Madrid 24/05/2013 TALAVANTE La revanche. Deux oreilles et Puerta Grande.

Harmonieuse corrida de Victoriano del Rio ayant tendance à masear, mais qui a duré dans l’épreuve avec de belles embestidas.  Arènes pleines.  Corrida de succès notables, très intéressante.  Oreille pour CASTELLA et pour MANZANARES. Première Puerta Grande d’un torero à pied de la San Isidro pour TALAVANTE.  Curieuse Sortie A Hombros , le torero allongé sur le dos sur tout le trajet de sortie sans qu’on puisse le voir.

Le premier de CASTELLA  bien présenté, passé en quite par chicuelinas, montrant une bonne mobilité permettant à Javier Ambel de saluer en Banderilles se blesse à une patte et CASTELLA le passe à trepas par entière sans faena car le public proteste.

Le second de CASTELLA est bien fait, cornalon, veleto des pointes.  Il se désintéresse de la cape que lui présente le torero et sort à chaque fois distrait, allant aux planches.  Il s’emploi en manso à la première pique dont il est retiré rapidement par Ambel.  Idem à la seconde un peu plus longue.  Banderilles laborieuses avec quelques embestidas de qualité du toro dans la cape d’Ambel.  Brindis au public.  Double Pendulo suivi d’une série au centre des deux mains un peu électrique, avec molinete, trincherilla, en obligeant le toro par le bas et connectant avec le public.  CASTELLA donne de la distance pour une série à droite bien débutée puis un coup de vent met le torero en danger.  Retour à gauche avec une émouvante série par le bas en perdant un  paso que le toro accepte avec une belle qualité d’embestida, suivant le vuelo.  La suivante à gauche est meilleure, lente, longue utilsant le vuelo jusqu’au bout.  Retour à droite dans une série toujours par le bas et longue, interrompue, mais aguantant un paron lors d’un changement de main .  La jambe de sortie est souvent effacée.  Spectacle en circular avec rond complet dans un sens puis dans l’autre.   Quelques adornos de bon gout et  espadazo .  Desplante genoux en terre, puis CASTELLA retire l’épée par devant juste avant que ne sonne le premier avis.  Descabello et le toro se couche.  Pétition et oreille.   Aplausos au toro.

Le second de la corrida, premier de MANZANARES,  un peu juste de trapio pour Madrid, est cependant harmonieux.  Il  galope loin dans le cape du Maestro lui laissant le temps de préparer la suivante.  Les véroniques sont esthétiques et en ligne. Au cheval le Victoriano fait sonner l’estribo avec peu d’entrain.  MANZANARES déplace le bicho pour aller au cheval cape déplacée par le haut.  Le toro cherche à éviter le cheval et quand il y va c’est sans zèle.  Quite de TALAVANTE en gaoneras.  Le début de faena  enroule le toro en trois passes qui laissent présager du meilleur.  A droite MANZANARES,  avec arte  passe le bicho al hilo et la jambe de sortie effacée., dans deux séries, terminée la seconde par un trincherazo.  La suite à gauche est de meilleur positionnement mais les passes données en ligne, le toro ayant du mal à appuyer.   La série suivante à droite est embragetada a mas.    La suivante à droite, débutée par un pase de las flores, ou plutôt Capeina car donnée en début de série, est tout aussi réussie, le toro résistant à l’épreuve et dont ressort un cambio de mano majestueux.  MANZANARES termine la faena par ayudados et passes par le bas de la main gauche très esthétiques  et enroulées.  Entière a recibir en arrière d’exécution facile dans une technique que le torero maîtrise parfaitement. Avis.  Pétition et Oreille.

Le quinto de la corrida, second de MANZANARES pèse 600 kg, musclé, large, avec un morillo développé et tête de toro adulte.  Veronicas en gagnant du terrain jambe en avant et demie belmontina, le tout très esthétique avec un certain dominio.  Le toro est peu enclin à bagarrer au cheval, il est donc piqué avec parcimonie ce qui semble convenir au torero.  Quite par chicuelinas lentes et demie de TALAVANTE.  Paires de banderilles réunies de Curro Javier.  MANZANARES mène le Victoriano aux tiers.  Début à droite dans une série en ligne où le toro proteste par le haut.  A gauche le torero l’embarque  dans une naturelle longue mais pour le reste le bicho n’a pas de classe ni  de longueur dans les autres muletazos.  Retour à droite mais le toro avec le même défaut ne permet pas à MANZANARES de lier à son aise.  Dans les derechazos suivants le torero fait l’effort avec peu de récompense sauf dans une passe et un cambio de mano.  Une dernière tentative à gauche confirme que le Victoriano  ne permet pas le toreo lucido.  Pinchazo et désarmé.  1/2  épée desprendida. Deux descabellos.

Le premier de TALAVANTE fait des choses de Manso dès sa sortie en piste restant planté en tercios de sol  et en reniflant le sable.  Il se freine d’abord  puis se confie dans la cape du torero qui montre une certaine confiance vu la situation dans des delantales pas totalement réussis.  Le bicho est harmonieux corniapretato et donne des embestidas par le bas quand il le veut.  Le tiers de pique est celui d’un manso avec fuite (espanta) et il dure tellement longtemps qu’on pense que le toro se sera dégonflé et avisé dans les capotazos.  Comme à la cape,  TALAVANTE ne doute pas à la muleta face à ce manso qui a montré de la violence en banderilles mais en répétant dans la cape de Lujan.  Début de faena  en terrain des tendidos de sol par ayudados por alto intenses car le toro a du gaz.  Immédiatement il enchaine des naturelles longues et intenses.  Le manso transmet.  La série droitière est du même acabi, marquée par un cambio de mano énorme de longueur et d’une voltereta  parcequ’il perd la tête du toro après le remate.  La suite est intense à droite avec des scorie, muleta accrochée.  TALAVANTE relache le corps et torée à gauche en tablas , por dentro le Victoriano qui est en train de rajarse.  Ayant entendu le signal de fin il impose des bernardinas et cambio de mano.  Le public est debout.    Estoconazo al encuentro faisant démarrer le toro par le toque de muleta.  Le Torero est  ému, pétition unanime, deux oreilles.    Il est à noter que TALAVANTE alterne le toreo jambe de sortie effacée et celles avec la pata por delante.  Aussi qu’il a agunaté avec valor les embestidas exigenates et fortes du manso de Victoriano.

TALAVANTE met un terme à la corrida face à un exemplaire  sérieux, capacho,  lui aussi avec cara de hombre.  Il est menteur dans la cape se freinant, sautant, allant loin, restant court.  Il charge violement le cheval et fait tomber le picador tête en avant avec tour complet.  Miguel Angel Muñoz remonte et donne la meilleur pique du jour, tant en préparation qu’en exécution.   Ovation.   Toujours menteur et violent en Banderilles le toro prend Lujan qui allait poser à une main, en attendant et en allongeant le cou.  Cornada au bas ventre.  La faena semble pouvoir prendre son envol car à gauche TALAVANTE allonge avec les vuelos.  Mais le toro est toujours brusque et même violent.  Il en va de même à droite.  1/2  épée atravesada en arrière.  Deux descabellos.

Ce contenu a été publié dans Général, Madrid, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.