Madrid 21 Mai 2022- 14ème de Féria - Un orage imprévu sauve l’encerrona de Paco Ureña qui coupe une oreille.

Photo : las-ventas.com

Paco Ureña prévu en solitaire, est accueilli par une ovation et salut. Le choix de toréer en solitaire et celui des toros de cet évènement pourront et devront être questionnés.  Sur le chemin du "pétard", un orage inattendu est venu séparer le bon grain de l’ivraie, ivraie qui en l’occurrence est restée sur les tendidos pour prendre le contrôle des réactions.  Les factieux ont alors transformé Las Ventas en plaza de pueblo durant la lidia du cinquième et permis à Ureña de couper une oreille venue de nulle part.

Le premier toro de la ganadería de la Venta del Puerto est montado, "culo de pollo", (on a compris la forme de l'arrière train de ce toro - NDLR), corniapretado.  Il trébuche à plusieurs reprises avant de passer dans la cape suave, presque infirmière du matador.  Le toro pousse sous une première pique arrière.  Il ne se fait pas prier pour sortir de la seconde, notablement amoindri par l’épreuve.  Le début de faena est précis et léger sans marge de sécurité.  La série suivante est agrémentée de regards vers les tendidos pour compenser le manque de transmission du toro.  Toujours à droite, Ureña est contraint de gérer la faiblesse de l’opposant.  À gauche, cette gestion dénature complètement l’effort.  Un pinchazo profond est suivi d’un descabello.  Sifflets au toro et silence.

Le second toro est de Domingo Hernández.  Trapu, bas et veleto il charge la cape d’Ureña avec une certaine indifférence, jusqu’à ce que le matador le fixe au centre en véroniques compas ouvert et demi-véronique.  L’animal part de loin de sa propre initiative pour une puya poussée. La seconde plus courte est moins intense.  Quite au centre, seul en piste, pour des chicuelinas conduites et serrées.  Brindis au public.  Au centre Ureña cite pour des estatuarios enchaînés avec des naturelles intenses, passant l’adversaire au raz du corps et au tracé de muletazsos sans concession. La suite va a menos, le toro devenant tardo.  La première série droitière retrouve l’intensité du départ puis va a menos aussi. Paco Ureña a de nouveau recours au regard vers les tendidos pour chauffer l’ambiance.  La suite est brouillonne malgré les bonnes intentions visibles du torero.  Quelques ayudados précèdent une demi-lame défectueuse mais efficace.  Applaudissements au toro et salut du matador.

Le troisième opposant est de la ganadería d’Adolfo Martin.  Il se retourne vite et ne permet pas à Paco Ureña de briller à la cape.  Le toro est distrait et incertain. Il passe deux fois au cheval avec une envie de combattre limitée.  Au second tiers, l’adolfo-martín confirme ses mauvaises intentions et son manque dentrega.  Le public proteste car le tiers est changé avec seulement trois banderilles en place. Les premiers muletazos sont brusques et ne sont destinés qu'à prendre la mesure de la situation. Dès que le matador plante les pieds, le toro raccourcit sa charge et se retourne vite.  En difficulté sur les deux cornes, Ureña met un terme aux hostilités.   Pinchazo et épée habile.  Plusieurs descabellos. Sifflets à l’adolfo-martín.  Silence.

Le quatrième est un  de José Vázquez aux hechuras aussi moches que sa charge dans la cape d’Ureña.  En manso. le toro sort du cheval lorsqu’il sent le fer et refuse ou fuit les rencontres subséquentes.  Le bicho est mobile au second tiers, chargeant avec transmission.  Les trincheras et doblones mettent le torero de Lorca (Murcie) en confiance au point d’enchainer par derechazos relâchés.  Le toro est cependant "menteur" et ne se livgre plus comme au tiers précédent.  Le torero se place bien et tire avec calme des trajectoires de qualité à droite.  À gauche, l’engagement est total malgré les incertitudes et quelques naturelles sortent du lot lors de la première série.  Trois pinchazos avant entière en todo lo alto, portée dans les règles. Silence.

Photo : las-ventas.com

Le cinquième toro est de Juan Pedro Domecq qui est protesté  du à son manque de présence, nonobstant son volume. Le premier tiers se déroule promptement et dans le désordre.  Les agenouillements du toro provoquent son renvoi au corral. Le sobrero est de l'élevage de Conde de Mayalde au comportement de manso.  La cape d’Ureña est accrochée à plusieurs reprises en donnant des véroniques puis des delantales.  Les piques sont exécutées pour la forme alors que l’orage menace.  La faena débute par des muletazos appuyés qui affectent négativement le bicho.  Le public fuit les tendidos alors que la pluie tombe. A partir de ce moment nous passons dans la "Twilight Zone".  Une partie du public restée sur les tendidos prend les commandes.  Dans le ruedo, Ureña cherche à se réfugier du vent, subit un échec dans sa tentative sur la corne gauche, puis exécute trois séries à droite, jambes écartées en dessinant des trajectoires lointaines rythmées par les agenouillements du toro.  De ce néant, le public révolutionnaire organise une fêtepopuliste, adoubée par la présidence qui accorde une oreille après estocade entière en perdant la muleta. Avant même que le toro n’ait rendu son dernier souffle, les rebelles des tendidos soleil de las Ventas, lancent incompréhensiblement leurs coussins au ruedo, sur les acteurs toujours en action.  Du jamais vu en ces lieux!!

Le sixième toro est un Victoriano del Río  venu en remplacement d'un Luis Algarra refusé.  En voyant l’absence totale de trapío du victoriano, on est amené à se demander comment était celui de l’animal refusé.   L’animal en piste a pris le contrôle des opérations et à fait tourner en bourrique cuadrillas et matador.   Du batacazo au cheval de réserve, aux multiples passages à faux durant le long second tiers, rien n’était propice au bon déroulement de la lidia.  Seules des gaoneras exécutées en quite par Paco Ureña ont fait brièvement illusion.  Puis muleta en main, ce fut le néant. Par la faute du morlaco qui n’a jamais offert une charge complète ou répétée.  Le matador a insisté et les insurgés de Las Ventas sont restés disposés à fêter le moindre geste empreint de mobilité. Pinchazo et entière défectueuse.

René Arneodau

Ce contenu a été publié dans EDIT"O"PINION, Général, Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.