27/04/2011 SEVILLA : ALCURRUCÉN, CORRIDA DE MANEJO ?

Le cartel de Séville ce jour 27 Avril 2011 aurait du être un cartel de surprise et de triomphe. Trois jeunes Matadores prétendants et une ganaderia larga avec un choix énorme de ganado et un historique auréolé de triomphes. Et puis rien. Des toreros incapables de provoquer le succès dans la plaza la plus emblématique au monde et une ganaderia offrant six bichos mansos cherchant la sortie du ruedo et attaquant sans classe. Toreo moderne impossible et toreros incapables de toréer à l’ancienne. Mais au bout du compte la question qu’il convient de se poser est la suivante. Si une ganaderia comme celle d’Alcurrucen, ayant tant de toros à proposer, sélectionne six mansos sin casta, comme ceux d’aujourd’hui, pour envoyer à Séville, c’est qu’il se passe quelque chose de grave au campo. Il faut donc se demander si le manejo moderne n’en est pas la cause, comme nous en a alerté, à plusieurs reprises déjà, le directeur de Terres Taurines.
Oliva SOTO revient à la Maestranza comme s’il fallait cumplir. A peine l’a-t-il fait. A son premier il donne des véroniques en traversant le ruedo suivant le toro qui lui suit sa tendance à toriles. Brindis al publico puis il tente de donner des muletazos, sans aboutir, en quatre tentatives de tandas avortées. ½ espada perpendicular, caida, atravesada, qui s’enfonce seule a mesure de l’attente. 2 descabellos tras aviso. A son second, Soto donne des véroniques de peu de cachet terminées par une larga terminée par le bas. Prenant conscience qu’il joue sa dernière cartouche Soto se double avec le bicho boyante, puis en quatre séries droitières cherche à lier ce qu’il arrive à faire avec une certaine émotion mais sans dominer. Ceci explique que la faena ira a menos. Pinchazo y entera contraria. Aplausos al toro pour le jeux qu’il a donné en comparaison avec ses congénères et aplausos au Torero ainsi que saludo al tercio.
Ruben PINAR avec son premier le passe par véroniques sobre las piernas. Dans la muleta Pinar le passe d’abord en ligne, puis tente de le renvoyer en courbe, mais en fin peu de choses à cet opposant sortant de la muleta avec la tête haute. Pinchazo suivi d’une épée ladeada d’effet rapide. Son second manso abanto, accuse le tiers de pique en trois rencontres sans s’employer pourtant. Toro arrêté et faena impossible. Entière caida. Sifflets au toro.
TENDERO a semblé le plus décidé. A son premier il sert des véroniques limpias sans émotion. Suit une faena sans relief. Le toro sort également la tête haute de la muleta. Entière al encuentro et 2 descabellos au centre du ruedo. Le dernier Alcurrucen, celui de moins de trapio, ne sauvera en rien la tarde, confirmant la mansedumbre et le manque de classe de la corrida. Un pinchazo profond et une entière desprendida.
Le public ayant rempli 2 tiers de la plaza a applaudi les trois toreros à leur sortie. Mais pour être figura, cumplir n’est pas suffisant, il faut créer l’évènement coute que coute, surtout lorsqu’on a la chance de toréer à Séville. René-Philippe Arneodau.

A propos Niño de San Rafael

Niño de San Rafael (Apodo de René Philippe Arneodau) est aficionado practico fréjussien avec une expérience tauromachique qui débute en 1970, allant de chroniqueur à apoderado, cultivant exigence et précision dans ses avis et ses opinions. Passionné de tauromachie depuis le plus jeune âge, il a trouvé dans la pratique du toreo le chemin de la compréhension de la technique et de l'art de torear, et développé une admiration et un respect pour ceux qui y excellent.
Ce contenu a été publié dans Général, Séville, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.