03/05/2011 SEVILLE FÊTE L’ALTERNATIVE DE ESAU FERNANDEZ

La corrida de EL PILAR est venue de trois et trois en présentation. Les trois premiers flacos, mal présentés montrant à peine leur quatre ans et trois herbes et les trois derniers plus faits, et le sixième cinqueño. En comportement le lot n’a pas résolu le mystère de la recherche du Toro bravo. Il a manqué de la caste et de la bravoure à l’ensemble du lot et les deux toros du Toricantino ont plutôt brillé par la caractéristique de « Bobo », suivant la Muleta au lieu de vouloir l’attraper comme le font les braves.
Esau FERNANDEZ est allé par deux fois recevoir ses opposants à puerta gayola. Décidé, il l’a été toute la corrida, intervenant en quite au 5 et au 6 , puis en construisant une première faena à son Pilar d’alternative, quasiment pas piqué faute de force, dans un trasteo où le public ne lui a pas du tout tenu rigueur de toréer despegado, fuera de cacho, en mélangeant des trajectoires en ligne et courbes en fonction de la résistance du toro. Un épée trasera caida d’effet rapide a déclenché une pétition majoritaire. 1 oreille. Aplausos al toro. Le sixième cinqueño et serio de présentation s’est avéré un collaborateur bobo, sortant des muletazos cherchant la suite ailleurs que dans l’engaño, et terminant marchant en suivant la muleta. Espada caida d’effet fulminant et nouvelle pétition d’oreille accordée. Sortie à hombros par la porte de cuadrillas.
MORANTE a touché un lot peu propice à la réalisation de son toreo exigeant. Il a toréé son premier invalide en l’obligeant par le bas dans une serie de muletazos droitiers que le toro est incapable de supporter. Morante termine d’un pichazo et de ¾ de lame contraria atravesada. Morante torée son second avec le capote en chargeant la suerte et avec profondeur menant le toro jusqu’au tercios. Le bicho galope tout en sautillant sur ses pates avant. Le El Pilar est faible. Dans la première série un molinete et une trinchera mettent l’eau à la bouche du public . Puis, de même qu’à son premier, dès que Morante l’oblige par le bas la cause est entendue. Pinchazo profond et 4 descabellos.
Le premier du CID, faible et désintéressé du combat, lui a permis de lier plusieurs séries sur le coté droit, parfois fuera de cacho, parfois croisé, en tout état de cause pas vraiment à gusto. Un épée entière. Aplausos et saludo al tercio. Le cinqième El Pilar est le seul ayant fait illusion au cheval en deux rencontres ayant permis au picador Manuel Jesus Ruiz de le citer avec toreria lors de la deuxième rencontre et d’être applaudi. El cid brinde au public mais de nouveau ne trouvera pas le sitio qui lui permette d’être à l’aise avec le peu de qualités du toro. Un pinchazo et une lame caida et tendida. Aplausos al toro. Le résultat de la course est trompeur. La corrida de ce jour n’avait pas vraiment de quoi rester dans les mémoires. René Philippe Arneodau.

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans Général, Séville, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.