Mont de Marsan 23 juillet 2023 – 6ème et dernière de La Madeleine – Les toros de Pedraza de Yeltes font le spectacle. Grands tercios de piques. Dernière course à MdM de Thomas Dufau qui prend sa retraite…

C’est désormais la tradition, les toros de l’élevage de Pedraza de Yeltes sont au cartel de La Madeleine car, chaque année, ils offrent un spectacle prisé des aficionados. La suerte de varas est mise en exergue par les matadors et les picadors de service assument leur tâche avec sérieux et professionalisme ce qui est très rare de nos jours. Un total de seize piques, la plupart des vraies, les toros étant placés à distance et chargeaient les chevaux, ne provocquaient pas de chutes malgré l’impact de la masse des toros corpulents, sans doute de poids supérieurs à 600 kg. La qualité des cavaliers et surtout des chevaux de la cavalerie d’Alain Bonijol y sont pour quelque chose. Nous citerons la performance des picadors: Agustín Collado de la cuadrilla de “Rafaelillo”, David Prados  et Antonio García de celle d’ Alberto Lamelas et Alberto Sandoval de celle de Thomas Dufau On reconnaîtra les trois matadors chargés d’affronter ces toros de fort gabarit, exigeants pour le volume qu’ils déplacent assorti comme c’était le cas aujourd’hui d’une bravoure ou vitesse de charge peu comunes. Trois cinqueños et donc trois cuatreños composaient le lot et curieusement “Rafaelillo” devait toréer deux toros de cinq ans, Alberto Lamelas deux de quatre ans et Thomas Dufau recevait un toro de près de six ans, le 3ème. Thomas Dufau, natif de Mont de Marsan annonçait se retraite en fin de la saison. C’était donc sa dernière corrida au Plumaçon et un hommage lui était rendu.

Rafael Rubio “Rafaelillo” recevait dernièrement à Céret une blessure dont la gravité n’était sans doute pas à la mesure du scandale monté à la suite des soins supposés insuffisants des services médicaux de la cité catalane… Enfin, il était là, en forme, seulement neuf jours après pour se mesurer aux pedrazas. Le premier, après avoir montré des faiblesses dans son passage dans les capes, se récupérait après les trois piques prises sans trop d’énergie, pour permettre une faena accélérée et mobile bien que sur la fin, le rythme ayant baissé, "Rafaelillo" s’étirait dans des naturelles plus relâchées. L’estocade tombait, basse. Le 4ème, un toro grand, hondo, était un peu suelto au sortir des capes. Il traversait toute la piste pour foncer sur le picador avant que celui-ci ait pris sa position. Agustín Collado tenait bon aussi sur la deuxième charge depuis de centre du ruedo. Le toro conservait un bon tranco au deuxième tiers et sa charge vive obligeait le torero à rester vigilant. Ce toro, brave et noble, passait bien de telle sorte que “Rafaelillo” se permettait le luxe d’une série en redondos et le martinete du meilleur effet. La qualité et importance de charge de “Portadito”, negro listón, chorreado en morcillo, nº9né en septiembre 2017, était telle que la faena se prolongeait, le torero infatigable, le toro aussi. Un avis. La mise à mort défectueuse privait “Rafaelillo” d’un prix supérieur à une vuelta al ruedo qu’aurait mérité la dépouille de ce bon toro, privé d'un tel prix sans doute par distraction du président ou mauvais aficionado...

Alberto Lamelas a la cote à MdM. Il allait les deux fois a puerta gayola pour une larga de rodillas plutôt ratée, sans grand effet ni raison. Les capotazos suivants, engagés, deux nouvelles largas de rodillas, cette fois au tercio au 2ème pedraza qui s’endormait sous la premère pique arrière et David Prados s’appliquait à la seconde. Quite embrouillé par tafallera et gaoneras bougées.  L’entame de faena par le classique péndulo, pas très serré, était suivie de bonnes séries de la droite allongeant le bras et la charge et de naturelles jusqu’à la cogida sans conséquence (le toro avait par instants donné justement de cette corne gauche…). La dernière série de la droite voyait un toro plus affligé. Des manoletinas sur la corne droite en terminaient avec cette faena de bonne facture étant donné les circonstances. Une demi-estocade tendida et croisée. Alberto saluait. Le 5ème pourrait être crédité de toro brave mais cette bravoure était difficile de canaliser, et surtout, manquait de regularité.  On assistait à un bon et animé  tercio de varas, cheval soulevé, et picador debout sur les étriers pour soutenir la charge, toro mettant les reins dans la poussée. Ovation à Antonio García. Après le brindis à Thomas Dufau, venait une faena où Alberto Lamelas se trouvait débordé par une charge irrégulière, descompuesta, et, finalement il capitulait! 1 avis. Même estocade que la précédente!

                                      

Thomas Dufau touchait les deux toros les mieux armés, des cornes et aussi  comme leurs congéneres du poids et du volumen. Le premier donnait l’illusion d’une charge favorable pour une bonne faena mais aussitôt raccourcissait son passage dans la muleta. Une série de la droite, en deux temps, les derniers derechazos et la passe de poitrine meilleurs. Le Montois se croisait pour des naturelles malgré une charge pas très claire. Des manoletinas pour finir et une estocade en suerte contraire, demi-épée horizontale et un descabello.

                                     

Le 6ème, celui des adieux à MdM, laissera un souvenir un peu amer car la succession de pinchazos à la mise à mort ne fut pas la meilleure manière de terminer une faena qui allait a más surtout avec de bonnes naturelles. Mais la standardisation de certaines passes,  les circulaires inversés, les passes en redondo, en tourniquet, et martinete enlevaient à la faena le cachet que méritait un tel final. On se souviendra néanmoins de la superbe suerte de varas à l’actif d’Alberto Sandoval ovationné. Malgré son échec à l’épée, Thomas Dufau était porté sinon en triomphe?, au moins en un geste d’amitié par ses compagnons de cartel et cuadrilla.

“Rafaelillo”: saluts; un avis et vuelta al ruedo. Alberto Lamelas: saluts: un avis et silence. Thomas Dufau: un avis et silence; vuelta al ruedo?. Aux banderilles et la brega on remarquait le local Mathieu Guillon, compagnon de Thomas Dufau et de sa cuadrillaVictor del Pozo efficace et spectaculaire aux banderilles au 5ème était aux ordres d’Alberto Lamelas.

Georges Marcillac

Photos d'André Viard pour mundotoro.com

Ce contenu a été publié dans France, Général, Georges Marcillac Escritos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.