SEVILLE – 27/09/2013 La Maestranza couverte de mansedumbre, silence et pluie.

Le lot de Jose Luis Pereda, juste de présentation, anovillado, manso, sans classe,  devrait provoquer pour le  ganadero la plus grande des préoccupations.  Quant à Nazare et à Fortes, sortir d’un mano a mano dans une arène de cette réputation, en y laissant six silences assourdissants, devrait les faire réfléchir.  L’excuse des toros médiocres ne peut pas tout justifier.  Des deux, Jimenez Fortes est celui qui a montré le plus de détermination et de quiétude.

Le premier La Dehesilla de Nazaré est remplacé par un Pereda reçu a puerta gayola par farol suivi d’une série de désarmés.  Le toro est violent, manso, dangereux à gauche jusqu’à la pique où il est châtié trois fois sans classe.    Fortes dessine un quite par chicuelinas et est désarmé également. Suivent d’autres chicuelinas et une gaonera de recours.  Le toro est distrait, porte la tête haute, s’éteint rapidement.  Nazaré essaye d’attaquer al hilo en laissant la muleta sous le museau sans succès.  Il termine par bajonazo.  Son second  se retourne à l’envers dans des véroniques gagnant du terrain.  Le manso est bien piqué avant que Fortes  ne lui dessine un quite par Chicuelinas.  Après avoir brindé au public, Nazaré torée essentiellement hors de la trajectoire  cet opposant qui va a menos rapidement et s’immobilise.  Entière et descabello.  Encore des véroniques en gagnant du terrain avec son dernier sans aucune réaction du public.  Le toro fonce sur  le cheval dès sa sortie en pistre.  Il est mal et peu piqué.  Quite par Gaoneras de Fortes.  La faena est une combinaison de manque de classe total du toro et du manque d’imagination de Nazaré.  Divers pinchazos avant entière.

Jimenez Fortes est allé trois fois a puerta gayola la première pour une larga afarolada et les deux suivantes pour des farols.  C’est surtout en véroniques qu’il s’est mis en valeur avec beaucoup de quiétude, jambe de sortie en avant, le corps immobilisé avant de lancer le capote vers le toro et terminant par media les deux genoux à terre dans un final style molinete.  Il laisse son premier cru et brinde au public.  Le début de faena à droite est suave, dominateur, avec temple.  Puis il ne laisse pas sortir le toro de la muleta dans la série suivante.  Ensuite il cite de face pour poursuivre al hilo dans des muletazos longs.  Le toro s’arrête et Fortes le torée de près et termine en arrimon.  Il rentre droit pour une épée entière légèrement contraire et tendida. Avis avant descabello.    Avec son second la Puerta Gayola est suivie de véroniques, chicuelinas et revolera le tout dessiné avec beaucoup de tranquillité.  Tito Sandoval passe inaperçu et ne pique pratiquement pas.  Nazaré donne un quite par veroniques et demie.  Jose Maria Soler salut en banderilles.  La faena est débutée par ayudados.  Le toro ne transmet rien.  Fortes est templé, al hilo, Le toro quand à lui raccourci ses charges et Fortes aguante avant voltereta.  Il insiste à proximité du toro et le public s’impatiente.  Pinchazo et trois quart de lame habile.  Le dernier de cette longue course est celui qui quelques instants a fait illusion.  Les véroniques post farol a puerta gayola sont dominatrices. Le Pereda attaque fort à la première rencontre puis à la seconde il est à peine effleuré.  Nazaré le passe en véroniques.  Comme ses congénères le toro va rapidement a menos et la faena finit par lasser le public stoïque sous la pluie, remplissant un tiers d’arène.

Six silences pour cette course qui a eu toute l’apparence de n’avoir été préparée par personne, ni le ganadero, ni l’empresa et même pas par les toreros.  René Philippe Arneodau

Ce contenu a été publié dans Séville, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.