Séville 21/04/2015 El Pilar avec classe mais sans moteur.

imageCiel bleu, chaleur et Lleno. Le lot du Pilar est irréprochablement présenté. Lorsque sort le second, dès les premiers lances l’aficionado se prend à rêver tant les embestidas sont profondes tout en restant à l’extérieur du leurre. La suite ne sera pas à la hauteur des espérences sans qu’on puisse savoir si une autre lidia eût permis au toro de s’exprimer.

Le premier Pilar embiste avec lenteur sans entrega et Finito réussit à lucir seulement dans trois demies enchainées. L’animal montre des signes de faiblesse. Il prend, sans classe, deux picotazos inconséquents. Une vuelta de campana n’arrange rien. Le public proteste pendant les banderilles. La douceur du bicho plait à Finito et les premiers derechazos main basse le démontrent. Les enchainements sont accélérés et les remates très personnels. Le meilleur vient à gauche dans des naturelles longues et templées. Musique. La suite à droite est confuse d’où retour à gauche pour le même résultat désordonné. Entière basse. Deux descabellos avec avis. Faena a menos pour bon toro de faena courte. Palmas au toro et ovacion et salut.
Niñito pesant 589 kg sort en quatrième position. Il est haut et a 5 ans. Finito le sent bien à droite dans la cape maniée avec temple sur cette corne. Le bicho se comporte en manso au cheval se défendant de la tête et en sort en trébuchant. Il retourne au cheval pour une seconde rencontre courte. La faiblesse marque les premiers muletazos et devient la caractéristique de la faena chaque fois que Finito baisse la main. 3/4 de lame desprendida et tendida.

Manzanares touche un exemplaire magnifique qui embiste de lujo dans la cape d’abord hésitante puis timorée. Le Pilar pousse tête haute et renverse la cavalerie. La seconde pique est de brave subie en carioca. Quite en douceur de Luque par véroniques et larga. Le rythme du toro est très lent et soso. Grande troisième paire de Curro Javier. Lui et Blazquez saluent. Manzanares se presse pour saluer la présidence et entamer la faena par tanteo vers le centre. il cite à droite de loin et aguante les incertitudes de la charge au pas du Pilar, sans arriver à donner corps dans deux séries à droite. À gauche il en va de même en une série. Le toro a une pointe de soseria, Manzanares aguante ses parones corne à hauteur de la poitrine. Le bicho manque d’entrega dans l’attaque et tarde à répéter pour créer l’émotion. Manzanares n’attaque pas et prolonge sans amélioration la faena alors que le public commence à protester. Pinchazo et entière tendida alors que sonne l’avis. Palmas au toro. Silence.
Le quinto est combattu en dernier, un castaño de 598 kg qui permet à Manzanares le meilleur travail de cape du jour par véroniques et demie en avançant. Le Pilar pousse sous le fer. Curro Javier donne un capotazo long et profond sur la corne droite qui révèle la qualité potentielle du toro. Le toro s’éteint à la seconde rencontre avec le cheval. Manzanares débute par tanteo genou plié. Il a du mal à trouver le rythme à droite mais finit tout de même par donner une série liée. A gauche peu de choses. Pinchazo et entière desprendida.

Le troisième Pilar est plus bas et musclé, acucharado de cornes. Luque le passe somptueusement à gauche en véroniques. Les premiers signes de faiblesse sont déjà apparus. Le toro s’emploie sous le fer. La seconde rencontre est un simulacre. Manzanares est absent du ruedo pendant les banderilles. Brindis au public. À la première passe le toro va à toriles. Luque le cherche et dessine des derechazos suaves au centre. Le Pilar transmet peu. Il vient au pas et ne répète pas spontanément. À gauche Luque met la vitesse supérieure et toque pour provoquer la répétition ce qui lui vaut l’approbation des tendidos. Suit un exercice d’immobilité en va et vient encore du goût du public. Enfin les Luquesinas lui valent une ovation. Pinchazo et entière trasera, caida, atravesada. Avis. Palmas et salut.
Daniel Luque torée en cinquième position le sixième toro alors que Manzanares est à l’infirmerie. Le toro abanto oblige Luque à se positionner au centre où sa cape aérienne fixe le bicho qui déjà faibli sous les protestations. Le toro est épargné en deux rencontres. Les attaques dans la cape de Chacon laissent à penser qu’il peut aller a mas. Belle prestation d’Abraham Neiro aux banderilles. Luque est immobile dans le toreo par le haut qu’il termine par le bas avec gusto. Le toro se raja vers les toriles où Luque accepte de l’entreprendre à droite. Mais le bicho n’en veut pas. À gauche il est désarmer. Luque fait un effort à droite mais pas le toro. Quatre pinchazos et l’animal se couche. Sifflets au toro. Silence. René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Séville. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.