SEVILLE 01/05/2014 Oportunitées perdues

Premier jour du cycle taurin de la Feria de Seville. Chaleur étouffante et public clairsemé. Un tiers d’entrée. Présentation de Juan Del Alamo a Seville. Corrida d’opportunités perdues. Il aurait du se couper plusieurs oreilles.

Le premier de nom célèbre “Civilon” castano, pesant 598 kg tarde à sortir des chiqueros. Il est bas, montado (plus haut au garot qu’aux reins),  musculeux  ouvert de cornes et cornalon. Apres quelques charges en freinant il s’arrête et doute. Au cheval il est bien piqué par Jose Antonio Flor (primé l’an dernier) et se bat de forme désordonnée, poussant et donnant des coups de tète vers le haut en deux rencontres. Aux Banderilles il est réservé, il attend et attaque avec intention. Les premières charges à la muleta sont prometteuses, Nazaré toréant genoux plié.  Puis plus rien le bicho dévoilant à la fois de la faiblesse et un manque de caste probablement aussi à cause du surpoids.  Demie épée basse et atravesada. Sifflets au toro et silence pour Nazaré.

Son second, cinqueño, sort en manso reniflant le sable puis attaquant la cape et poussant au cheval par à coups. Il est piqué trois fois l’une d’elles après le changement de tiers. Quite de del Alamo par veroniques données une par une avec demi.  Le Montalvo galope en banderilles.  Brindis au public.  Première serie droitière aux tiers douce, templée. La même au centre. La troisième déclenche la musique.  Nazaré donne de la distance, lie des passes longues qui perdent en intensité car le Montalvo perd en énergie. Les séries gauchères sont propres avec des passes longues, mais l’intensité n’y est pas. La dernière série à droite est en trop. Adornos pour mettre en suerte. Pinchazo profond et tendido avant entière en bonne place.  Aplaudissements pour toro et torero. Salut au tiers.

La présentation de del Alamo se fait face à Capullo pesant 589 kg, de presque six ans (08/08), aleonado. Quelques belles véroniques rythmées à droite declanchent des murmures. Le Montalvo pousse sous la premiere pique en arrière. Quite par chicuelinas serrées avec prédilection de del Alamo pour la corne gauche. Le toro attaque fort et sort rapidement seul de la seconde rencontre. Quite de Silveti par delantales. Le toro se défend par le haut en banderilles. Brindis au public. Le debut de faena est tronqué par la fuite du toro au sortir de la première attaque. Alors Del Alamo donne deux serie a droite , dominant en ligne et rematant avec classe par pecho torée, trincherilla et passe du desprecio. Une série a droite baisse un peu de ton pour ensuite faire rugir le public à gauche en obligeant le toro par le bas. Il confirme par une autre serie gauchère avec les mêmes qualités.  C’est le toro qui s’éteint’alors le Torero donne intelligemment quelques passes d’adorno vers les planches pour terminer. Trois pinchazos précèdent une entière tendida et atravesada. Descabello. Applaudissements au toro et salut au tiers.

Del Alamo clôture sa présentation avec un opposant anovillado, cornalon.  Le toro doute et s’immobilise au centre. Puis il répond aux toques du Matador qui dessine de somptueuses véroniques sur la corne gauche.  La prestation au cheval est sans relief.  La faena débute le long des planches par trincheras et doblones.  Deux séries droitières distantes plaisent. Musique. La suivante révèlent un toro voulant rompre puis s’arrêtant dans une passe.  A gauche même symptome. La musique s’arrête comme les espoirs du torero  malgré de nouvelles tentatives.  Entière tendida, caida, Salut au tiers.

Diego Silveti affronte un autre toro né le 08/08 aux pointes effilées. Ni le Mexicain ni le Montalvo ne se confient au capote.  Le toro est mal piqué. Silveti donne un quite par gaoneras brouillon et risqué.  Le Montalvo est moins entreprenant à la seconde rencontre avec le cheval, pique relevée rapidement. Quite par checuelinas de Nazaré sans écho sur les gradins.  Brega de grande classe par Jose Antonio Munoz qui montre à son Matador les qualités d’embestida du toro. Brindis au public.  Silveti debute par tanteo par le haut. Puis aux tiers il entame des derechazos de qualites variées sans retrouver la cadence entrevue lors de la brega.  A gauche le bicho baisse de ton rejoignant le niveau moyen du torero.  De retour à droite Silveti donne l’impreession d’avoir trouvé le rythme mais de manière très fugace. Il se positionne depuis le début fuera de cacho ( hors trajectoire ).  Pinchazo profond, suivi d’une entière en arrière, horizontale. Silence.

La corrida prend fin avec un exemplaire anodin jusqu’à ce qu’il fasse tomber de son cheval le picador de réserve. Ses prestations tête haute au cheval et ses doutes face aux sollicitations ne présagent rien de bon.  Ce sont les mêmes doutes en banderilles pour toro et toreros.  Début de faena au centre par Pendulos et passes par le bas.  Silveti accompagne la soseria du toro dans les derechazos. A gauche le ton monte et le Mexicain subit une voltereta. Poursuite à gauche sans que le tempo ne décolle.  La faena continue sur les deux cornes, le torero excessivement marginal, jusqu’à ce que les sifflets lui indiquent qu’il est temps de prendre l’épée. Entiere desprendida et atravesada.  Palmas et salut au tiers.  René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Séville, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.