Madrid 26 mars 2017 – Brillante ouverture de temporada à Las Ventas. Belle novillada de Fuente Ymbro.

Il n’est pas coutume de louer les qualités et succès d’un lot entier de toros lors d’une corrida à Las Ventas. C’est pourtant le cas des novillos de Fuente Ymbro qui avaient le privilège d’ouvrir la saison taurine  madrilène et qui offraient un spectacle qui réjouissaient les aficionados contents de se retrouver et commenter amplement les détails de cette novillada. Le ganadero Ricardo Gallardo, euphorique, se plaignait de l’avarice du président qui aurait dû, à son avis primer de la vuelta al ruedo du dernier novillo et des deux oreilles le novillero Diego Carretero après une faena vibrante où se conjuguaient les embestidas braves de « Pintora » nº93 – 471 kg. 09/13 et la vaillance du jeune manchego (originaire de Hellín province d’Albacete), Une chose et l’autre étaient peut-être exagérées bien que le novillo était allé a más après les piques lors de la faena de muleta. Les novillos de Fuente Ymbro étaient de bonne présentation, de poids divers allant par paires : # 470, 510 et 530 kg, solides, prompts aux cites et braves dans les capes et muletas.

Le cartel le composaient Pablo Aguado,  novillero le plus expérimenté, Leo Valadez de Mexico, bien connu en France, et Diego Carretero qui s’était fait remarquer dernièrement à Valence et qui avait glané bon nombre de prix l’an passé. Les trois et les novillos de Fuente Ymbro avaient été annoncés par Simon Casas en mettant l’accent sur l’importance que revêtait cette première novillada comme lancement de Plaza 1, la marque de la nouvelle empresa de Madrid.

Pablo Aguado était poursuivi et pris malencontreusement en s’apprêtant à mettre à mort le premier novillo, étourdi au sol il recevait le choc des cornes et sabots du novillo et était emporté inconscient à l’infirmerie. Il avait signé une faena classique où prédominaient les séries de naturelles, une d’elles bien liée avec remate par farol et passe de poitrine dans le même mouvement. Au début, les passes sur la corne droite paraissaient plus compliquées par le novillo dont la charge n’était pas encore assujettie à la muleta, le vent aussi le distrayait, mais  en fin de trasteo, le novillo exprimait les mêmes qualités  que sur la gauche. Leo Valadez devait tuer ce novillo d’une estocade tombée.

Le jeune mexicain dont c’était la présentation à Madrid,  montrait une assurance et un talent qu’il  a peaufiné en 2016 dans les plazas les plus importantes de première catégorie. Ses deux faenas de muleta étaient entachées de mauvaises estocades précédées de pinchazos qui lui faisaient perdre l’oreille. La première se déroulait avec la collaboration d’un novillo exceptionnel dont la classe de charge s’alliait parfaitement à la muleta et le temple que lui imprimait Leo Valadez. Des cites lointains, des charges promptes et allègres, sans trop «humilier» au début mais ensuite, la tête basse, donnaient l’impression qu’aucune erreur n’était permise tant la fougue et bravoure du novillo étaient constantes. Leo Valadez se montrait ferme et dominait la situation avec bonheur. A son deuxième, un novillo qui allait trois fois au cheval… pour deux vraies piques et l’autre désarçonnant le picador, n’avait la même classe que le précédent mais le novillo transmettait cette émotion de charge vive, par son trapío et son poids de 535 kg, les passes se succédaient sans le lié souhaité. Leo Valadez se dépensait au moment des quites et en signait un, spectaculaire, par zapopinas mais pas toutes dans le même terrain…

Diego Carretero pourrait être déclaré le vainqueur de ce tournoi à deux avec le mexicain car il devait affronter trois novillos dont celui de Pablo Aguado mais, à l’évidence, il était le moins expérimenté des trois. Son jeu à la cape et à l’épée doivent être revus : des véroniques et chicuelinas chiffonnées ; son saut – julipié copié ? – au moment de porter l’estocade ne sont pas du meilleur effet et s’éloignent de l’orthodoxie de la suerte suprême. Heureusement, Diego Carretero se distinguait à la muleta, ferme dans sa position et correct dans le mouvement donné avec  temple, surtout adapté à la charge de chacun de ses novillos. Il se montrait vaillant, sachant se mettre près des cornes lorsqu’il le fallait et laissait la muleta basse pour enchaîner les passes au 6ème qui, sans répit, chargeait et poussait le torero à le diriger, sinon… Il terminait sa faena par d’élégants et toreros ayudados por alto et doblones. Diego Carretero reviendra au mois de mai pour la San Isidro. Il devra confirmer la bonne impression de ce premier dimanche.

Pablo Aguado : cogida et traumatisme crânien et blessure pariétale gauche de 15 cm. Leo Valadez : un avis et ovation ; un avis et silence. Diego Carretero : un avis et silence ; applaudissements ; une oreille.  Le mayoral de Fuente Ymbro était invité à saluer.  Au terme du paseillo une minute de silence était observée à la mémoire du matador Manolo Cortés décédé à l’âge de 67 ans.

Georges Marcillac

Ce contenu a été publié dans Général, Georges Marcillac Escritos, Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.