ANATUR – BARCELONE et le retour des corridas

ANATUR – Association ACTION NATURE IBERIQUE – demande officiellement au propriétaire des Arènes de Barcelone de louer celles-ci le 4 Juin pour l’organisation d’une corrida dans le cadre de la Journée Mondiale de l’environnement qui  doit se tenir le 5 Juin 2017, journée organisée sous l’impulsion de l’ONU depuis 1972.

ANATUR est une association récente (2016) qui regroupe des représentants de la chasse, pêche, agriculture, élevage et traditions naturelles qui ont défilé, très nombreux, le 5 Juin 2016 à Madrid sans que la presse nationale n’en fasse équitablement l’écho alors qu’elle n’hésite pas à le faire exagérément lorsque des groupuscules anti-corridas se manifestent. ANATUR entend faire valoir l’existence millénaire de ces activités et traditions face aux nouveaux mouvements auto-déclarés en défense de la nature.  Ces derniers n’ont en réalité qu’un but, celui de profiter d’une tendance extrémiste, adoubée médiatiquement.  Leur objectif est de se financer sur le dos des citoyens des villes, au détriment des traditions ancestrales des amoureux de la nature vivant à la ville ou à la campagne. Car il faut bien le comprendre, l’élimination des chasseurs, pêcheurs, agriculteurs et éleveurs ne résoudra en rien les travers de notre monde.  Bien au contraire.  En fait, tous ces groupes alter “quelque chose”  cherchent à convaincre les citoyens déconnectés de la nature, de leur faire croire que pour sauver cette nature il faut éliminer ceux qui ont vécu avec elle depuis des millénaires, qui ont développé leur culture et traditions, alors même que ce qui dérègle le monde c’est l’industrie alimentaire et productiviste. Celle-ci  s’est développée pour satisfaire les besoins et demandes de ces mêmes citoyens qu’ils cherchent à désinformer.  Avec le XXI siècle les composants de l’ANATUR seraient soudain devenus néfastes pour la nature alors même que depuis des milliers d’années ils vivent avec elle,  la connaissent, la cultivent, l’élèvent, dans une harmonie devenue aujourd’hui “non grata“.  En réalité ce sont les formes modernes de production qui ont dénaturé cette relation harmonieuse.  Mais les opportunistes n’ont pour objectif que celui de profiter de la situation pour générer des revenus. Pour cela, ils s’attaquent aux traditions millénaires, stimulent la haine des citoyens et bien évidement obtiennent d’eux les dons et subventions dont ils vivent.

Acquiesçant la décision du Tribunal Constitutionnel Espagnol, ANATUR a décidé de jeter le gant et d’obliger ainsi les instances politiques catalanes à se dévoiler.  En demandant  à organiser une corrida dans les arènes de Barcelone, ANATUR positionne sa demande dans un contexte naturel, environnemental, pluridisciplinaire qui a l’avantage de poser la question de la tauromachie non pas dans un contexte purement taurin, mais  dans une réalité plus vaste aux ramifications culturelles, sociétales et historiques incontestables.  Ainsi, ceux qui vont prendre position sur le sujet devront le faire dans ce cadre et en tenant compte d’un ensemble de requérants dont chacun pourra faire valoir qu’il a le sentiment d’être discriminé, stigmatisé, victime d’une désinformation manipulatrice.

Cette requête sera très probablement acceptée par le propriétaire Balaña.  Il s’en suivra une machination politique qui mettra tout en oeuvre pour que la dite corrida ne puisse pas avoir lieu.  L’inévitable bataille sera  instructive quant aux intentions et convictions de chacun.  Mais elle aura l’avantage de montrer aux citoyens que les mouvances anti-corrida, jusque dans leur volet politique, s’inscrivent dans des manipulations bien plus vastes et étendues.

 

Ce contenu a été publié dans EDIT"O"PINION. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.