Séville 24/04/2015. Nuñez del Cuvillo 6 – La Terna 0

imageLleno pour voir ce qui peut-être considéré comme le retour des Cuvillos à un excellent niveau avec une corrida égale et sérieuse de présentation dont les 6 exemplaires furent nobles et proposant des attaques de classe. Face à cette corrida qui offrait ses oreilles, non seulement aucun appendice n’a été coupé, mais en plus le toreo développé n’a jamais été à la hauteur du lot.

Rivera Ordoñez ouvre le bal avec aisance en véroniques sans forcer. Les embestidas sont franches et par le bas. Mal piqué le Cuvillo s’emploi par à-coups contre le peto. La seconde pique mieux placée est prise dans le même style. Rivera débute par tanteo pour poursuivre à droite dans un style totalement neutre, avec des demies passes sans terminer le troisième temps que le toro propose par la qualité de sa charge. À gauche l’animal a baissé de ton et les passes sont toujours tronquées. Puis le bicho s’arrête. Entière très en arrière et basse sans s’engager. Silence.
Le cuarto est bas et sérieux. La cape de Rivera montre la qualité de la corne droite faute de marquer les rétines pour d’autres motifs. Le toro pousse sous la pique portée en arrière puis sort seul. Le quite de Rivera ne fait en rien honneur aux qualités de l’embestida. La seconde pique n’est pas meilleure que la première. Le toro montre des signes d’abandon. Juan Garcia est pris en sortie de paire car il n’y a aucun capote au quite. La corne droite est de grande classe et elle est gaspillée par des muletazos distants et inconséquents. A tel point que le toro finit par accrocher la muleta. À gauche est presque aussi bon et Rivera ne sait que faire. La faena s’allonge et rien n’y fait. Rivera finit en perdition. Entière en bonne place. Palmas au toro. Silence.

Le second Cuvillo saute pattes en avant dans la cape avant de permettre à Manzanares d’enflammer le public avec véroniques et larga de recours pour se libérer de l’étreinte du toro. Le bicho montre des signes de faiblesse ce qui explique les picotazos sans le mettre à l’épreuve. Quite de Manzanares par deux chicuelinas et demie. David Galván en dessine trois sans imagination. Rosa et Blasquez saluent en banderilles. Le toro a galopé et montré sa grande noblesse. Brindis à l’équipe médicale. Première série droitière courte et marginale profitant de la noblesse du Cuvillo. Musique. Dans la suivante il se laisse enfermer mais récupère le public grâce à un long cambio de mano. À gauche le toro se déplace toujours avec envie et Manzanares le fait tournicoter a distance. Dans la série suivante à droite le Maestro enchaine derechazos et cambio de mano en améliorant le résultat artistique. Encore une série à gauche confirme la noblesse et la qualité du Cuvillo. Pinchazo profond en bonne place au centre du ruedo. Descabellos pendant que sonne l’avis. Palmas au toro. Palmas et salut.
Manzanares est opposé à un castaño qui embiste d’abord avec difficulté mais permet tout de même un travail de cape fêté par le public. Le toro pousse puis sort seul de la première rencontre. Il hésite avant de retourner pour une seconde ration mesurée. Curro Javier salut sous l’ovation. Manzanares rejoint le toro au centre où il a été laissé. Début de faena droitier facile et élégant alors que le Cuvillo répète sans se faire prier. Musique à la fin de la seconde série. Le toro ne met pas à l’épreuve, il répète par le bas et Manzanares se fait prendre dans un desplante fuera de cacho. Les naturelles sont d’abord accrochées avant de devenir bonitas et ovationnées. Final à droite festif dans le style maison. Deux tentatives de recibir infructueuses précèdent un avis, un autre pinchazo et une entière très basse. Vuelta avec grande ovation.

Galván n’arrive pas à fixer le troisième Cuvillo dans la cape. Il est piqué une fois en avant et une fois en arrière sans pousser. Paire de banderilles très exposée d’Alvaro Nuñez. Brindis à Manzanares. Bonne entame par le bas genou plié terminé par le haut et desprecio accroché. Le toro ne termine pas le troisième temps des droitières de Galvàn. Le jeune torero ne trouve pas de solution pour allonger la charge vue à l’occasion. À gauche le bicho va plus loin mais le torero ne trouve pas le rythme. Les passages sont hachés et accrochés. Les séries gauchères s’enchainent avec un très léger mieux avant rechute. Pinchazo avant 3/4 de lame en arrière et horizontale quand sonne l’avis.
Le dernier Cuvillo sérieux de présentation est réservé dans la cape de Galvàn. Il est mal piqué et sort seul des deux rencontres. Brindis au public. La faena débute par le haut puis termine par le bas allant de menos a mas terminant avec toreria. Galván se fait toucher la muleta à droite et termine les passes à mi hauteur au lieu de par le bas. Après plusieurs séries infructueuses il passe à gauche. Là il se fait déborder et se fait prendre par sa faute. Retour à droite pour profiter de l’émotion provoquée par la voltereta et alors que la faena devient pueblerina, la musique joue pour l’arrimon. Sans toréer à gauche Galvan pinche avec avis. Pinchazo hondo en restant sur la face. Vuelta. René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Séville. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.