Valdemorillo – 4 février 2019 – Novillada variée, succès et blessure de Rafael González.

La saison taurine espagnole prenait son véritable départ avec la novillada de ce lundi à Valdemorillo pour les traditionnelles fêtes de San Blas et de la Chandeleur, les deux corridas du week-end prochain complétant la feria du village de la sierra de Madrid. Les novillos étaient de Hato Blanco, un élevage d’origine «Los Guateles» pour trois novilleros qui entendaient entamer et bien se montrer la première fois cette temporada et glaner quelques contrats pour la suite… Seul Rafael González réussissait le défi, à un moindre degré «Marcos» Pérez aussi et sans chance d’y parvenir Daniel García Navarrerte  (de Vilches – Jaén). Les novillos, de présentations correctes mais inégales malgré l’homogénéité des poids affichés de 420 à 450 kg., offraient des difficultés aux jeunes aspirants toreros, les 1eret 4èmesueltos et  mobiles et le 6ème âpre, alors que les 2ème et 3ème  , les meilleurs dans leurs charges répétées dans la muleta, permettaient des faenas, le 5ème «encasté» et coriace blessait Rafael González.

C’est à ce cinquième que survenait la cogida lorsque, en préparant une naturelle, le novillo allait directement au corps pour infliger une cornada en haut du mollet gauche après avoir secoué sérieusement en l’air et au sol le madrilène. Il pouvait néanmoins continuer sa faena, sur la droite à ce novillo dont la «caste», la vigueur des charges terminées par des derrotes par le bas compliquaient le trasteo de Rafael.  C’est plutôt la vaillance que la qualité des passes, parfois plus longues que ne l’acceptait le novillo, qui lui valait la récompense d’une oreille malgré une estocade tombée mais efficace.

                          

A son premier, avec un bon novillo, Rafael González se dépensait à la cape et à la muleta, à genoux d’abord, toréait parfois avec lenteur, parfois un peu accéléré, toujours ferme et fixe dans sa position d’où émergeait une bonne série de la droite, presque au ralenti dans l’enchaînement alors que le novillo venait de loin. Les luquesinas de la fin étaient embrouillées et  lors d’une manoletina, il était renversé et recevait un puntazo à l’aisselle. Il en terminait par une lame entière contraria au centre de la piste. Deux oreilles étaient accordées.

«Marcos» lui aussi coupait une oreille à son premier après une faena caractérisée par la multiplication des passes, leur irrégularité dans la position et la facture. Cela montrait à la fois un désir de bien et beaucoup faire mais aussi un manque de clairvoyance pour construire une faena que méritait un toro qui se prêtait au «temple» de la muleta. Il souffrait une bousculade en dessinant un pendulo à genoux au début de la faena. Au dernier, le 6ème, devant un novillo en mouvement constant, topón, qui donc se servait de ses cornes à mi-hauteur, rendait la tâche difficile à « Marcos » qui s’évertuait à vouloir toréer – on peut lui en rendre grâce – mais qui en oubliait la lidia, seule sans doute, qui aurait réduit cet animal compliqué. On passera sous silence la mise à mort, une infâme épée – style mousquetaire qui ressortait sur le flanc – et un trois-quarts de lame tombée.

Daniel García Navarrete (qui oublie son prénom sur l’affiche) est un novillero bien «vert» et sans sitio en ce début de saison. Il ne pouvait qu’accompagner son premier novillo, fuyard ou simplement désintéressé, en lui volant des passes dans tous les sens. Il écopait un avis… Le 4ème n’acceptait aucune passe et le jinense capitulait et portait une demi-épée croisée qui suffisait.

Des cuadrillas, émergeaient Miguel Martín à la brega et Fernando Sánchez aux banderilles. La dépouille du deuxième novillo était applaudie à l’arrastre. Trois quarts d’arène (couverte et chauffée)

García Navarrete : un avis et silence ; silence. Rafael González : deux oreilles ; une oreille. Passe à l’infirmerie pour cornada 10 cm au mollet gauche, opéré sur place et dirigé à l’Hopital Puerta de Hierro. « Marcos » : une oreille ; silence.

Georges Marcillac

Photos: Javier Arroyo – aplausos.com

Ce contenu a été publié dans Général, Georges Marcillac Escritos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Valdemorillo – 4 février 2019 – Novillada variée, succès et blessure de Rafael González.

  1. FERDINAND DE MARCHI dit :

    Et c’est reparti…..

    Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.