Bilbao – 19 août 2019 – Nouveau succès de Luis David Adame avec les toros de Torrestrella.

Le bon résultat des toros de Torrestrella et celui des jeunes matadors durant l’Aste Nagusia de Bilbao de l’an dernier ont vu leur récompense logique puisque «Román» Collado et Luis David Adame accompagnés d’ Álvaro Lorenzo (une oreille devant des toros de Victorino Martín) se retrouvaient, réunis, à l’affiche de ce jour, une fois de plus gris sous les nuages mais sans la pluie de la veille. Le lot de Torrestrella, homogène de poids – 539 kg de moyenne pour une différence de 25 kg entre le plus léger et le plus lourd -, varié de robes et deux cinqueños, le troisième et le cinquième, retenaient l’attention des aficionados par des comportements divers pas toujours ceux espérés. Deux du lot, le 3ème «encasté» et brave, et le 6ème, brave mais irrégulier, permettaient au Mexicain de couper une oreille de chacun de ses opposants. Le trophée le plus consistant était obtenu à son premier bien que la deuxième oreille réclamée et non concédée au dernier n’aurait été, en aucune manière, la justification d’un tel prix. On notera la «bonté» des picadors, aux ordres de leurs chefs de file respectifs, qui relevaient aussitôt le palo, la puya plus ou moins bien placée… sinon aucun des torrestrella aurait tenu la distance. Même le joli 3ème, qui gardait la bouche fermée jusqu’à la mort, n’avait reçu qu’un léger châtiment, la deuxième pique étant seulement pointée. La vuelta était même demandée pour ce toro par certains aficionados indulgents et peu regardants…

Luis David Adame accueillait le 3ème par un péndulo doublé, profitait d’une charge allègre avec des démarrages vifs qui se traduisaient en cours de faena par des passages risqués dans la muleta. Ce toro se serrait aussi bien de la corne droite que de la gauche.  Sa «caste» exigeait du Mexicain beaucoup de fermeté, ce qui fut fait, réussissant sur la fin de faena à tempérer cette fougue et imprimer du temple à sa dernière série de naturelles.  D’un pinchazo a recibir, Luis David sortait poursuivi par le toro, le visage ensanglanté – coup de pommeau de l’épée et coupure aux lèvres et pommette gauche – mais il répétait cette suerte avec succès cette fois. Après son passage à l’infirmerie, il recevait le 6ème avec les meilleures véroniques de l’après-midi et effectuait un quite par chicuelinas, mains basses, avant de dédier ce toro au public.  Il réalisait une faena moins brillante que la précédente car les charges du brave torrestrella étaient irrégulières avec un cabeceo dans la muleta. Néanmoins Luis David canalisait ces charges, à gauche avec un remate «du mépris». Le toro réduisait sa charge mais intelligemment les passes de la droite en redondo masquaient cette baisse de régime. Des bernadinas et une autre estocade al encuentro impressionnaient le public qui demandait l’oreille. En somme, une bonne prestation de Luis David Adame à Vista Alegre.

«Román» rassurait les aficionados qui craignaient des séquelles psychologiques sinon physiques après sa très grave blessure du 9 mai à Madrid. Bilbao, devait être un test après des performances en demi-teinte, notamment au moment de la mise à mort, à Valence et San Sebastien, également places de première catégorie. Deux estocades décisives, entières, l’une desprendida, l’autre contraire marquaient sans doute un degré de confiance supplémentaire pour le sympathique matador franco-valencien au terme de deux faenas qui allaient a más. Il prenait la mesure du 1er qui sortait essoufflé, de deux piques légères, qui ne se livrait pas et passait sans «humilier» dans la muleta. Il terminait par des passes aidées par le haut très toreras. Au 4ème, plutôt faible, qui avait tendance à s’arrêter, «Román » parvenait à lier une série de passes alors qu’auparavant elles étaient, une à une, forcées sur les deux cornes.  Une oreille était même demandée après le bon coup d’épée à ce toro.

Álvaro Lorenzo donnait beaucoup de passes avec une certaine facilité mais sans éveiller un grand intérêt au trasteo administré au 2nd, sans forces ni ardeur à charger. Le 5ème, le plus lourd et âgé de cinq ans, coureur, distrait, sans fixité, obligeait le Tolédan à se repositionner entre chaque passe. Faena bougée heureusement terminée par une demi-estocade qui couchait ce toro  sans option du moindre succès.

« Román » : saluts ; une vuelta. Álvaro Lorenzo : silence aux deux. Luis David Adame : une oreille ; une oreille et pétition de la deuxième ? Le toro « Florista » nº 26 – negro burraco – 543 kg – 08/14 –  sorti 3ème, applaudi à l’arrastre. Sergio Aguilar et Alberto Zayas de la cuadrilla d’Álvaro Lorenzo saluaient après la pose des banderilles au 2ème. Un tiers d’arène.

Georges Marcillac

Photos: Emilio Méndez pour cultoro.es

Ce contenu a été publié dans Bilbao, Général, Georges Marcillac Escritos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.