Madrid 31/05/2013 Moruchada de Samuel Flores dans le froid et le vent.

Cinq de Samuel Flores, un de Manuela Augustina Lopez Flores et un sobrero  de Aurelio Hernando en remplacement du troisième.  Les toros de FLORES légers e poids de 494 à 535 Kg, ont tous, sauf le dernier, eu des armures ridiculement développées, disproportionnées, contrastant avec la mansedumbre des toros.  Le Castaño quinto a donné quelques embestisdas mais sans classe et sans réelle combativité.  Le sobrero a été incertain.  Il faisait froid, il y avait du vent et les arènes étaient remplies à plus de 3/4.  A cause du vent toutes les faenas se sont déroulées en terrain du tendido 4 ou  5 et parfois en toriles.

Perez MOTA a confirmé avec Cuchillazo de Samuel Flores  n°87 494 Kg né en 06/08.  L’animal saute dans la cape les pates en avant.  Il prend querencia en toriles où il retourne à plusieurs reprises.  Les piques sont données la première au tendido 8 et la seconde au cheval de réserve.  Le toro les prends en manso.  Il se plaint en Banderilles.  L’alternative est confirmée par Anton CORTES avec pour témoin Ruben PINAR.   MOTA débute par ayudados et se fait accrocher la muleta.  La première série à droite est propre face à un adversaire qui bouge beaucoup la tête.  Toujours à droite il se fait de nouveua toucher la muleta et termine sa série par le bas puis un pecho.  La meilleure série arrive alors en derechazos templés alors que le Flores embiste à mi hauteur et que le vent dérange.  La tentative à gauche arrive alors que le toro va a menos et un dernier passage à droite n’y change rien.  Manoletinas et bernardinas précèdent un Metisaca et une épée en avant, de coté et horizontale.  Avis et Silence.

Le quinto est armé comme les cabestros de Florito.  Il fuit le cheval de réserve quand il sent la pique pour finir par être piqué en carioca par le cheval de tour sans vraiment s’employer.  MOTA débute par des passes débutées comme des doblones mais terminées par le haut.  Le toro accourt de loin pour une bonne série droitière et un pecho long.  Dans la troisième série de derechazos MOTA baisse bien la main et le toro confirme des qualités d’embestida tou en étant soso.  Ensuite le confirmant se laisse toucher la muleta mais donne cependant un grand derechazo long et toréé.  La dernière série droitière, comme toute la faena,  est en deux parties avec final par le bas.  Ayudados peu réussis.  Entière suelta et trois descabellos.  Quelques applaudissements au toro.   Palmas et salut au tiers pour  MOTA.

Le second, premier d’Anton CORTES est le Lopez Flores.  Pattes en avant dans la cape il va aux deux chevaux dès leur sortie en piste et il y est mal, mais fortement, piqué en trois rencontres.   La brega en banderilles est compliquée à cause du Flores et du vent.  Angel Otero se distingue dans la dernière paire.  Le vent et le calamocheo du Flores rendent impossible toute tentative de  faenaPinchazo avant bajonazo.  Silence.

Le second d’Anton CORTES signe le Z lors de chaque passage dans la cape. Le toro se défend la tête tenue haute au cheval, en trois rencontres dont il sort rapidement.  CORTES Débute en terrain du 7 et sous l’impulsion du vent se déplace au tendido 4 là où il aurait du commencer.  Il arrive à lier une série droitière en attaquant le toro qui  n’apprécie pas et  se désintéresse du combat.   La suite sont de veines tentatives de CORTES de toréer à droite cet opposant qui  avance au pas, n’humilie pas et demeure distrait.  Entière en arrière et de coté.  Silence.

Ruben PINAR affronte en premier lieu un sobrero Jabonero, sérieux de présentation qui tire des derrotes dans la cape que le vent empêche PINAR de manœuvrer.  Piqué en arrière le toro se défend de la tête.  PINAR est décidé dans les premiers doblones puis les premières passes par le haut.  Dès la première passe de la seconde série le bicho le soulève et lui inflige une voltereta dans laquelle il reste longtemps à la merci de toro au sol.  PINAR revient à gauche sans confiance alors que le toro est incertain.  Il arrive à voler quelques derechazos en faisant un effort, en reculant à la sortie des passes et en toquant por fuera, ce qui en l’occurrence est compréhensible.  Une dernière tentative à gauche en faisant l’effort de une en une.  Entière desprendida. Avis.  Palmas et salut.

Le dernier Flores de la corrida est moins typé et presque normal d’apparence.  Il lance les pattes dans la cape, ne se fixe sur rien, continuellement distrait.  Le tiers de pique est une épreuve pour PINAR afin de mettre le toro au cheval en trois rencontres.  Le toro abanto en banderilles, arrea.  Dans la muleta le toro sort distrait de chaque muletazo et les efforts du matador restent vains.  3/4 tendida, desprendida.  Sifflets au toro.  Silence.

Ce contenu a été publié dans Général, Madrid, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.