Séville 3 Mai 2019 – Andrés Roca Rey deux oreilles au sommet avec deux Cuvillos

Avec le cartel de no hay billetes accroché, les taquillas étaient pourtant ouvertes à l’heure de la course.  L’Union des Abonnés de Séville avait émis un communiqué demandant la destitution du prėsident de la corrida d’hier après une prestation considérée comme excessivement généreuse et dénuée de critères.  Alors que le chaos pointe son nez, Nuñez del Cuvillo avec deux exemplaires et Andrés Roca Rey avec une volonté inébranlable, ont imposé ce dont la tauromachie a le plus besoin, la vérité. Je ne suis pas particulièrement fan de la tauromachie du Péruvien mais j’avoue avoir été emporté par sa détermination et sa sincérité qui lui ont valu un triomphe incontestable.  Quant à la ganaderia Nuñez del Cuvillo elle a proposé deux exemplaires de note (2 et 6) dans un lot par ailleurs anodin.

Le premier cuvillo accroche la cape de Sebastien Castella dans la série de véroniques de réception, accompagné de la reconnaissance du public.  Malgré la parcimonie avec laquelle est donné le tiers de piques, le bicho accuse le coup et le public proteste. Le torito tient le coup au second tiers et permet à José Chacón de briller surtout au second passage.  La muleta droitière de Castella ne trouve ni le rythme ni la hauteur pour empêcher le cuvillo de plier. Le public s’impatiente. Les naturelles ne font qu’accentuer leur courroux lorsque le torito a du mal à se tenir droit.  Demi-lame à bout de bras. Sifflets au toro et silence pour le matador.

Le second de Castella n’apprécie guère l’effort d'”humilier” dans la cape.  Il fléchit promptement et subit l’épreuve du fer en titubant. Brindis au public.  Le début de faena confirme les limites en force du cuvillo. Le Français maintient la muleta a mi-hauteur, en contrepartie d’une perte de profondeur et d’intensité. S’il baisse la main, le torito s’agenouille. Le cuvillo avance au pas et le niveau d’émotion est nul. ¾ d’épée, basse, mal portée. Silence.

José María Manzanares touche un premier adversaire bas et volumineux, colorado, de belle allure.  L’animal a une charge rythmée et fixe dont profite le matador dans un long passage à la véronique et la demie en conclusión. Le tout allant a más.  Le cuvillo pousse sous le fer, plus au premier passage, et sort de l’épreuve avec les mêmes qualités qu’au capote. Au second tiers il s’oriente et se défend à la troisième paire. Brindis à l’Infante Elena presente à un palco. Après tanteo, Manzanares tire des séries droitières qui mettent en évidence les qualités du toro, son moteur et son agressivité. À gauche, il tarde à s’accoupler et n’y parvient que lorsqu’il baisse la main.  Rapidement il revient à droite où il se sent plus en confiance et renoue avec des séries complètes. Bouche fermée, le toro attaque avec envie jusqu’à ce que Manzanares décide de prendre l’épée. Épée entière portée a recibir, légèrement contraire et atravesada. 2 avis. Un grand toro ce“Gosterano” de Nuñez del Cuvillo qui est emporté à l’arrastre sans la reconnaissance du public qui réserve sa sympathie à Manzanares avec applaudissements et salut.

Le deuxième de Manzanares est renvoyé au corral.  Le sobrero, au nom horrible d’“Asesino”, prodigue une charge vive que le matador torée de cape avec précaution.  Le cuvillo pousse sous le fer d’abord, puis est épargné lors de la seconde rencontre. Excellente lidia et banderilles de la cuadrilla.  La faena est lancée par derechazos en placement hors trajectoire. La suivante est meilleure mais, comme toujours avec Manzanares, courte de trois ou quatre muletazos et passe de poitrine.  Avec les naturelles, le bicho s’exprime sans que la série ne soit complète. Manzanares revient à droite pour des enroulements au goût du public. La faena prend un virage a menos que les efforts du matador n’arrivent pas à contenir. Quasi entière en arrière. Ovation et salut.

Le troisième de Nuñez del Cuvillo flanche face au toreo de cape d’Andrés Roca Rey. Une mauvaise lidia et les protestations du public assurent son changement. La vivacité du sobrero met Roca Rey sur la défensive à la cape.  La mauvaise lidia se répète et le bicho reçoit sa première pique au réserve. La seconde est un picotazo. Le cuvillo est laissé cru. Roca Rey exécute un quite par chicuelinas, tafallera, medio farol, gaonera en revolera, et brionesa.  Brindis personnel. Les premières charges vives sont mises à profit dans des passages devant et derrière. A droite Roca Rey oblige le toro qui accuse le coup. La muleta est touchée à plusieurs reprises mais le matador passe le toro très près.  A mi-faena, sur la droite, le Péruvien affermit sa position alors que joue la musique. À gauche, de trois-quarts, le torero a du mal à s’imposer et force le trait pour y parvenir, toujours très exposé. Le final droitier est maîtrisé. Manoletinas , pase del desprecio, passe de poitrine et un desplante signent un trasteo volontaire.  Épée très défectueuse dans le flanc avant une entière contraire. Ovation et salut.

    

Cette corrida s’allonge  ets’achève avec la sortie en piste  d’un exemplaire qui permet à Andrés Roca Rey de produire  seulement  trois capotazos, imitation “El Juli”, avec une gestuelle minimaliste.  Le toro pousse lors des deux rencontres au cheval. Roca Rey se plante au centre pour exécuter un quite quelque peu brouillon et varié qui réveille la Maestranza.  Brindis personnel. Début de faena à genoux en laissant tout l’avantage au toro, en toréant en redondo et terminant par une passe du “mépris”. Dans les derechazos, la maîtrise dans l’imposition de la trajectoire est totale. Musique.  La qualité de la charge est notable. Avec la gauche l’accouplement se fait dans un style des plus sérieux, classique et dominateur. Les deux protagonistes s’honorent avec le meilleur de leur qualités. L’osmose avec le public est totale.  Une dernière série appelle l’épée. Estoconazo a ley. Deux oreilles avec pétition de la queue, pour l’oeuvre d’un torero déterminé et sachant, face à un opposant de grande qualité.

René Philippe Arneodau.

Photos ARJ pour aplausos.es

Ce contenu a été publié dans Séville. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.