Séville 25/04/2015. Padilla une oreille et corrida interessante.

IMG_9440Arènes presque pleines pour cette corrida de Jandilla complétée par un Fuente Ymbro sorti en 3°. Cette corrida que personne n’attendait s’est révélée interessante grâce au piquant du ganado et au pundonor des toreros, particulièrement celui de Padilla.

IMG_9464Padilla va a puerta gayola à genoux pour une larga cambiada plus deux autres le long des planches. Pendant qu’il donne des véroniques il est accroché et volteado violamment. Après un long moment il est relevé rhabillé avec un jean et retourne au combat. Le Jandilla mal piqué renverse la monture par le poitrail. Il retourne au cheval et pousse, toujours mal piqué. Il charge long et par le bas. Abellan torée par chicuelinas serrées. Malgré la paliza Padilla banderille. La première paire est manquée. Le Jandilla galope toujours. La seconde paire au cuarteo sur la même corne est réunie dans le berceau. La troisième de dentro por fuera est moins réussie d’où une quatrième al violin fortement applaudie. Brindis au public. Début de faena avec toreria genou plié par le bas . Padilla insiste à droite et tire des derechazoss respectables obligeant l’animal. À gauche l’animal l’averti et il torée avec sérieux, accompagné par la musique. Retour à droite pour des va et vient, sans bouger, appréciés. Demie lame très tendida en restant sur la face. Avis et descabellos mettent fin à l’effort. Les antis profitent de cet instant pour une opération commando rapidement contrôlée.
Padilla reçoit le quatrième Jandilla sans pouvoir s’exprimer parceque le toro trébuche. Bien piqué le bicho pousse sous carioca. Il est épargné dans la seconde rencontre. Les Banderilles de Padilla sont posées avec efficacité en deux cuarteos sur la corne droite et un violin. Brindis personnel. Début de faena à genoux. Les derechazos en ligne suivants refroidissent le public. Padilla change de terrain avant de poursuivre à droite dans des muletazos plus profonds. La série à gauche est courte, acompagnées de l’épée et par le bas. La musique joue pour les derechazos qui vont a mas puis des naturelles servies une par une. Pirouette finale. Entière, tendida. Oreille.

Abellan va aussi à puerta gayola, Padilla dans le callejon surveille. Larga cambiada de rodillas suivie d’une autre le long des planches. Puis une série de capotazos dont il faut retenir deux véroniques et la media de face. La première pique est une carioca piquée en arri?re. La seconde de Sandoval est meilleure et désordonnée de la part du toro. Quite par tafalleras, cordobina et revolera d’Abellan. Brindis au public. Début par doblones toréés. Abellan s’efforce de contrôler l’embestida désordonnée par derechazos main basse en plusieurs séries où le toro montre une propension à s’arrêter après le troisième muletazo. A gauche le toro est tardo et le torero ne trouve pas non plus les clés pour l’obliger à répéter. Le bicho rend les armes. Presque entière de bonne exécution. Palmas et salut.
Le quinto est une masse, haut au garrot qui ne permet pas de briller à la cape. Il est mansote, se dirige vers le cheval de réserve et fait sonner l’étrier en gardant la tête haute sous la pique en bonne place. De la seconde il sort seul. Quite de Fandi par chicuelinas et demie. Le picador Jabato est ovacioné. Brindis à Manzanares. Long tanteo pour ensuite toréer à droite à mi hauteur en début de série et terminant par les bas. Abellan poursuit en insistant par le bas sans totalement canaliser la tendance du Jandilla à calamochear. Avec la zurda la série est accrochée. Le Torero insiste sans résultat. Pinchazo et pinchazo hondo trasero, caido et atravezado. Descabello. Silence.

Fandi reçoit le Fuente Ymbro par des véroniques templées et douces jusqu’à ce que le capote soit accroché. Deux piques courtes entrecoupées de deux zapopinas et cordobina terminée en recorte de Fandi. Du show Fandi il faut retenir la deuxième paire courant en arrière et parfaitement réunie à la pose et la troisième encore plus exposée le piton touchant la chaquetilla dans un cuarteo de dentro por fuera. Brindis au public. Le toro galope et Fandi lui sert des derechazos limpios et enchainés. Dans la seconde série Fandi se laisse toucher la muleta. À gauche le toro calamochea et la série est brouillonne. La suite à droite va a menos à torts partagés. Une nouvelle tentative à gauche est infructueuse le toro ne terminant pas les passes. C’est à droite que Fandi remate la longue faena en particulier avec des circulares. Demie lame basse d’effet rapide. Petition d’oreille. Palmas et salut.
Il revient à Fandi de clore les débats. Avec creativité, il lancea par deux zapopinas et véroniques rematées par revolera. Il mène au cheval par des frente por detras en marchant. L’animal est épargné au cheval car sa force est mesurée. Fandi montre toutes ses facultés aux banderilles en quatre paires dont la dernière met la plaza debout pour la course en arrière pour arrête le toro à travers tout le ruedo. À genoux aux medios Fandi se relève rapidement car le toro pèse à droite. Il prend la gauche à mi hauteur sans continuité. Retour à droite désordonné. Nouvelle tentative à gauche une par une en allongeant le bras d’abord, puis en subissant l’étreinte de la charge courte. Final à droite. Pinchazo hondo. Palmas et salut. René Philippe Arneodau

Ce contenu a été publié dans Séville. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.