Madrid 20/05/2013 Forte impression de Gonzalez CABALLERO face à une “mansada” en filigrane de Nazario IBAÑEZ

Plus de 2/3 d’Arène.  Minute de  Silence en mémoire de Pepe Luis Vazquez.

Alvaro SANLUCAR  affronte un premier Nazario IBAÑEZ bien fait et armé.  Veroniques et delantales un peu rigides se laissant toucher le capote.  Le bicho se freine dans la cape.  Piqué en arrière le novillo ne s’emploie pas.  Il sort peu enclin à embestir.  Il refuse d’abord de retourner au cheval.  La seconde pique est prise tête relevée sans classe.  Excellent quite par gaoneras cargando la suerte de CABALLERO.  Le Novillo se défend tête haute pendant le second tiers.  La faena débute par des doblones en ligne sans appuyer.  Les derechazos qui suivent ont le défaut de se terminer par le haut ce qui n’empêche pas une chute du novillo.  SANLUCAR baisse  la main à gauche et le IBAÑEZ trébuche.  Un retour à droite débouche sur une série sans chute mais aussi sans émotion.  Le Novillo s’immobilise.   Entière desprendida.  Silence.

Le second de SANLUCAR  est lourd, haut, commodément armé. Il met la tête par le bas dans la cape de SANLUCAR qui n’en profite pas.  Il pleut fort sur Las Ventas.  Piqué en carioca à la première rencontre,  il est légèrement piqué à la seconde.  Quite par chicuelinas et larga de CABALLERO.  Les premiers derechazos sont donnés par le bas profitant de la qualité du Novillo.  Désarmé dans les deux séries suivantes SANLUCAR perd le fil de la faena et de la qualité du Novillo.  Il revient à gauche pour donner des passes de une en une de moindre intérêt.  La série suivante à droite est peu centrée et distante.  Les adornos suivants  sont clairement a menos.  Entière caida , atravesada, suelta.  Silence.

Gonzalo CABALLERO  touche un premier novillo de moins de trapio que le premier.  Le bicho arrea et cherche la sortie.  Il pousse sous le fer avant de relâcher, puis répète sans zèle.  Bonne brega de Miguel Martin.  Brindis au public.  CABALLERO ne doute pas un instant.  Il sert une série droitière ferme qu’il termine  par trincherilla.  La série suivante est un peu a menos le Novillo garde la tête à mi hauteur et les passes manquent de remate.  La suivante est meilleure avec des passes plus profondes.  La tanda suivante, en deux parties, est  de moins de connexion.  Une tentative à gauche est d’abord laborieuse, puis ensuite avec des naturelles  qui transmettent.  Suivent des pases par le bas, genoux plié, et final debout.  Bernardinas décidées et pecho sans rectifier.  Il entre tout de suite et pinche.  Puis épée contraire en arrière et tendida. Descabello.  Palmas et Salut au tiers.

Le quinto de la tarde est sérieux, bajo, montado, musclé et montre les pointes. Le Ibañez donne des signes de manso mais passe dans la cape par le bas.  Très distrait et fuyant la confrontation,  il se ballade dans le ruedo.  Dès qu’il sent le fer il arrea dans tous les sens arrachant la cape de CABALLERO.  Ensuite il se freine dans la cape du novillero et refuse d’aller au cheval.  Il attaque et s’enfuit du cheval de réserve.  Dans la troisième rencontre le novillo pousse.  Le début de faena en tablas à droite montre la violence du Novillo et l’aguante de CABALLERO.   Dans ces circonstances le Novillero est ferme et décidé.  A gauche les pases une en une sont profondes et le torero toujours croisé, chargeant la suerte.   La suite de la  faena est émouvante, très sérieuse de la part du torero sur les deux cornes avec un aguante impressionnant.  Manoletinas finales.  Pinchazo bas, puis demie épée caida, atravesada.  Palmas y saludo al tercio.  Grande prestation de CABALLERO qui aurait pu sortir par la grande porte s’il avait mieux manié le fer.

Cesar VALENCIA affronte un  novillo serio, enmorillado, abierto de pitones. Il  n’est pas intéressé par le combat et est abanto.  Il va au cheval de réserve et réagit en ruade et fuite à une pique en arrière.  Il revient au cheval sans se battre.  Bien Angel Otero qui salue en banderilles.  Désarmé dans le second muletazo, VALENCIA poursuit par derechazos   en ligne et longs.  La série suivante est meilleure malgré un final de passe incomplet.  Le vent dérange la tentative suivante. Passage à gauche toquant vers l’extérieur et colada dans le pecho.  Poursuite à gauche mais le bicho refuse d’avancer.  Longue préparation pour une épée en arrière tendida, desprendida, légèrement atravesada. Silence.

VALENCIA va a puerta gayola.  Le novillo évite la confrontation et le torero donne un farol dans le vide.  Le novillo est cornigacho et musclé.  Abanto il  refuse les capes.  Combat de manso au cheval avec carioca.  L’emmener pour la seconde rencontre s’avère compliqué.  Le réserve avance sur lui en terrain de toriles.  Bonne brega de la cuadrilla pendant le tiers de banderilles.  Jose Otero salut.  Brindis au public.  Début de faena en terrain de sol.  Il mène le Novillo au centre.  Les premiers derechazos sont compliqués , un par un, le novillo tardo reste court.  A gauche il en va de même.  VALENCIA attaque et vole quelques muletazos à droite dans un semblant de lié.  Entière caida.  Silence.

 

Ce contenu a été publié dans Général, Madrid, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.