Madrid 04/06/2015 Oreille à la volonté d’Escribano, grande prestation d’Urdiales et manque de race des Adolfos.

imageLe pari des Adolfos pour Castella s’est transformé en piège. Sans démériter il n’a pu briller. Urdiales a réalisé des passages de grande qualité et engagement.  Escribano a su, avec intelligence, arracher une oreille au toro le plus propice de la corrida. Le lot, aux poids limités, a souffert d’un manque de caste qui l’a rendu compliqué pour le toreo en redondo.

Le premier Albasserada est fin et très armé, mobile et abanto. Urdiales dessine avec application des véroniques artistiques à droite et laborieuses à gauche. Deux piques mesurées ne permettent pas de déceler une bravoure particulière de l’Adolfo. Le toro se déplace sans entrain et plutôt pensif. Urdiales prend rapidement confiance avec le toro en le déplaçant molinete interposé. À droite les charges franches sont entrecoupées de miradas et le toro a du mal a supporter que la main soit baissée. Urdiales est bien placé et avec une paire plus grande que celle de son adversaire Urdiales aguante les miradas et parones à quelques centimètres pour toquer et passer l’opposant. Dominé le toro se rend à gauche dans un passage court ponctué par trincherila. De retour à droite Urdiales confirme sa domination dans les cornes par derechazos donnés de un en un dans le terrain du bicho. Adornos por bajo con gusto. Demi épée en s’appuyant de tout le poids du corps, légèrement tendida. Deux descabellos. Faena importante d’Urdiales. Ovacion et salut aux medios.
Diego Urdiales touche en second un animal fin aux pointes relevées et crochetées qu’il décide de mener au centre après tentatives en véroniques abandonnées car le bicho ne se fixe pas. L’Adolfo garde la tête levée sous la pique et ne pousse pas. La seconde pique est donnée et prise pour la forme. Brindis au public. Urdiales tente de profiter tout de suite de la charge dans des derechazos en composant la figure. Le toro trébuche. Dans la série suivante le temple du torero prend la mesure du bicho et la série est liée et esthétique. Les muletazos suivants perdent en intensité car la charge est sosa, la tête du bicho sortant des passes vers le haut. À gauche le placement d’Urdiales est irréprochable et son attitude supérieur à celle de l’Adolfo. Le final est a menos par la faute du quadrupède. Entière contraire en toréant de la main gauche. Avis. Ovacion et salut aux medios.

Castella voit sortir des toriles un Adolfo léger, manquant de remate, bien armado. Il le passe avec aisance dans des véroniques faciles sur les deux cornes rematant par demie sur jambe pliée en recorte. Placé loin le bicho fait un quiebro en arrivant sur le caparaçon et contourne le cheval deux fois. C’est à la troisième pique que le toro met la tête et s’emploie sans classe. L’Adolfo s’avise en banderilles et coupe les trajectoires dans un désordre complet. Castella s’avance aux medios pour citer le toro. À droite il se confie rapidement mais le toro trébuche. Castella se croise entre les passes mais n’arrive pas à lier dans les deux premières séries. Ensuite le toro s’arrête de répondre aux toques et Castella a tendance à terminer muleta vers le haut en fin de passes lorsque le toro charge. À gauche les embestidas sont courtes et les passes tronquées. Le torero se rapproche des cornes, à droite, jusqu’à les toucher pour montrer que c’est bien le bicho qui ne passe plus. Pinchazo et entière trasera alors que sonne l’avis. Sifflets au toro et Silence.
Le quinto est un tio cornalon de 477 kg qui ne se confie absolument pas à la cape et que Castella emmène au centre. Le toro est mal piqué et s’endort en carioca. Le second passage est un picotazo trasero. Brindis au public. Castella va à sol pour démarrer par doblones efficaces. Les derechazos sont accrochés et la soseria du bicho nuit à la transmission. À gauche Castella met la muleta sous le museau et temple mais le toro est tardo et se met à escrimer au lieu d’embestir. Le torero opte pour un arrimon le corps littéralement entre les cornes. Pinchazo et pinchazo hondo trasero, caido, atravesado. Avis. Sifflets au toro.

Escribano va a puerta gayola, à genoux, pour une larga cambiada esperando et aguantando alors que le toro hésite. Le bicho remate fortement contre les planches puis sautille dans les véroniques. Il s’emploie sans verve sous la première pique et sort seul de la seconde. Deux delantales et demie avec classe d’Urdiales. Escribano pose les banderilles d’abord dans un cuarteo réuni, puis dans un poder a poder manqué cité en corto. Il répète l’exercice avec réussite, cette fois, en ayant alterné les cornes. Escribano est appliqué en début de faena alors que le bicho doute et reste court dans les derechazos. Il est désarmé dès la première tentative à gauche et insiste à droite à toro tardo qui avance au pas et se retourne dans les pieds. Metisaca, pinchazos et enti?re desprendida. Sifflets au toro. Silence.
imageA puerta gayola Escribado donne un Farol terminé en larga cambiada (lâchant le capote d’une main). Le toro negro et veleto passe sans classe dans la cape. Il pousse de profil sous la pique et prends la seconde tête haute et par à coups. Escribano pose deux paires très exposée dans le balcon. Dans la troisième le bicho tarde et Escribano refuse de passer en faux, se jouant la peau, corne dans la chaquetilla, mais sans réussite. Vient une quatrième paire comme les deux premières qui met la plaza debout. La faena débute à gauche après tanteo bougé. Escribano aguante les charges brusques et pensives. Après passage à droite anodin le torero réussit une bonne série à gauche liée, le toro passant plus facilement dans les passes por fuera que vers les planches. La suite va a menos sur les deux cornes avec toutefois la reconnaissance du public pour l’effort. Viennent des naturelles de face une par une qui font l’unanimité des gradins. 3/4 de lame trasera et tendida portée avec décision. Oreille. Quelques palmas au toro. René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.