Juan José Trujillo

Juan José Trujillo del Pino est un matador de toros né à Málaga le 28 avril 1974. Sans appartenir à aucune famille taurine il s’intéresse à la tauromachie parce que son père était un aficionado a los toros. Elève de l’Ecole Taurine de Málaga dirigée Manolo Ortiz (1951-  ) de la fameuse «cuadrilla del arte», il reçoit sans doute un précieux enseignement dans l’art de poser les banderilles. Il se présente en public en novillada non piquée à Fuengirola le 5 juin 1988 et la présentation avec picadors a lieu le 14 avril 1991 à Málaga avec au cartel Francisco José Porras « Porritas » et Cristo González. Ce jour-là, il ouvre la Puerta Grande en coupant une oreille de chacun de ses novillos de Sancho Dávila. Le matador basque José María Recondo fait office d’apoderado dès 1992 et le prépare pour l’alternative avec un cartel de luxe puisque le parrain est Curro Romero et le témoin Julio Aparicio à Málaga le 15 août 1994. Il coupe l’oreille du toro de la cérémonie de la ganadería de Torrestrella de nom «Cursilito» nº 100, de 513 kg. Ce n’est que trois ans plus tard que la confirmation d’alternative est programmée pour le 27 juillet 1997 avec Domingo Valderrama et Jesús Romero pour des toros portuguais d’Ernesto Louro Fernandes de Castro. Il gardera un beau souvenir de la vuelta al ruedo qui récompensait sa prestation à Las Ventas au toro de la confirmation. Après quelques premiers succès, la carrière De Juan José Trujillo va se réduire à des contrats autour de Málaga, des cogidas aussi dont une dernière en 1991 à Marbella. Deux semaines après, le 10 août,  il réapparaît à Malaga devant des toros de Cebada Gago. Après la mise à mort du cinquième, il arrache sa coleta et l’enterre dans le sable de La Malagueta en signe du renoncement à sa carrière de matador.

C’est en 2002 que débute pour Juan José Trujillo une nouvelle vie de torero dans la catégorie des toreros de plata, la première fois dans une novillada aux ordres de Joselito Ortega et ensuite de David Galán. Il intègre la cuadrilla du sévillan Salvador Vega et il y restera trois ans. Il est remarqué par José María Manzanares et les six années qu’il  passe comme membre éminent de la cuadrilla du torero d’Alicante, lui permettent de se faire un nom, que soient reconnues ses qualités de banderillero et efficacité à la cape. Cela lui vaut de recevoir de nombreux prix et d’être un des subalternes les plus en vue des temps modernes. Il est gravement blessé en deux occasions au Mexique (La Mexico et Moroleón – Etat de Guanajuato), blessures qui affectent le genou droit et facture du péroné. Une nouvelle étape s’ouvre dans la trajectoire professionnelle de Juan José Trujillo lorsqu’il quitte José María Manzanares pour renforcer la cuadrilla d’Alejandro Talavante à partir de la saison 2014. Sa notoriété est maintenue et en 2018 il reçoit le Trophée Manolo Montoliu comme meilleur subalterne de la Feria de La Magdalena de Castellón de la Plana.

Une anecdote : Juan José Trujillo est le matador qui a coupé la première oreille du XXIème siècle lors de la corrida célébrée à Malaga le 1er janvier 2001, au cinquième toro d’une corrida de Diego Garrido.

Ce contenu a été publié dans Cuadrillas, Général. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.