SEVILLE 19/04/2012 Toreros les mains vides avec des VENTORILLOS vides de caste et forces.

Mon ami Carlos qui écrit pour un site taurin espagnol m’a dit ce matin alors que nous allions à Carmona que lui espérait la pluie avant la course pour profiter d’une annulation car il n’espérait pas grand chose de la corrida d’aujourd’hui.  Il avait raison, mais la pluie qui menaçait n’est jamais venue.  Les Ventorillos dont deux furent renvoyés au corrales, remplacés par un Ventorillo et un Montealto étaient dans l’ensemble biens présentés sauf le 5 burraco un peu anovillado.  Ces toros sans fond, sans classe et faibles ont rendus l’après midi triste et ennuyeuse

Diego URDIALES touche un premier qui n’a jamais terminé de rompre vers l’avant.  Il a gardé la tête haute tirant des derrotes et mettant Urdiales en danger à plusieurs reprises. Epée entière, en avant et contraire.  Un descabello. Silence.  A son second bis il sert quelques veroniques ritmées et la demie.  Le mansito andarin est brindé au public.   Le début de faena est peut-être trop probatoire.  Le bicho a une charge longue dont il fut propice de profiter.  Quand Urdiales se décide à le faire le toro va a menos en ayant du mal à terminer les passes.  MacheteoPinchazo profonds, entière tendida.

FANDIÑO exprime une attitude déterminée depuis le début de saison.  Il attend avec impatience son heure.  Il n’est pas le type de torero qui fait dans le détail.  Il lui faudra un toro qui bouge fort, qui transmette, peut être les Victorinos de la semaine de Farolillos.  Au premier de Urdiales il délivre des gaoneras sans rompre malgré les pointes qui lui passent près.  Bonnes veroniques lentes et guidées à son premier qui pousse à la première rencontre puis s’échappe à la deuxième.  Fortes profite aussi de l’embestida suave du Ventorillo en chicuelinas main basses et lentes.   Brindis de Fandiño au public.  Malheureusement ce toro rend les armes rapidement et s’immobilise.  Faena tronquée.  Entière contraire un peu tendida.  Au Burraco faible et protesté, Fandiño donne le Pendulo au centre.  Ce Ventorillo avance en petit sauts.  Les premières séries font illusion.  Puis le néant.  Quasi entière de coté.  Le toro s’allonge alors que sonne l’aviso.  Salut au tiers peu applaudi.

Le meilleur de la tarde arrive avec le premier de Jimenez FORTES aux mains de Tito Sandoval son picador.  Excellent travail de positionnement du cheval, toro bien pris et piqué sans excès.  Applaudissements.  Quite de URDIALES par delantales.   Ce toro faible calamochea dans la muleta de Fortes.  Rien de relief sinon la volonté du torero de rien lâcher jusqu’à l’arrimon protesté  par certains, applaudi par d’autres. Pinchazo et demi épée en arrière.  Plusieurs descabellos après que le puntillero ait fait relever le bicho.  Au dernier bis de Montealto, lui aussi très bien piqué par Carlos Perez à la première rencontre, FORTES toréé al hilo, en ligne, changeant la trajectoire dans le dernier tramo de la passe et ce pendant la première moitié de faena.  Puis ce sont des passes données une à une et arrimon.  Il termine par manoletinas puis une entière en entrant droit et se faisant découdre la taleguilla.  Plusieurs descabellos avec aviso.

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans Séville, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.