Puerta del Príncipe pour El Juli

Pour ceux d’entre vous qui ont pris le temps de lire Toreo Pur et Toreo Moderne vous reconnaîtrez dans les images ci-dessous les techniques très personnelles d’El JULI qui lui ont permis de triompher à Séville.  

Nul doute qu’El JULI est un torero à part, avec une volonté et un pouvoir hors du commun.  Il est le seul dans l’escalafon à l’heure actuelle en mesure d’exhiber, à ce niveau, de telles qualités.  Son triomphe à Séville est le reflet de son impact sur le public qui est une évidence et même sur un des publics supposément des plus avertis.

Ceci étant dit, il est dommage que l’expression de ces qualités uniques se fassent de manière si peu orthodoxe en pourfendant les codes historiques de la tauromachie.  Il est d’autant plus étonnant que les arènes de Séville valident un tel toreo qui est aux antipodes du toreo des Amours de la Maestranza que sont Morante ou Curro Romero.  Si El JULI était un tremendista il serait inutile de discuter de la sorte.  De tout temps il y a eu des tremendistas qui ont triomphés sans pour autant créer des “écoles”. En l’occurrence nous assistons plus à l’invention d’une nouvelle tauromachie qui bouscule fortement des principes fondamentaux et qui est en train de servir de référence notable au sein des nouvelles recrues.

Une des conclusions à tirer est que l’évolution est en marche et que sous peu la tauromachie ne sera plus du tout ce qu’elle a été.  Il suffit de voir les jeunes générations se calquer sur la technique du JULI, comme nous l’avons remarqué dans l’édito “Espada de la Rana” ou génération grenouille.  Sauf si d’autres Maestros impactent dans un avenir proche, et aussi fortement, l’imaginaire dans un style pur.  Je pense en particulier à Fandiño.  On pourrait aussi faire référence à José Tomas mais il est beaucoup plus difficile, toutes proportions gardées, d’imiter José Tomas car son toreo est moins technique que celui d’El JULI et plus exposé par choix du torero lui même.  Et ce choix là est très difficile à faire.  Il est relativement  plus aisé, pour les jeunes toreros, d’imiter une technique car cela peut s’apprendre.  Faire le choix de la pureté ça ne s’apprend pas.  Ça se décide.

Bien évidemment c’est intentionnellement que je choisi de montrer les moments des passes les moins flatteurs, contrairement aux photographes professionnels qui choisissent les plus avantageux.  Mais au rythme où vont les choses,  même ces instantanées de toreo moderne, génialement produit par El JULI, deviendront cultes.

Juli tapando cara R

Juli por fuera RJuli Fuera de cacho y despegado RJuli tocando por fuera RJuli codileando para acercar toro RJulipie de dos orejas R

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans EDIT"O"PINION, Général. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.