir de triomphe est palpable.  Le Victoriano  soulève le cheval. Il évite ostensiblement la seconde rencontre qui lui est finalement imposée.  Chicuelinas d’Adame.   Deux paires de banderilles au balcon, exposées de Tomas Lopez dans l’indifférence.  Brindis au public.  Début en tablas dans l’immobilité totale résistant au regards du bicho, toréant par aidées puis trincherillas et desprecios.  Bon derechazos pour suivre en deux séries la seconde supérieure terminée en adornos sevillanos par le bas. Musique.  Grande série droitière autant du torero que du toro qui va loin et répète. A gauche bis repetita avec final par le bas.  Autre série à droite en profitant et restant fuera de cacho avec énorme voltereta dans le remate par molinete qui marque aussi le moment de l’abandon du toro.  Espadazo pour triompher avec tout son corps.  Le toro tarde à tomber.  Avis. Deux descabellos.  Oreille.  Palmas au Victoriano.  Bonne tarde de Toros à Séville. René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Séville, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.